Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif : de Sarajevo à Guantanamo, l’itinéraire des six d’Algérie

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

  • Euro-2020 : la finale de l'"Euro pour l’Europe" à Wembley

    En savoir plus

Moyen-orient

Le convoi de Ban Ki-moon caillassé lors de son arrivée à Gaza

Texte par Dépêche

Dernière modification : 02/02/2012

Le convoi dans lequel se trouvait le secrétaire général de l'ONU a été la cible de jets de pierres dans la bande de Gaza. Les manifestants protestaient contre le fait que Ban Ki-moon ne rencontre pas de familles de Palestiniens détenus par Israël.

AFP - Le convoi du secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a essuyé des jets de chaussures et de pierres de manifestants palestiniens à son entrée jeudi matin dans la bande de Gaza, gouvernée par le mouvement islamiste Hamas.

Cette visite intervient au lendemain d'une salve de roquettes de Gaza contre le sud d'Israël qui n'a fait ni blessé, ni dégât majeur.

Plusieurs dizaines de manifestants, rassemblés à l'entrée du territoire palestinien, ont jeté des projectiles au passage du convoi, a constaté un journaliste de l'AFP. Ils protestaient contre le fait que le chef de l'ONU ne rencontre pas de familles de Palestiniens détenus par Israël lors de sa visite.

"L'attitude de M. Ban n'est ni morale ni humaine", a déclaré à l'AFP Abdallah Qandil, porte-parole des familles de prisonniers.

Certains manifestants brandissaient des pancartes en anglais sur lesquelles on pouvait lire "Ban Ki-moon, le parti pris pour Israël, ça suffit".

En janvier 2011, le convoi de la ministre française des Affaires étrangères Michèle Alliot-Marie avait été visé par un incident similaire à Gaza, également en lien avec le sort des prisonniers palestiniens, en raison de propos qui lui avaient été attribués à tort sur la détention du soldat israélien Gilad Shalit par la suite échangé contre un millier de détenus palestiniens.

Le convoi, brièvement retardé, a pu poursuivre sa route vers Khan Younès, dans le sud de la bande de Gaza, où le secrétaire général de l'ONU doit visiter une école et un projet de logements financé par le Japon.

Le réseau des ONG palestiniennes à Gaza avait demandé en vain mercredi à M. Ban dans un communiqué de rencontrer les familles des prisonniers, des victimes de frappes israéliennes et des groupes touchés par le blocus israélien.

"Je suis au regret de ne pouvoir participer à la rencontre avec M. Ban (avec des représentants de la société civile, NDLR) parce que nous lui demandons de rencontrer les groupes gravement affectés par le blocus, les familles des prisonniers, les agriculteurs, les pêcheurs et tous ceux qui sont touchés", a déclaré mercredi à l'AFP le directeur du centre Al-Mezan pour les droits de l'Homme, Essam Younès.

M. Ban ne doit pas rencontrer de responsable des autorités du Hamas, mouvement boycotté par la communauté internationale.

Il a pressé mercredi le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu de faire "des gestes de bonne volonté" en direction des Palestiniens et d'alléger le blocus de Gaza, lors d'entretiens à Jérusalem.

Il a aussi condamné les tirs de roquettes de Gaza, les qualifiant d'"inacceptables".

Le secrétaire général de l'ONU achève jeudi une visite de trois jours en Jordanie, en Israël et les Territoires palestiniens durant laquelle il a encouragé les deux camps à reprendre les discussions "exploratoires" engagées sous les auspices d'Amman et du Quartette pour la Proche-Orient (Etats-Unis, Russie, Union européenne, ONU).

Ces discussions visant à conduire à une reprises des négociations de paix, arrêtées depuis septembre 2010, n'ont produit aucun résultat concret.
 

Première publication : 02/02/2012

  • PROCHE-ORIENT

    Raid israélien meurtrier sur la bande de Gaza

    En savoir plus

  • CONFLIT ISRAÉLO-PALESTINIEN

    Nouveaux raids israéliens sur Gaza

    En savoir plus

  • TERRITOIRES PALESTINIENS

    Le consul de France à Gaza blessé lors d'un raid israélien

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)