Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

7 JOURS EN FRANCE

Centenaire de la Grande Guerre : retour sur la bataille de Verdun

En savoir plus

FOCUS

Ces réfugiés syriens dont de nombreux Turcs ne veulent plus

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Paris fête l'été !

En savoir plus

REPORTERS

L’essor du tourisme "100 % halal"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Crash du vol AH5017 : "Série Noire"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Tidjane Thiam, directeur général de Prudential

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La Caravane, l'autre Tour de France

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : accord signé pour la fin des hostilités

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Bartabas, le seigneur des chevaux

En savoir plus

  • En direct : cinquante-quatre Français au nombre des victimes du vol Air Algérie

    En savoir plus

  • Une manifestation pro-palestinienne prévue samedi à Paris interdite

    En savoir plus

  • Crash du vol AH5017 : "Il est exclu de retrouver des survivants"

    En savoir plus

  • Un soldat libanais rejoint le Front Al-Nosra

    En savoir plus

  • Trois Palestiniens tués lors du "Jour de colère" en Cisjordanie

    En savoir plus

  • L’essor du tourisme "100 % halal"

    En savoir plus

  • En Ukraine, le conflit militaire se double d'une crise politique

    En savoir plus

  • BNP Paribas écope de 60 millions d'euros d'amende aux États-Unis

    En savoir plus

  • Tour de France : "Jicé" Péraud, routard sur le tard, à la conquête des cols

    En savoir plus

  • Vol AH5017 : l'hypothèse d'un tir de missile sol-air "quasiment impossible"

    En savoir plus

  • Ce que l'on sait sur la disparition du vol AH5017 d’Air Algérie

    En savoir plus

  • Gaza : 15 Palestiniens tués dans une école de l'ONU

    En savoir plus

  • Washington accable la Russie, l’UE renforce ses sanctions contre Moscou

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains et européenns vers Tel-Aviv

    En savoir plus

EUROPE

Angela Merkel défend l'euro (et l'Allemagne) à Pékin

Texte par Charlotte OBERTI

Dernière modification : 03/02/2012

La chancelière allemande est en Chine, où elle tente de rassurer son allié commercial sur la crise de la zone euro. Une visite également utile pour les relations sino-allemandes, selon le président d’Asia Centre Jean-François Di Meglio.

Quand la première puissance de la zone euro rencontre la deuxième économie mondiale, la défense de l’économie européenne s’immisce forcément dans les discussions. Escortée par une délégation de patrons allemands, la chancelière allemande Angela Merkel a entamé jeudi 2 février une visite de trois jours à Pékin dans le but affiché de solliciter le soutien de la Chine dans la crise de la zone euro. Le gouvernement chinois a d’ailleurs déclaré le jour même qu’il pourrait accroître sa participation au Fonds européen de stabilité financière (FESF) et au nouveau fonds de secours intitulé Mécanisme européen de stabilité (MES).

Mais pour la chancelière allemande comme pour ses homologues chinois, les enjeux de la visite ne s’arrêtent pas aux frontières de la zone euro. En dépit des déclarations de Berlin selon lesquelles la négociation de contrats commerciaux n’est pas à l’ordre du jour, la délégation allemande compte plusieurs grands patrons dans ses rangs. Alors, pour qui roule Angela Merkel ? Décryptage avec Jean-François Di Meglio, économiste spécialiste de la Chine et président d’Asia Centre à Paris.

FRANCE 24 : Lors de cette visite, a-t-on à faire à Angela Merkel l’Allemande ou l’Européenne ?

Jean-François Di Meglio : Aux deux. Angela Merkel travaille sa stature de représentante de la zone euro. Jusqu’à présent, les discours sur la crise de la dette étaient portés par d’autres leaders. Mais Berlin n’ayant pas perdu son triple A, la chancelière incarne la vertu ultime. Cependant, Angela l’Allemande profite certainement de ce déplacement à des fins électoralistes en vue de 2013.

Quel est le réel enjeu de cette visite ?

J.-F.D.M. : Derrière la démarche multilatérale annoncée, cette rencontre revêt un aspect davantage bilatéral. La Chine va devenir le premier partenaire économique de l’Allemagne, devant la France. C’est un symbole fort. Les échanges commerciaux entre les deux pays ont atteint 132 milliards d’euros en 2011 [six fois plus que dans les années 2000 ndlr]. La présence de l’industrie automobile germanique continue de s’accroître sur le sol chinois. Les relations économiques entre les deux sont donc très bonnes. Mais quelques nuages pointent à l’horizon.

Le marché allemand, premier partenaire de la Chine en matière d’exportation, est menacé. La Chine ayant subi un ralentissement de ses exportations, conséquence de la crise des dettes européenne et américaine, se trouve dans un mode de repli sur elle-même et a tendance à privilégier son marché intérieur. Une attitude potentiellement dangereuse pour les débouchés allemands.

Dans la démarche de Merkel, on peut voir un coup préemptif. Même si le succès allemand est déjà au rendez-vous en Chine, l’artillerie lourde déployée pour l’occasion - une vingtaine de patrons de grandes entreprises - laisse deviner les intentions de Berlin, qui sont de faire mieux que la réussite actuelle.

Évoquer les relations économiques entre l’Allemagne et la Chine à l’heure où la zone euro vacille, n’est-ce pas révélateur d’un manque de solidarité envers les autres pays européens?

J.-F.D.M.: Il ne faut pas caricaturer, Angela Merkel fait son travail. D'ailleurs on n'a jamais vu plusieurs chefs d’Etat européens aller ensemble faire une visite de ce type-là. Il ne faut pas oublier que nos dirigeants sont aussi les représentants commerciaux de leur propre pays.

Et puis, si les succès des entreprises allemandes en Chine peuvent profiter par extension à la protection de la zone euro... Pourquoi pas !

Première publication : 02/02/2012

  • DIPLOMATIE

    À Pékin, Angela Merkel assure la Chine de la solidité de l'euro

    En savoir plus

  • CRISE FINANCIÈRE

    La Chine prête à investir davantage en Europe

    En savoir plus

  • CRISE FINANCIÈRE

    Pourquoi la Chine n'a pas intérêt à ce que la zone euro s'effondre

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)