Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Classement des personnalités influentes : 10 africains dans le palmarès du Time magazine

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Où s'arrêtera Poutine ?

En savoir plus

DÉBAT

Crise en Ukraine : l'escalade à l'est jusqu'où ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Crise en Ukraine : l'escalade à l'est jusqu'où ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : les ouvriers du textile au Bangladesh toujours en danger

En savoir plus

SUR LE NET

Opération ratée de la police de New York sur Twitter

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sean Lennon dans les pas de son père

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

États-Unis : peine de mort et réglementation

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Michel Platini : "pas sûr que le PSG respecte le fair play financier"

En savoir plus

  • De la guerre civile aux portes de Paris, parcours de réfugiées syriennes

    En savoir plus

  • Des soldats russes sur le pied de guerre à la frontière ukrainienne

    En savoir plus

  • Accord Hamas-Fatah : Israël suspend les négociations de paix

    En savoir plus

  • Présidentielle syrienne : deux candidats face à Bachar al-Assad

    En savoir plus

  • Vidéo : les ouvriers du textile au Bangladesh toujours en danger

    En savoir plus

  • Abdoulaye Wade bloqué au Maroc, confusion sur son retour à Dakar

    En savoir plus

  • RD Congo : près de 50 morts dans un accident de train

    En savoir plus

  • Les dessous des résultats record d’Apple

    En savoir plus

  • Ségolène Royal dément avoir interdit les décolletés dans son ministère

    En savoir plus

  • Impression 3D : dix maisons construites en 24 heures à Shanghaï

    En savoir plus

  • Premières pistes pour mettre fin au conflit entre VTC et taxis

    En savoir plus

  • Le rappeur Rohff mis en examen et incarcéré pour violences

    En savoir plus

  • Au Caire, le voile de la discorde

    En savoir plus

  • Le patron de la F1 Bernie Ecclestone jugé pour corruption

    En savoir plus

  • Au moins trois médecins américains tués dans un hôpital de Kaboul

    En savoir plus

  • Les îles Senkaku "couvertes" par le traité de défense américano-japonais

    En savoir plus

  • Platini doute que le PSG respecte le fair-play financier

    En savoir plus

  • Le président colombien rétablit le maire de Bogota dans ses fonctions

    En savoir plus

SPORT

L'Espagnol Alberto Contador "ira jusqu'au bout" pour prouver son innocence

©

Texte par Dépêche

Dernière modification : 08/02/2012

Le cycliste espagnol, suspendu deux ans par le Tribunal arbitral du sport pour dopage, n'exclut pas de faire appel. Alberto Contador, qui réaffirme son innocence, a indiqué à la presse qu'il "continuerait" sa carrière malgré sa condamnation.

AFP - Le cycliste espagnol Alberto Contador a assuré mardi à Pinto, près de Madrid, qu'il "continuerait" sa carrière après sa suspension de deux ans pour dopage infligée lundi par le TAS, le coureur se montrant également résolu à "aller jusqu'au bout" pour démontrer son innocence.

- Un "authentique calvaire" depuis l'annonce de son contrôle antidopage.

Le coureur a commencé son intervention en reconnaissant avoir vécu "un authentique calvaire" depuis la notification par l'UCI de son contrôle positif au clenbutérol, un stimulant anabolisant, lors de la seconde journée de repos sur le Tour 2010. "J'ai un sentiment de déception énorme, de désillusion. Cette année et demie d'attente a été très dure, que je ne souhaite à personne, un authentique calvaire. Mais cela a encore été plus dur pour ma famille", a expliqué Contador. "J'espère et souhaite pour le bien du cyclisme et du sport, que toutes ces décisions soient nettement plus rapides", a par ailleurs demandé le cycliste, qui attendait depuis mars 2011 un verdict du TAS suite à l'appel de l'AMA et de l'UCI.

- Contador réaffirme haut et fort son innocence.

"J'ai beau m'efforcer à essayer de comprendre la sanction qu'on m'a infligée, c'est impossible que je la comprenne", a martelé mardi l'Espagnol, le regard aussi noir que son costume. Affirmant traverser un moment "très compliqué", Contador s'est tout de même dit aussi "satisfait dans la mesure où quiconque lira ce verdict verra clairement que je ne me suis pas dopé". "C'est difficile, surtout quand on voit la quantité infime de clenbutérol retrouvée, qui ne peut absolument pas influencer le rendement", a poursuivi le désormais double vainqueur du Tour (puisque le Tour de 2010 lui est retiré), applaudi par de nombreux journalistes espagnols dans cette même salle de Pinto où il avait révélé à la presse son contrôle positif, en septembre 2010.

- Contador déterminé à poursuivre sa carrière.

"Je veux continuer dans le monde du cyclisme. Et même si maintenant, mon moral est bas, je sais que ce que j'ai traversé me rendra plus fort pour la suite", a affirmé un Contador au visage fermé, mais pas submergé par l'émotion. Dans les paroles et l'attitude du champion espagnol transparaissait l'envie de poursuivre, une fois sa sanction purgée. "A mon retour, je veux continuer à disputer les plus grandes courses", a assuré l'Espagnol, qui n'a toutefois pas spécifié de quoi se composerait son programme à partir du 6 août 2012, date de la fin de sa suspension pour dopage. Vuelta, Mondiaux? Contador a laissé la question en suspens.

- L'Espagnol n'exclut pas de faire appel de la décision.

Sans affirmer explicitement qu'il ferait appel de la suspension de deux ans assortie de la perte de son Tour 2010 et de son Giro 2011, Contador a toutefois laissé entendre qu'il se réservait le droit de le faire. "Nous étudions cette possibilité avec mes avocats. Ce qui est sûr, c'est que je lutterai jusqu'au bout", a-t-il expliqué. Si le champion de Pinto se décidait finalement pour cette option, il dispose de 30 jours à dater de la décision du TAS pour faire appel devant le Tribunal fédéral suisse, cet appel possible ne changeant toutefois rien à sa suspension.

- Bjarne Riis et Saxo Bank, soutiens de Contador, pas payé pendant sa suspension.

Assis mardi aux côtés d'Alberto Contador, le manageur général de Saxo Bank Bjarne Riis n'a pas hésité à accorder tout son soutien à son leader suspendu. "Nous avons choisi de soutenir Alberto à cent pour cent, jusqu'à ce que les choses changent du tout au tout. La version du TAS est qu'il n'y a eu absolument aucune triche consciente. Il s'agit selon le TAS d'une prise accidentelle d'un supplément", a ainsi déclaré un Bjarne Riis très posé. Le manager général de Saxo Bank a toutefois expliqué que "durant la suspension, Contador ne pouvait courir" et qu'il ne toucherait donc "pas de salaire durant sa suspension". "Mais mon intention est que Contador continue avec nous", a assuré Riis.

 

Première publication : 08/02/2012

  • CYCLISME

    L'Espagnol Alberto Contador perd le Tour de France 2010 pour cause de dopage

    En savoir plus

  • CYCLISME

    Malgré des soupçons de dopage, Alberto Contador se prépare pour le Tour

    En savoir plus

  • SPORT

    L'Espagne renforce ses lois de lutte antidopage

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)