Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif : de Sarajevo à Guantanamo, l’itinéraire des six d’Algérie

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle en Côte d'Ivoire : le soutien de Bédié est une "trahison" selon Bertin

En savoir plus

FOCUS

Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

En savoir plus

MODE

Fashion week : promenade pour un objet d’exception

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de la Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse: les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Euro-2020 : la finale de l'"Euro pour l’Europe" à Wembley

    En savoir plus

  • Corruption : amende record pour le géant pharmaceutique GSK

    En savoir plus

SPORT

L'Espagnol Alberto Contador "ira jusqu'au bout" pour prouver son innocence

Texte par Dépêche

Dernière modification : 08/02/2012

Le cycliste espagnol, suspendu deux ans par le Tribunal arbitral du sport pour dopage, n'exclut pas de faire appel. Alberto Contador, qui réaffirme son innocence, a indiqué à la presse qu'il "continuerait" sa carrière malgré sa condamnation.

AFP - Le cycliste espagnol Alberto Contador a assuré mardi à Pinto, près de Madrid, qu'il "continuerait" sa carrière après sa suspension de deux ans pour dopage infligée lundi par le TAS, le coureur se montrant également résolu à "aller jusqu'au bout" pour démontrer son innocence.

- Un "authentique calvaire" depuis l'annonce de son contrôle antidopage.

Le coureur a commencé son intervention en reconnaissant avoir vécu "un authentique calvaire" depuis la notification par l'UCI de son contrôle positif au clenbutérol, un stimulant anabolisant, lors de la seconde journée de repos sur le Tour 2010. "J'ai un sentiment de déception énorme, de désillusion. Cette année et demie d'attente a été très dure, que je ne souhaite à personne, un authentique calvaire. Mais cela a encore été plus dur pour ma famille", a expliqué Contador. "J'espère et souhaite pour le bien du cyclisme et du sport, que toutes ces décisions soient nettement plus rapides", a par ailleurs demandé le cycliste, qui attendait depuis mars 2011 un verdict du TAS suite à l'appel de l'AMA et de l'UCI.

- Contador réaffirme haut et fort son innocence.

"J'ai beau m'efforcer à essayer de comprendre la sanction qu'on m'a infligée, c'est impossible que je la comprenne", a martelé mardi l'Espagnol, le regard aussi noir que son costume. Affirmant traverser un moment "très compliqué", Contador s'est tout de même dit aussi "satisfait dans la mesure où quiconque lira ce verdict verra clairement que je ne me suis pas dopé". "C'est difficile, surtout quand on voit la quantité infime de clenbutérol retrouvée, qui ne peut absolument pas influencer le rendement", a poursuivi le désormais double vainqueur du Tour (puisque le Tour de 2010 lui est retiré), applaudi par de nombreux journalistes espagnols dans cette même salle de Pinto où il avait révélé à la presse son contrôle positif, en septembre 2010.

- Contador déterminé à poursuivre sa carrière.

"Je veux continuer dans le monde du cyclisme. Et même si maintenant, mon moral est bas, je sais que ce que j'ai traversé me rendra plus fort pour la suite", a affirmé un Contador au visage fermé, mais pas submergé par l'émotion. Dans les paroles et l'attitude du champion espagnol transparaissait l'envie de poursuivre, une fois sa sanction purgée. "A mon retour, je veux continuer à disputer les plus grandes courses", a assuré l'Espagnol, qui n'a toutefois pas spécifié de quoi se composerait son programme à partir du 6 août 2012, date de la fin de sa suspension pour dopage. Vuelta, Mondiaux? Contador a laissé la question en suspens.

- L'Espagnol n'exclut pas de faire appel de la décision.

Sans affirmer explicitement qu'il ferait appel de la suspension de deux ans assortie de la perte de son Tour 2010 et de son Giro 2011, Contador a toutefois laissé entendre qu'il se réservait le droit de le faire. "Nous étudions cette possibilité avec mes avocats. Ce qui est sûr, c'est que je lutterai jusqu'au bout", a-t-il expliqué. Si le champion de Pinto se décidait finalement pour cette option, il dispose de 30 jours à dater de la décision du TAS pour faire appel devant le Tribunal fédéral suisse, cet appel possible ne changeant toutefois rien à sa suspension.

- Bjarne Riis et Saxo Bank, soutiens de Contador, pas payé pendant sa suspension.

Assis mardi aux côtés d'Alberto Contador, le manageur général de Saxo Bank Bjarne Riis n'a pas hésité à accorder tout son soutien à son leader suspendu. "Nous avons choisi de soutenir Alberto à cent pour cent, jusqu'à ce que les choses changent du tout au tout. La version du TAS est qu'il n'y a eu absolument aucune triche consciente. Il s'agit selon le TAS d'une prise accidentelle d'un supplément", a ainsi déclaré un Bjarne Riis très posé. Le manager général de Saxo Bank a toutefois expliqué que "durant la suspension, Contador ne pouvait courir" et qu'il ne toucherait donc "pas de salaire durant sa suspension". "Mais mon intention est que Contador continue avec nous", a assuré Riis.

 

Première publication : 08/02/2012

  • CYCLISME

    L'Espagnol Alberto Contador perd le Tour de France 2010 pour cause de dopage

    En savoir plus

  • CYCLISME

    Malgré des soupçons de dopage, Alberto Contador se prépare pour le Tour

    En savoir plus

  • SPORT

    L'Espagne renforce ses lois de lutte antidopage

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)