Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Nuits de violences à Ferguson et 15e sommet de la Francophonie à Dakar

En savoir plus

DÉBAT

Débat en France sur un État palestinien et l'accord sur le nucléaire iranien

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La francophonie, belle et bien vivante !

En savoir plus

#ActuElles

Quarante ans d'IVG : un droit fondamental à défendre

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - Google : le géant du Net bientôt scindé en deux ?

En savoir plus

FOCUS

Bien qu'ébranlée, la protestation citoyenne se poursuit à Hong Kong

En savoir plus

TECH 24

Oculus Rift : la vie des autres

En savoir plus

REPORTERS

Liban : Chebaa au cœur de la poudrière

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Djilali Benchabane, spécialiste du Moyen-Orient et du Golfe arabo-persique

En savoir plus

Afrique

Quarante-quatre personnes, dont 19 Américains, jugées pour financement illégal d'ONG

Texte par Dépêche

Dernière modification : 06/02/2012

Accusées de financement illégal d'ONG, quarante-quatre personnes ont été déférées devant la cour criminelle du Caire. Cette action en justice fait suite aux perquisitions de 17 locaux d'ONG égyptiennes et internationales, le 29 décembre dernier.

AFP - Quarante-quatre personnes, parmi lesquelles 19 Américains et d'autres étrangers, vont être jugées pour des accusations de financement illégal d'organisations non-gouvernementales opérant en Egypte, a-t-on appris dimanche de source judiciaire égyptienne.
              
"Quarante-quatre personnes, dont des Egyptiens, 19 Américains, et des personnes d'autres nationalités, ont été déférées devant la cour criminelle du Caire dans l'affaire du financement des ONG", a déclaré cette source à l'AFP.
              
Selon l'agence officielle Mena, des Allemands, des Norvégiens, des Serbes, des Jordaniens et des Palestiniens figurent également parmi elles.
              
Aucune de ces personnes n'a été placée en détention en attendant le procès, dont la date n'a pas été précisée, a ajouté la source judiciaire.
              
Le ministre allemand des Affaires étrangères a critiqué dimanche la façon dont l'Egypte pouvait "nuire" à des organisations non-gouvernementales renommées.
              
"Nuire à des organisations qui ont une vraie mission internationale et qui la remplissent avec sérieux, ce n'est de notre point de vue en aucun cas acceptable", a déclaré Guido Westerwelle.
              
Cette action en justice fait suite aux perquisitions de 17 locaux d'ONG égyptiennes et internationales de défense des droits et de promotion de la démocratie le 29 décembre.
              
Parmi elles figurent les organisations américaines National Democratic Institute (NDI), International Republican Institute (IRI) et Freedom House, ainsi qu'une allemande, la fondation Konrad Adenauer.
              
Cette affaire a tendu les relations entre Washington et le pouvoir militaire égyptien qui a succédé au président Hosni Moubarak depuis la chute de ce dernier le 11 février 2011.
              
Elle survient alors que le pouvoir et les médias gouvernementaux mettent régulièrement le climat de contestation et les manifestations contre l'armée sur le compte de "complots" ourdis hors du pays et de "mains étrangères".
              
Ces ONG sont accusées d'avoir "établi des filiales d'organisations internationales en Egypte sans avoir obtenu l'agrément du gouvernement égyptien", et d'avoir "reçu des financements illégaux de l'étranger", selon cette source judiciaire.
              
L'installation d'ONG étrangères en Egypte, ou le financement depuis l'étranger d'ONG locales, est soumis à des conditions très restrictives en vertu d'une législation héritée de l'époque du président Hosni Moubarak.
              
La secrétaire d'Etat américaine, Hillary Clinton, a déclaré samedi que la question des ONG américaines en Egypte était toujours dans l'impasse, et averti que l'aide des Etats-Unis à l'Egypte pourrait être revue.
              
Mme Clinton a souligné qu'elle avait "a nouveau exprimé la profonde préoccupation" américaine au sujet des ONG lors d'un entretien avec le ministre égyptien des Affaires étrangères, Mohamed Amr, en marge de la conférence de Munich (Allemagne) sur la sécurité.
              
En janvier, les autorités égyptiennes ont interdit à certains Américains membres de ces organisations de quitter le pays. Selon des responsables américains, plusieurs d'entre eux se sont alors réfugiés à l'ambassade des Etats-Unis au Caire.
              
"Nous pensons qu'il n'y a aucune justification à ces enquêtes, ces perquisitions... à la saisie de leur matériel, et certainement aucune raison de leur interdire de quitter le pays", a affirmé Mme Clinton.
              
L'armée égyptienne reçoit annuellement environ 1,3 milliard de dollars d'assistance militaire de la part des Etats-Unis.

 

Première publication : 05/02/2012

  • ÉGYPTE

    Plusieurs Américains membres d'ONG interdits de quitter Le Caire

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Le Caire se défend après la perquisition des 17 ONG

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Perquisition de dix-sept ONG accusées de "financements étrangers illicites"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)