Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : le Nigeria n'est plus touché par l'épidémie

En savoir plus

FOCUS

Londres, capitale des ultra-riches

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

France - Allemagne : vers un accord sur l'investissement

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Le groupe Total frappé au coeur par le décès de son PDG

En savoir plus

SUR LE NET

États-Unis : des costumes "Ebola" pour Halloween critiqués en ligne

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Ce que veut la Turquie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les yeux doux d'Angela Merkel"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : Jim Yong Kim, président de la Banque mondiale, appelle à la mobilisation

En savoir plus

DÉBAT

La capitale française fait-elle le pari des arts ?

En savoir plus

Economie

Facebook fait un premier pas vers son introduction en Bourse

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Dépêche

Dernière modification : 02/02/2012

En déposant, mercredi, un dossier devant les autorités boursières américaines, le géant des réseaux sociaux a fait un premier pas vers ce qui s'annonce comme la plus grosse introduction sur les marchés d’une entreprise de la net-économie.

AFP - Facebook a déposé mercredi le dossier de ce qui s'annonce comme la plus grosse introduction en Bourse jamais réalisée par la net-économie, chiffrée pour le moment à 5 milliards de dollars, huit ans après la création du site internet dans une chambre d'étudiant de Harvard.

Le réseau communautaire aux 845 millions d'utilisateurs n'a pas indiqué le nombre d'actions qu'il entendait mettre le marché, ni à quel prix, ni à quelle date, mais il a pour la première fois levé le voile sur des données financières restées jusqu'alors confidentielles.

Facebook 2004 - 2012: L'incroyable histoire du géant des réseaux sociaux

Avec 3,71 milliards de dollars de chiffre d'affaires réalisé en 2011, presque doublé sur un an, et un bénéfice net de 668 millions de dollars, il est déjà l'un des très grands du secteur.

"Il est plus rentable que nous ne l'attendions", a noté l'analyste Kathleen Smith, du cabinet spécialisé dans les entrées en Bourse Renaissance Capital.

En tout cas, il prouve "qu'il n'est pas qu'une mode transitoire", a relevé Michael Gartenberg, de Forrester Research.

"Facebook n'a pas été créé à l'origine pour être une entreprise, il a été créé pour remplir une mission sociale: rendre le monde plus ouvert et connecté", a déclaré le jeune patron de l'entreprise Mark Zuckerberg, 27 ans, dans une lettre aux investisseurs.

L'opération, dont le montant n'est encore que théorique, promet d'attirer un énorme intérêt, de l'avis unanime des analystes. Ce sera, et de loin, la plus grosse opération d'entrée en Bourse pour la net-économie, bien au-delà du 1,67 milliard de dollars levés par Google en 2004.

Ce sera la première fois que des petits porteurs auront l'occasion de prendre leur part financière de ce phénomène, présent dans le monde entier et qui a servi d'outil de mobilisation et d'organisation pour les cyber-militants du Printemps arabe.

Depuis près de trois ans des titres s'échangeaient certes, mais uniquement entre investisseurs fortunés et triés sur le volet ayant accès aux marchés parallèles officieux, comme Second Market ou SharesPost.

Les médias estiment déjà entre 75 et 100 milliards de dollars la valorisation du site, ce qui pour certains est excessif.

Si, à l'issue de l'introduction boursière, Facebook est valorisé dans le haut de cette fourchette, la fortune de M. Zuckerberg, de loin le plus gros actionnaire du groupe, pèsera quelque 28 milliards de dollars.

"A 100 milliards de dollars, on investit dans une bulle", prévient Trip Chowdhry, chez Global Equities Research. "Les chiffres ont l'air très impressionnants, mais normalement pour une entrée en Bourse il y a le signe d'une croissance à venir. Or là, ils ont l'air déjà au top".

D'ailleurs les recettes du groupe représentent une relative déception: le cabinet de marketing eMarketer les avait estimées la semaine dernière à 4,27 milliards de dollars, bien au-delà des 3,71 milliards annoncés.

Analyste à la banque d'affaires Bryan Garnier, Virginie Lazès souligne que "ce qui fait monter le titre de Facebook c'est la spéculation, mais aussi l'aboutissement d'un business-model qui veut dire quelque chose".

"Ils arrivent à monétiser leur audience, par les crédits Facebook (ndlr: les achats de produits virtuels), par la pub et le marketing, ils ont réussi à trouver un modèle qui génère de l'argent", explique-t-elle.

"Ils sont partout, mais ils n'ont pas monétisé leur audience partout", ajoute Mme Lazès, qui suggère de faire le "pari" de la réussite de l'entreprise.

M. Zuckerberg, crack de l'informatique initié dès 11 ans à la programmation, a assuré dans sa lettre aux investisseurs que son but n'était pas de gagner de l'argent.

"Nous ne construisons pas des services pour gagner de l'argent, nous gagnons de l'argent pour construire de meilleurs services", y affirme-t-il, proclamant 5 valeurs fondamentales de la société: "se concentrer sur l'impact", "agir vite", "être audacieux", "être ouvert", "construire une valeur sociale".

Facebook, qui sera abrégé en "FB" dans les systèmes de cotation, a confirmé qu'il gagnait la plus grande partie de ses recettes dans la publicité, même si c'est une part en déclin: 85% en 2011, contre 98% en 2009. Le site, utilisé par plus de la moitié des internautes du monde, a cependant réussi à relever de 24% le tarif de ses espaces publicitaires.

Le groupe, qui dispose déjà d'un matelas confortable de 3,9 milliards de dollars de liquidités, n'a pas prévu d'utilisation particulière de la manne qu'il gagnera en Bourse.

Première publication : 02/02/2012

  • TECHNOLOGIES

    L'introduction en bourse de Facebook en six points

    En savoir plus

  • INTERNET

    L’Irlande demande à Facebook de clarifier sa politique en matière de protection de la vie privée

    En savoir plus

  • INTERNET

    Facebook et les autorités américaines s'accordent sur la confidentialité des données

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)