Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

MODE

La mode de 2014 marquée par une douce révolution et une prise de conscience des créateurs.

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : calme précaire dans la capitale, violences en province

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Cameroun, la population se mobilise pour l'éducation

En savoir plus

#ActuElles

Canada : les mystérieuses disparitions des femmes autochtones

En savoir plus

REPORTERS

Le meilleur des grands reportages de France 24 en 2014

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Retour sur les temps forts de l’année 2014

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un troisième Bush à la Maison Blanche ?"

En savoir plus

DÉBAT

CAN-2015 : un défi pour le continent africain

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

Asie - pacifique

Pékin justifie les raisons de son veto au Conseil de sécurité de l'ONU

Vidéo par Florence VILLEMINOT

Texte par Dépêche

Dernière modification : 06/02/2012

Suscitant l'indignation de l'Occident, la Chine explique avoir opposé son veto sur la Syrie pour éviter toute approche "simpliste" de la situation. Par le blocage de cette résolution, Pékin entend déjouer une "catastrophe humanitaire".

REUTERS - En opposant son veto au Conseil de sécurité au projet de résolution sur la Syrie, la Chine ne s'est pas rangée derrière le régime de Bachar al Assad mais a pris ses responsabilités pour éviter une approche "simpliste" de la situation, défend lundi le Quotidien du peuple, l'organe du Parti communiste chinois.

Le blocage de cette résolution, samedi, par la Chine et la Russie a provoqué une vague d'indignation dans les capitales occidentales et arabes, où Pékin et Moscou sont accusés d'avoir paralysé l'action de l'Onu alors que la répression se poursuit en Syrie. (voir )

Mais dans un éditorial publié lundi, le Quotidien du peuple,qui reconnaît que "la situation en Syrie continue de détériorer et (que) le nombre de victimes civiles continue de
s'accroître", souligne que les exemples récents en Libye, en Afghanistan et en Irak démontrent l'erreur que constituerait un changement forcé de régime à Damas.

Le projet de résolution apportait le "soutien entier" du Conseil de sécurité des Nations unies au plan de la Ligue arabe, qui a appelé le mois dernier Bachar al Assad à s'effacer du pouvoir en transférant ses prérogatives à un vice-président et prévoit la formation d'un gouvernement d'union nationale.

"Mettre un veto au projet de résolution du Conseil de sécurité ne signifie pas que nous donnons libre cours à la poursuite de ces événements déchirants", écrit le journal.

Mais il ajoute: "Actuellement, la situation en Syrie est extrêmement complexe. Soutenir de manière simpliste un camp et réprimer l'autre peut apparaître comme une manière salutaire de changer le cours des choses mais aurait en fait pour effet de planter de nouvelles graines menant à une catastrophe."

Le précédent libyen

Le journal relève également les inquiétudes de la Chine face aux interventions soutenues par l'Occident dans le monde arabe et dans d'autres parties du monde.

En mars 2011, la Chine s'est abstenue lors du vote de la résolution 1973 qui imposait une zone d'exclusion aérienne au-dessus de la Libye et réclamait la protection des populations civiles face à la menace que représentaient les forces du régime de Mouammar Kadhafi.

Cette résolution a servi de mandat à la campagne aérienne menée par l'Otan qui a abouti au final au renversement de Kadhafi. La Chine et la Russie considèrent que le mandat a été outrepassé.

"La Libye constitue un cas d'étude négatif", écrit le Quotidien du peuple. "L'Otan a abusé de la résolution du Conseil de sécurité sur l'établissement d'une zone d'exclusion aérienne et a fourni une aide militaire directe à une partie engagée dans
la guerre de Libye."

Le journal cite aussi les "calamités" survenues en Irak et en Afghanistan qui, dit-il, "devraient suffire à ouvrir les yeux du monde". "Eviter par la force une catastrophe humanitaire semble répondre à un sens de la justice et de la responsabilité,
mais les attaques et les attentats inarrêtables plus de dix ans après un changement de régime ne constituent-ils pas eux aussi une catastrophe humanitaire ?"
 

Première publication : 06/02/2012

  • SYRIE

    Le veto sino-russe à l'ONU provoque l'indignation de la communauté internationale

    En savoir plus

  • SYRIE

    Pour l'opposition, le veto sino-russe à l'ONU donne au régime un "permis de tuer"

    En savoir plus

  • SYRIE

    Vives réactions internationales après le veto sino-russe

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)