Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Nigéria face à Boko Haram

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ali Benflis répond aux attaques d’Abdelaziz Bouteflika

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Booty Looting", un pillage chorégraphié de Wim Vandekeybus

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Bras de fer entre Washington et Téhéran autour d’un ambassadeur

En savoir plus

SUR LE NET

San Francisco : une nouvelle agression liée aux Google Glass

En savoir plus

FOCUS

Les Taïwanais divisés vis-à-vis de la Chine

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Cuisine durable

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Déficit public : la France tiendra-t-elle ses engagements?

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Valls : opération séduction

En savoir plus

  • "Injustices et corruption alimentent le cycle de violences au Nigeria"

    En savoir plus

  • Violences sexuelles dans l'armée : Le Drian prône la "tolérance zéro"

    En savoir plus

  • Démission du puissant chef des renseignements saoudiens

    En savoir plus

  • La justice indienne reconnaît l’existence d’un troisième genre

    En savoir plus

  • Kiev passe à l'offensive contre les pro-russes dans l'Est

    En savoir plus

  • Ali Benflis : "La présidence à vie en Algérie, c’est terminé"

    En savoir plus

  • Les prisonniers d'Abou Ghraib transférés face à la menace djihadiste

    En savoir plus

  • Des travaux d'intérêt général pour Silvio Berlusconi

    En savoir plus

  • Vidéo : Yasmina Khadra appelle les Algériens à "chasser" le régime

    En savoir plus

  • Réforme des régions : la Bourgogne et la Franche-Comté sur la voie de la fusion

    En savoir plus

  • Reportage : à Horlivka, les insurgés s'emparent des bâtiments officiels

    En savoir plus

  • Un an après les attentats, Boston rend hommage à ses victimes

    En savoir plus

  • L'incendie de Valparaiso pourrait encore durer plusieurs jours

    En savoir plus

  • Hillsborough : 25 ans après, Liverpool demande toujours justice pour les victimes

    En savoir plus

  • Amnesty International accuse l'Algérie de violer les droits de l'Homme

    En savoir plus

  • Obama à Poutine : les insurgés de l’est de l’Ukraine doivent poser les armes

    En savoir plus

  • Michel Foucher : "Dans l'Est, les gens se sentent ukrainiens"

    En savoir plus

  • La France place l'économie au cœur de sa diplomatie

    En savoir plus

EUROPE

Paris et Berlin demandent à bloquer les intérêts de la dette grecque sur un compte

©

Vidéo par Audrey RACINE

Texte par Dépêche

Dernière modification : 06/02/2012

Le président Nicolas Sarkozy et la chancelière allemande Angela Merkel souhaitent que les intérêts de la dette grecque soient bloqués sur un compte. Et demandent à Athènes de "respecter scrupuleusement" ses "engagements".

AFP - La Grèce doit "conclure" les négociations sur sa survie financière, ont affirmé lundi le président français Nicolas Sarkozy et la chancelière allemande Angela Merkel, qui ont proposé de bloquer sur un compte les intérêts de la dette grecque.

"Les Grecs ont pris des engagements, ils doivent les respecter scrupuleusement, il n'y a pas le choix, le temps presse, c'est une affaire de jours, maintenant il faut conclure. C'est un message sans ambiguïtés et très confiant adressé" à la Grèce, a déclaré M. Sarkozy lors d'une conférence de presse commune à Paris.

"Il ne peut y avoir de nouveau programme" d'aide financière à la Grèce "si elle ne conclut pas avec la troïka" des créanciers publics d'Athènes, réunissant la Commission européenne, la Banque centrale européenne et le Fonds monétaire international, a confirmé la chancelière, à l'issue d'une conseil des ministres franco-allemand.

La Grèce est engagée dans une double négociation, à la fois avec ses créanciers privés, essentiellement des banques, pour qu'ils effacent une part substantielle de la dette grecque qu'ils détiennent, mais aussi avec cette troïka afin qu'elle octroie un nouveau prêt à la Grèce.

Les Européens et le FMI demandent comme condition préalable que l'accord soit scellé avec les banques et que le gouvernement grec engage de nouvelles réformes et mesures d'austérité. Athènes a un besoin vital d'une nouvelle aide pour éviter la faillite dès le mois de mars.

"Je ne comprends pas très bien l'intérêt qu'il y aurait à laisser passer encore du temps, le temps presse", a estimé Mme Merkel.

"Jamais nous n'avons été aussi proches d'un accord", a assuré Nicolas Sarkozy, "c'est une affaire de jours" et "nous n'imaginons pas qu'il n'y ait pas d'accord". Mais "maintenant il faut conclure", a-t-il insisté.

Angela Merkel a aussi repoussé l'hypothèse d'une sortie d'Athènes de la zone euro. "Nous voulons que la Grèce reste dans l'euro", a-t-elle martelé.

Concernant toutes les demandes faites par elle et M. Sarkozy, la chancelière a toutefois ajouté: "nous n'entendons pas déroger à cette position".

Le couple franco-allemand a par ailleurs proposé que les intérêts de la dette grecque soient bloqués sur un compte. "Je suis favorable à l'idée selon laquelle les intérêts de la dette grecque soient versés sur un compte bloqué pour être sûr que cet argent sera durablement disponible", a expliqué Mme Merkel.

 

Première publication : 06/02/2012

  • FRANCE - ALLEMAGNE

    Angela Merkel à Paris pour soutenir le presque-candidat Sarkozy

    En savoir plus

  • FINANCES

    Sarkozy et Merkel défendent le principe de la taxe Tobin à Berlin

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    Sarkozy et Merkel veulent un nouveau traité pour une Europe plus rigoureuse

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)