Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Graham Watson, président du Parti des Libéraux et Démocrates pour l'Europe

En savoir plus

ICI L'EUROPE

UE : avec Pierre Moscovici, un changement de cap économique ?

En savoir plus

DÉBAT

Manuel Valls à Berlin : prendre exemple sur le modèle allemand ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Enlèvement d'un Français en Algérie

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État islamique : à quel jeu joue la Turquie ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le retour de Nicolas Sarkozy n'est pas une solution pour la France"

En savoir plus

SUR LE NET

Cambodge : les travailleurs exigent une hausse des salaires

En savoir plus

  • Vidéo : les Kurdes syriens réfugiés à Erbil prêts à repartir au combat contre l'EI

    En savoir plus

  • Les États-Unis frappent le cœur de l’EI en Syrie

    En savoir plus

  • Rapt du Français en Algérie : qui se cache derrière les "Soldats du califat" ?

    En savoir plus

  • La justice autorise l'adoption d'enfants nés d'une PMA à l'étranger

    En savoir plus

  • Prison à vie pour Ilham Tohti : "Ils ont créé un 'Mandela ouïghour'"

    En savoir plus

  • L'armée israélienne abat un avion de chasse syrien au-dessus du Golan

    En savoir plus

  • L'armée tue deux Palestiniens accusés de la mort des adolescents israéliens

    En savoir plus

  • Le président chinois, principal absent du sommet sur le climat

    En savoir plus

  • Présidentielle tunisienne : le point sur les candidats

    En savoir plus

  • Un million de bébés européens nés grâce à Erasmus

    En savoir plus

  • Le report du projet de Transavia Europe ne suffit pas aux pilotes d'Air France

    En savoir plus

  • Apple bat des records de ventes avec ses nouveaux iPhone

    En savoir plus

  • Menaces contre la France : "L'EI a décidé d’exporter le conflit en Occident"

    En savoir plus

  • Le Mondial-2022 ne se jouera pas au Qatar, selon un membre de la Fifa

    En savoir plus

  • À Berlin, Manuel Valls promet des réformes à Angela Merkel

    En savoir plus

  • Mort d’Albert Ebossé : la JS Kabylie suspendue deux ans par la CAF

    En savoir plus

Asie - pacifique

Pékin interdit à ses compagnies aériennes de payer la taxe carbone

Texte par Dépêche

Dernière modification : 07/02/2012

La Chine refuse que la taxe imposée aux compagnies aériennes par les Européens sur les émissions de CO2 soit appliquée. Par ailleurs, les transporteurs peuvent acheter leur permis de droit à polluer pour 2012 jusqu'au 30 avril 2013.

AFP - La Chine a interdit à ses compagnies aériennes de payer la taxe sur les émissions polluantes, dite taxe carbone, imposée par l'UE, emboîtant le pas à une mesure similaire prise par la Chambre des représentants américaine, a annoncé lundi le gouvernement.

"L'Administration de l'aviation civile chinoise a récemment publié une directive qui interdit

aux compagnies aériennes chinoises de participer au système européen ETS" de taxes sur les émissions de carbone "sans autorisation des autorités gouvernementales", selon un communiqué publié par le Conseil des affaires d'Etat.

Le gouvernement ajoute qu'il est interdit aux compagnies de relever leurs tarifs pour compenser le coût de cette taxe.

L'ambassadeur de l'UE en Chine, Markus Ederer, a indiqué lundi que des négociations pourraient avoir lieu. "Il y a plusieurs voies possibles, bilatérales, multilatérales ou peut-être juridiques", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse.

Par cette loi entrée en vigueur au 1er janvier, les Européens veulent obliger toutes les compagnies aériennes, quelle que soit leur nationalité, à acheter l'équivalent de 15% de leurs émissions de CO2, soit 32 millions de tonnes, pour lutter contre le réchauffement climatique.

Les arguments des Européens sont récusés par 26 des 36 membres de l'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI), dont les Etats-Unis, la Chine et la Russie. Ils ont adopté début novembre une résolution non contraignante recommandant d'exempter les compagnies étrangères de la taxe carbone de l'UE.

Allant plus loin, la Chambre des représentants aux Etats-Unis a adopté un projet de loi interdisant aux compagnies aériennes américaines de s'acquitter de cette taxe.

Les compagnies américaines dénoncent une mesure discriminatoire et ont déposé un recours en Grande-Bretagne, mais leurs arguments ont été rejetés par la Cour européenne de justice.

Au début janvier, la Chine avait indiqué qu'elle ne coopérerait pas avec l'UE pour mettre en oeuvre la taxe qui venait d'entrer en vigueur et avait laissé entrevoir des représailles.

"Bien entendu, la Chine ne va pas coopérer avec l'Union européenne sur l'ETS" (système d'échange d'émissions), avait déclaré Chai Haibo, secrétaire général adjoint de la China Air Transport Association (CATA).

La CATA regroupe l'essentiel des compagnies aériennes chinoises, et notamment les quatre plus grandes d'entre elles que sont Air China, China Southern Airlines, China Eastern Airlines et Hainan Airlines.

"La CATA, en tant que représentant des compagnies aériennes chinoises, est fermement opposée à la mauvaise pratique européenne (qui consiste à) obliger unilatéralement des compagnies internationales à entrer dans l'ETS", avait précisé M. Chai.

Dès la fin de l'année dernière, la CATA avait indiqué que "les compagnies chinoises ne participeraient pas à l'ETS, ne fourniraient pas de plan de surveillance carbone aux pays de l'UE et ne négocieraient pas de politiques préférentielles avec l'Union européenne".

Les compagnies refusant d'acquitter la taxe pourraient se voir imposer une amende d'un montant de 100 euros par tonne de CO2 ou, dans les cas extrêmes, se voir refuser le droit d'atterrir dans les 27 pays de l'UE.

Mais les transporteurs disposent d'un délai, car si la loi est déjà entrée en vigueur, ils ont la possibilité d'acheter leurs permis de droit à polluer pour 2012 jusqu'au 30 avril 2013, et aucune sanction ne sera applicable avant cette date.

A huit euros la tonne de CO2, la mesure devrait rapporter 256 millions d'euros en 2012, selon la Commission européenne.
 

Première publication : 06/02/2012

  • AÉRIEN

    L'UE appliquera la taxe carbone malgré les pressions américaines

    En savoir plus

  • UNION EUROPÉENNE

    La Commission proposera une taxe carbone en juin, selon Sarkozy

    En savoir plus

  • FRANCE

    La taxe carbone nouvelle version présentée en conseil des ministres

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)