Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Le cessez-le-feu en Ukraine n’a encore rien d’effectif, selon l'Otan

    En savoir plus

  • Les candidats à la présidentielle afghane acceptent de partager le pouvoir

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

Moyen-orient

Le veto sino-russe à l'ONU provoque l'indignation de la communauté internationale

Vidéo par France 2

Texte par Dépêche

Dernière modification : 05/02/2012

Les pays arabes et occidentaux dénoncent vigoureusement le veto opposé par la Russie et par la Chine au projet de résolution du Conseil de sécurité de l'ONU sur la Syrie, samedi, au lendemain de la mort de plus de 200 personnes à Homs.

REUTERS - Les pays occidentaux et arabes se sont indignés dimanche du veto opposé la veille par Moscou et Pékin à un projet de résolution du Conseil de sécurité de l’Onu appelant à la mise à l’écart de Bachar al Assad en raison de la répression sanglante du mouvement de contestation.

La Ligue arabe poursuivra ses efforts pour résoudre la crise en Syrie malgré ce revers diplomatique, assure l’organisation panarabe dans un communiqué obtenu par Reuters.

Les veto chinois et russe « n’enlèvent rien au fait qu’il y a un soutien clair de la communauté internationale aux résolutions de la Ligue arabe », estime le secrétaire général de la Ligue, Nabil Elaraby, qui appelle le gouvernement syrien à répondre aux demandes de son peuple.      

Rompant avec le traditionnel langage diplomatique, l’ambassadrice américaine aux Nations unies, Susan Rice, s’est déclarée « dégoûtée » par le double veto survenu au lendemain de la mort de plus de 200 personnes dans des bombardements menés par les forces syriennes à Homs, dans le centre du pays.

Alors que le bilan de la répression des manifestations antigouvernementales a dépassé les 5.000 morts depuis la mi-mars selon l’Onu, la Russie et la Chine « porteront la responsabilité de tout nouveau bain de sang », a prévenu Susan Rice.

Treize des quinze membres du Conseil de sécurité ont voté en faveur de la résolution qui apporte son plein soutien au plan de la Ligue arabe qui prévoit le départ d’Assad du pouvoir, le retrait des troupes des villes et la formation d’un gouvernement d’union nationale avant la tenue d’élections.

Le Conseil de sécurité de l'ONU

Le Conseil national syrien, qui regroupe la plupart des courants de l’opposition, a indiqué qu’il tenait pour responsable Moscou et Pékin de « l’escalade dans les meurtres et le génocide. Le CNS considère cela comme un permis donné au régime syrien de tuer dans l’impunité. »

Seul représentant d’un pays arabe au Conseil de sécurité de l’Otan, l’ambassadeur du Maroc Mohammed Loulicjki a exprimé « son grand regret et sa grande déception » face au double veto et a affirmé que la Ligue arabe n’avait pas l’intention de baisser les bras.

« On arrive à Damas »

L’ambassadeur syrien à l’Onu, Bachar Ja’afari a dénoncé la résolution et les pays lui ayant apporté leur soutien, estimant que les nations qui « empêchent les femmes d’assister à un match de football », n’ont aucune légitimité à se prononcer sur la démocratie en Syrie.

Il a également démenti tout bombardement à Homs, assurant qu’aucune « personne sensée n’aurait lancé une attaque de cette ampleur à la veille d’un vote au Conseil de sécurité de l’Onu ».


Dimanche, en Syrie, la télévision d’Etat diffusait des images de Bachar al Assad priant aux côtés de représentants musulmans dans une mosquée de Damas à l’occasion de l’anniversaire de la naissance du prophète Mahommet.

Dans le quartier de Bab Amro, à Homs, les habitants joints par téléphone, ont dénoncé le veto de la Chine et de la Russie, certains d’entre eux scandant « la mort plutôt que le déshonneur ».

« On arrive, Damas. A partir d’aujourd’hui, on va montrer à Assad ce qu’est un gang armé », a déclaré l’un d’eux.

Depuis le début du mouvement de contestation en mars 2011, Bachar al Assad impute les violences qui secouent son pays à des « gangs armés ».

Pour justifier son veto, la Russie a fait valoir que la résolution était biaisée en demandant un changement de régime en Syrie où Moscou dispose d’une base navale.

« Certains membres influents de la communauté internationale, dont certains sont malheureusement assis autour de cette table, sapent depuis le début du processus syrien l’occasion d’aboutir à un accord politique », a déclaré le représentant de la Russie aux Nations unies, Vitali Tchourkine.

Le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov se rendra en Syrie mardi pour y rencontrer Bachar al Assad.

Bilan meurtrier

Homs, ville martyre, toujours en proie à la violence
Après le revers diplomatique essuyé à l’Onu, la France a avancé l’idée de former un « groupe des amis du peuple syrien » en Europe et dans le monde arabe pour favoriser une solution.

« La France ne se résigne pas. Elle se concerte avec ses partenaires européens et arabes afin de créer un ‘Groupe des amis du peuple syrien’ qui aura pour objectif d’apporter tout l’appui de la communauté internationale à la mise en ÷uvre de l’initiative de la Ligue Arabe », a indiqué Nicolas Sarkozy dans un communiqué publié tard samedi.

Face à la poursuite des violences, la Tunisie a pour sa part expulsé son ambassadeur syrien et a indiqué qu’elle allait cesser de reconnaître le gouvernement de Bachar al Assad comme l’autorité légitime en Syrie.   

S’il était confirmé, le bilan des bombardements à Homs fourni par l’opposition, supérieur à 200 morts, serait le plus lourd depuis le début du soulèvement populaire dans le pays.

Rami Abdullrahman, de l’Observatoire syrien pour les droits de l’hommes, a indiqué tard samedi qu’il avait les noms de 128 personnes tuées lors du raid des forces syriennes dans cette ville du centre du pays.

« Hier le gouvernement syrien a assassiné des centaines de citoyens syriens, dont des femmes et des enfants, à Homs, dans des bombardements et d’autres violences indiscriminées et les forces syriennes continuent d’empêcher des centaines de civils blessés d’avoir accès à des soins », a déclaré le président américain Barack Obama, avant le vote à l’Onu.

« Tout gouvernement qui brutalise et massacre son peuple ne mérite pas de gouverner. »

 

Première publication : 05/02/2012

  • SYRIE

    Haytham al-Manaa : "Il faut une solution négociée avec la Russie"

    En savoir plus

  • SYRIE

    Pour l'opposition, le veto sino-russe à l'ONU donne au régime un "permis de tuer"

    En savoir plus

  • SYRIE

    La Russie et la Chine opposent leur veto au projet de résolution de l'ONU

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)