Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

Afrique

"Le pays est peut-être en train de faire sa seconde révolution"

Texte par Sarah LEDUC

Dernière modification : 03/02/2012

Le peuple, en colère, accuse l'armée d'être derrière la mort des 74 supporters tués mercredi à Port-Saïd. Un an après la chute d'Hosni Moubarak, la situation demeure tendue dans le pays. L'auteure égyptienne Myra Mahdy nous livre son analyse.

Alors que les manifestations et violences se poursuivent au Caire, deux jours après le match meutrier de Port-Saïd, Myra Mahdy, chercheuse scientifique égyptienne et auteure de nombreux ouvrages sur l'islam*, revient sur les causes et conséquences de l’incident. Complot ourdi par l'armée? Chaos annoncé? Nouvelle révolution ? Analyse. 

 
FRANCE 24 : L’incident de Port-Said est-il, selon vous, un événement isolé ou revêtt-il une portée plus symbolique ? Estimez-vous, par ailleurs, que la théorie d’un complot mis en place par les militaires soit crédible ?
 
Myra Mahdy : Un mois avant, il y avait déjà eu un incident similaire dans un stade de foot mais, dès les premières tensions, les choses ont été arrêtées par les forces de l’ordre. D’habitude, il y a toujours des fouilles à l’entrée des stades et on ne peut même pas rentrer avec un briquet. Cette fois-ci, d’après les témoins, il n’y en a pas eu. Et pour un match de cette importance, avec un public aussi enthousiaste, les forces de police étaient très peu nombreuses.
 
Quand les violences ont commencé, les policiers n’ont rien fait. Sur certaines images, on les voit même faire une haie d’honneur aux joueurs et aux assaillants. Par ailleurs d’habitude, le gouverneur et gouverneur militaire assistent à ce genre de match. Mais là, ils n’étaient pas là. Enfin, quand les supporters du club Al-Ahly ont voulu s’échapper, ils se sont retrouvés devant des grilles fermées. Donc ils se sont empilés les uns sur les autres et beaucoup sont morts par écrasement.
 
Enfin, cela a eu lieu le jour de l’anniversaire de la bataille des chameaux et ce jour-là, les supporters de Al-Ahly organisaient des secours en motocyclettes pour sortir les blessés de la place Tahrir. Ils sont connus pour être actifs et anti-armée. Comme par hasard, ce sont eux qui se sont fait attaqués. Au vu de tous ces facteurs, la théorie du complot n’est, selon moi, pas impossible.
 
FRANCE 24 : L’Égypte s'enfonce-t-elle dans le chaos ?
 
M. M. : Dans le chaos, non. Je suis optimiste. L’Égypte est en train de profiter d’un grand malheur pour se relever et peut-être pour faire sa seconde révolution. Le chaos existe en Égypte depuis un an et c’est le Conseil suprême des forces armées (CSFA) qui l’a laissé s’installer dans le pays. C’est une façon de montrer que les militaires sont indispensables et éventuellement de réinstaurer l’état d’urgence. Mais leur erreur – s’ils sont derrière les événements de Port Saïd – a été de s’attaquer à un match de foot car symboliquement, ils se sont attaqués au peuple. Le football est très important pour les Égyptiens, c’est proche de leur cœur. Alors, 74 morts à l’issu d’un match, c’est inacceptable pour le peuple.
 
FRANCE 24 : Quand vous dite "seconde révolution",  vous considérez – comme certains des révolutionnaires – que la révolution de février dernier a été usurpée ?
 
M. M. : La première révolution est inachevée. Il y a eu un jeu habile de l’armée – qui compte exactement les mêmes personnes que sous le régime de Moubarak – qui en profite maintenant. Selon moi, au début, l’armée a laissé faire le mouvement révolutionnaire en se disant qu’il se débarrasserait ainsi du fils de Moubarak qui n’était pas un militaire. Mais le mouvement leur a totalement échappé et ont finalement dû sacrifier l’un des leurs : Moubarak. Ensuite, le CFSA a passé une sorte d’entente cordiale avec les islamistes. Ils ont laissé faire le vote et se ont ainsi gardé leurs prérogatives.
 
FRANCE 24 : Pourtant les rapports entre les Frères musulmans et l’armée restent ambigus, comme l’a été le rôle des islamistes pendant la révolution…
 
M. M. : Les Frères musulmans sont de fins politiciens qui opèrent des virements à 180 degrés en fonction de leurs besoins. Ils ont été avec puis contre le roi Farouk ; avec puis contre Nasser ; avec puis contre Anouar el-Sadate. C’est une mouvance très opportuniste qui opère avec ceux qui lui permettent de garder son influence. Mais là, le Parlement, qui est à 70% religieux, va devoir taper sur l’armée. D’ailleurs, les islamistes ont annoncé la couleur en disant que ce sont des "résidus de l’ère Moubarak" qui sont derrière tout ça. Et les restes de l’ère Moubarak, on sait ce que c’est : c’est l’armée. Mais je suis optimiste. L’Égypte va s’en sortir et organiser, je l’espère, une élection présidentielle au plus vite.


* Myra Mahdy a notamment écrit "Un islam du cœur" (éd. du Cerf,1997) et "Le Coran raconté aux enfants" (éd. Les Deux Souris, 2002).

 

Première publication : 03/02/2012

  • ÉGYPTE

    Les pro-Moubarak accusés d'être responsables du drame de Port-Saïd

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)