Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

Moyen-orient

La pression s'accentue sur la Russie avant le vote de l'ONU

Texte par Dépêche

Dernière modification : 04/02/2012

Les 15 pays membres du Conseil de sécurité de l'ONU votent ce samedi sur un projet de résolution qui condamne la répression en Syrie tout en faisant des concessions à la Russie, exhortée par la France et les États-Unis à ne pas poser son véto.

REUTERS - Les Etats-Unis et la France ont exhorté samedi la Russie à ne pas bloquer l’adoption d’un projet de résolution sur la situation en Syrie à quelques heures d’un vote au Conseil de sécurité de l’Onu.

Moscou avait mis en garde un peu plus tôt contre le « scandale » que provoquerait le vote si le texte était gardé en l’état et a réclamé des concessions sous peine d’utiliser son droit de veto.

Le Conseil de sécurité de l'ONU

Le projet de résolution exprime le soutien du Conseil de sécurité au plan de sortie de crise de la Ligue arabe adopté le 22 janvier, qui prévoit la mise à l’écart du président Bachar al Assad et la formation d’un gouvernement d’union nationale avant la tenue d’élections.

La dernière version ne détaille pas le plan et établit clairement que le texte ne peut justifier une intervention militaire.

Selon les dernières informations communiquées par l’Onu, la réunion devrait débuter dès 10h00 heure de New York (15h00 GMT).

« S’ils veulent un autre scandale au Conseil de sécurité, on ne peut probablement pas les en empêcher », a déclaré Sergueï Lavrov, chef de la diplomatie russe, selon l’agence de presse Itar-Tass.

Le projet de résolution en cours n’est pas vain mais doit être amendé pour éviter de laisser l’impression que l’organisation prend parti dans une guerre civile, a déclaré Lavrov à Munich.

La principale objection de la Russie, a-t-il poursuivi, c’est que le projet de résolution évoque des mesures à prendre contre Damas, mais pas contre les « groupes armés » qui exploitent les manifestations.

« Nous soutenons l’appel au changement lancé par le peuple syrien », a dit Lavrov, affirmant que la Russie n’était pas spécialement attachée à Bachar al Assad.

Paris dénonce « la sauvagerie » de Damas

Des diplomates reconnaissent qu’ils ignorent si la Russie votera le texte, s’abstiendra ou opposera son veto, comme elle l’a fait début octobre avec la Chine sur un précédent projet de résolution qui aurait condamné la répression en cours en Syrie depuis mars de l’année dernière. (voir )

Selon un responsable du département d’Etat américain, les réticences de Moscou à voter le texte ont fait l’objet samedi de « vives discussions » entre Sergueï Lavrov et la secrétaire d’Etat américaine Hillary Clinton qui espère toujours un ralliement russe de dernière minute au projet de résolution.

« La secrétaire d’Etat et le ministre des Affaires étrangères ont eu de vives discussions. Ils s’accordent sur le caractère urgent de la situation sur le terrain au vu des violences », a indiqué ce responsable à l’issue d’une rencontre entre Clinton et Lavrov à Munich, en marge de la conférence annuelle sur la sécurité qui se tient ce week-end.

A Paris, le ministre français des Affaires étrangères, Alain Juppé, a exhorté la Russie, sans la nommer, à accepter le projet de résolution, soulignant l’urgence de la situation après la mort de 200 personnes dans des bombardements contre la ville de Homs déclenchés vendredi soir par les forces armées syriennes.

« Ce déchaînement de violence souligne l’urgence que le Conseil de Sécurité des Nations unies sorte de son silence pour dénoncer les auteurs de ce crime (...) Ceux qui freineraient l’adoption d’une telle résolution prendraient une lourde responsabilité devant l’histoire », a-t-il déclaré dans un communiqué.

Des diplomates ont estimé que les Russes auraient du mal à justifier un veto alors que les forces syriennes ont déclenché vendredi soir un bombardement contre la ville de Homs, où les bilans font état de 200 à 260 morts, sans précédent depuis le début de la contestation, en mars dernier.

« Comment oseraient-ils avec ce qui se passe à Homs ? », interroge un diplomate.

Si Moscou décide de voter en faveur du texte, il est vraisemblable qu’il sera adopté à l’unanimité, notent des ambassadeurs en poste à l’Onu qui estiment que la Chine et le Pakistan se caleraient alors sur l’attitude des Russes. Même une abstention russe permettrait l’adoption de cette résolution.
 

Première publication : 04/02/2012

  • SYRIE

    Plus de 200 morts à Homs selon l'opposition, vote crucial ce samedi à l'ONU

    En savoir plus

  • ONU

    Moscou refuse un "soutien total" du Conseil au plan de la Ligue arabe sur la Syrie

    En savoir plus

  • SYRIE

    L'ONU prête à faire des concessions à la Russie

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)