Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Le loup et l'agneau"

En savoir plus

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

  • Yémen : Sanaa contraint de partager le pouvoir avec la rébellion chiite

    En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Ebola : après trois jours de confinement, la vie reprend en Sierra Leone

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Ligue 1 : au Parc des Princes, Lyon tient tête au PSG

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

Economie

Athènes doit répondre de ses dépenses publiques devant ses créanciers

Texte par Dépêche

Dernière modification : 06/02/2012

Les responsables de la coalition gouvernementale se sont mis d’accord sur une réduction des dépenses publiques d’un montant équivalent à 1,5% du PIB, cette année. Mardi, ils donneront une réponse de principe aux créanciers internationaux.

AFP - Les difficiles négociations entre le Premier ministre grec Lucas Papademos et les partis politiques gouvernementaux devraient se poursuivre mardi pour tenter d'arracher l'aval des partis aux réformes exigées par l'UE et le FMI, alors que la Grèce sera en grève générale.

Lundi soir, alors qu'une première manifestation de l'opposition de gauche, communiste et radicale montait au front sous une pluie battante dans les rues d'Athènes contre les réformes, M. Papademos a rencontré la troïka représentant les créanciers institutionnels du pays, UE, BCE et FMI, dont la patience est mise à rude épreuve par la longueur des tractations.

L'espoir de voir se conclure lundi un accord politique au sein du trio de l'alliance gouvernementale, formé par les chefs des partis socialiste, Georges Papandréou, conservateur, Antonis Samaras, et d'extrême-droite Georges Karatzaféris, sur les mesures à mettre en oeuvre a été douché lundi, la réunion prévue étant reportée à mardi, selon une source gouvernementale.

"Les négociations continuent. Il y a encore des questions à régler", a affirmé une source gouvernementale à l'AFP pour justifier ce nouveau délai.

L'enjeu est de boucler trois semaines d'une double négociation, à la fois avec les créanciers étrangers et avec les trois dirigeants politiques grecs sur les modalités de la nouvelle cure de rigueur prescrite au pays en échange d'un deuxième plan de renflouement de 130 milliards d'euros préparé depuis octobre.

Pour débloquer ces fonds, et avaliser aussi l'opération d'effacement de 100 milliards de dette par les créanciers privés, les bailleurs de fonds institutionnels exigent un engagement explicite de MM. Papandréou, Samaras et Karatzaferis, réticents de leur côté à contresigner des mesures impopulaires et risquant d'aggraver la récession.

Mais la longueur des tractations a mis à bout la patience des créanciers.

Les discussions sont "déjà au-delà des délais", a averti lundi Amadeu Altafaj, porte-parole du commissaire européen aux Affaires économiques, Olli Rehn, rappelant que Bruxelles avait tablé sur un dénouement ce week-end.

Réunis à Paris, le président français Nicolas Sarkozy et la chancelière allemande Angela Merkel ont également accru leur pression.

"Les Grecs ont pris des engagements, ils doivent les respecter scrupuleusement, il n'y a pas le choix, le temps presse, c'est une affaire de jours, maintenant il faut conclure" a déclaré M. Sarkozy.

M. Sarkozy et Mme Merkel ont également souhaité que l'argent versé par les créanciers à la Grèce (sous forme de tranche) soit bloqué sur un compte "pour être sûr que cet argent sera durablement disponible" pour assurer les paiements du service de la dette du pays.

Athènes a un besoin vital d'une nouvelle aide pour éviter le défaut de paiement dès le 20 mars, à l'échéance de créances de 14,5 milliards d'euros.

A l'issue dimanche de cinq heures de discussions avec les trois dirigeants, M. Papademos a fait part d'une entente sur le volume des économies à réaliser (1,5 point de PIB, équivalent à environ 3,3 milliards d'euros) sur la mise en place de réformes visant à abaisser les coûts de production et sur un schéma de recapitalisation des banques.

Selon les médias, les dernières tractations doivent porter sur le montant des coupes prévues dans les retraites complémentaires, sur la réduction réclamée par l'UE et le FMI du salaire minimum ainsi que sur un projet de 15.000 licenciements rapides dans la fonction publique.

Les deux leaders de droite ont fustigé la rigueur prônée en sortant dimanche, mais M. Karatzaféris a ensuite fait part d'évolutions "satisfaisantes".

Le parti socialiste, qui dirigeait le pays jusqu'à l'éviction en novembre de M. Papandréou, ex-Premier ministre élu, est prêt "à faire preuve du même sens des responsabilités" qu'auparavant, a pour sa part déclaré son porte-parole, Panis Béglitis. Mais il ne donnera son feu vert "que s'il y à un accord de tous sur tout", a-il prévenu.

Malgré les retards en tous genres, la presse pariait lundi sur un accord final du trio politique grec, qui autoriserait M. Papademos à boucler parallèlement l'accord final sur la restructuration de la dette avec les créanciers privés.

"On n'a pas perdu tout espoir. Nous espérons que d'ici mercredi soir les négociations seront closes" entre la Grèce et ses créanciers publics, a indiqué lundi soir à l'AFP une source diplomatique européenne.

Les deux grandes centrales syndicales, GSEE pour le privé et Adedy pour le public, ont d'ailleurs aussi anticipé un accord à leur façon en appelant à une grève générale de 24 heures mardi, qui doit notamment perturber écoles, liaisons avec les îles, transports publics et administration. Une manifestation est prévue dans le centre d'Athènes à la mi-journée.

Les nouvelles mesures "sont la chronique d'une mort annoncée (...), l'objectif est de mettre à bas tout le droit du travail et de baisser les salaires de 20 à 30% en plus des coupes déjà opérées", a tonné le président de la GSEE, Iannis Panagopoulos.

Sous une pluie battante, 5.000 personnes ont manifesté dès lundi soir à l'appel de la gauche communiste et radicale, a constaté une journaliste de l'AFP.

"On n'a pas peur, le pays peut bien tomber en faillite! Nous ce qui nous intéresse, c'est que le peuple ne fasse pas faillite, mais que le capital fasse faillite", a expliqué à l'AFP Théodore, employé du secteur privé.

 

Première publication : 05/02/2012

  • UNION EUROPÉENNE

    Vingt-cinq pays de l'UE adoptent un nouveau traité de discipline budgétaire

    En savoir plus

  • UNION EUROPÉENNE

    La Grèce de nouveau au cœur d'un sommet de l'UE

    En savoir plus

  • GRÈCE

    La Grèce et ses créanciers sur le point de conclure un accord sur la dette

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)