Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Le choc de simplification ne doit pas être contredit par un choc de complexification"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Ouagadougou en pleine crise, Jérusalem sous tension

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Gaz russe : un accord enfin trouvé entre la Russie, l'Ukraine et l'UE

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Fin de règne au Burkina Faso?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Journée insurrectionnelle au Burkina Faso

En savoir plus

POLITIQUE

Bruno Le Roux : il est "indigne" de se servir du drame de Sivens

En savoir plus

DÉBAT

Burkina Faso : quelle transition possible ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Crise au Burkina Faso : l’état de siège déclaré (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Tibéhirine : "Nous voudrions expertiser" les prélèvements, dit Trévidic

En savoir plus

asie

Selon Téhéran, les sanctions américaines n'affecteront pas ses activités nucléaires

Vidéo par Carlotta RANIERI

Texte par Dépêche

Dernière modification : 07/02/2012

L'Iran a qualifié de "geste hostile" les nouvelles sanctions américaines contre son secteur financier, assurant qu'elles seraient sans effet sur ses activités nucléaires. Téhéran pourrait en outre interdire l'exportation de son pétrole vers l'UE.

REUTERS - L'Iran a rejeté mardi le "geste hostile" des Etats-Unis envers ses banques, assurant que ce renforcement des sanctions décidé par Barack Obama n'aurait aucun impact sur ses activités nucléaires.

Le président américain a promulgué lundi de nouvelles mesures qui permettront aux banques américaines de geler les sommes concernées par des transactions avec l'Iran.

"C'est un geste hostile (...), une guerre psychologique qui n'a pas d'impact", a déclaré le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Ramin Mehmanparast, lors d'un point de presse hebdomadaire.

"Il n'y a rien de nouveau, cela dure depuis trente ans", a-t-il ajouté, allusion à la rupture des liens diplomatiques entre Téhéran et Washington après la révolution islamique de 1979.

"Les sanctions n'auront aucun impact sur notre programme nucléaire", a-t-il dit.

Des parlementaires ont parallèlement menacé d'accélérer l'adoption d'une loi interdisant l'exportation de pétrole iranien à l'Union européenne, en représailles de l'embargo sur le pétrole iranien décidé le 23 janvier par l'UE.

"Le projet est presque prêt. Il obligera le gouvernement à interrompre immédiatement les exportations de pétrole vers l'UE. Le projet interdira aussi toute importation de produits alimentaires en provenance de l'UE", a déclaré un élu, Parviz Sarvari, à l'agence de presse Fars.

Il a assuré que la majorité des élus du Majlis, où dominent les conservateurs, soutenait le projet. Aucune date n'a toutefois été donnée concernant l'adoption du texte. Un débat parlementaire sur la question, annoncé pour le 30 janvier, avait été annulé à la dernière minute.

Illustrant l'impact des sanctions occidentales, les compagnies exportatrices de riz ont fait savoir que l'Iran n'avait pas été en mesure de payer 200.000 tonnes de riz importées d'Inde, son principal fournisseur.

En l'absence de paiement, des navires transportant plusieurs tonnes de céréales sont bloqués au large des ports iraniens et aucune cargaison ne quitte le pays. L'importation de maïs ukrainien a baissé de 40% le mois dernier en raison des sanctions occidentales.

Les Etats-Unis et l'UE accusent l'Iran de chercher à se doter d'un arsenal nucléaire, ce que Téhéran dément.

Jusqu'ici, les banques américaines avaient pour consigne de rejeter les transactions iraniennes, plutôt que de bloquer et de geler les sommes concernées. Dorénavant, les institutions américaines pourront saisir les fonds iraniens.

Le département du Trésor a précisé que les nouvelles mesures concernaient les fonds de tous les ministères iraniens et de toutes les institutions publiques, notamment la Banque centrale qui gère les revenus du secteur pétrolier.
 

Première publication : 07/02/2012

  • NUCLÉAIRE IRANIEN

    Nouvelles sanctions américaines contre le secteur financier iranien

    En savoir plus

  • IRAN

    Une délégation d'inspecteurs de l'AIEA est arrivée à Téhéran

    En savoir plus

  • NUCLÉAIRE IRANIEN

    L'UE impose un embargo pétrolier sans précédent contre l'Iran

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)