Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La leçon de démocratie du Nigéria

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'alternance démocratique au Nigeria, modèle pour le reste du continent

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

La victoire annoncée de l'opposant Muhammadu Buhari au Nigeria

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Climat : "Les chances sont bonnes" de parvenir à un accord à Paris

En savoir plus

FACE À FACE

Nicolas Sarkozy : après la victoire, retour à la case judiciaire

En savoir plus

FOCUS

Inde : les musulmans et les chrétiens dans le viseur des ultranationalistes hindous

En savoir plus

REPORTERS

San Cristóbal, le chaudron vénézuélien

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Arnaud Viard, les joies et les peines de l'autofiction

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Moriarty, l'alchimie gagnante

En savoir plus

Sports

La Zambie s'impose face au Ghana et s'invite en finale

Texte par Dépêche

Dernière modification : 08/02/2012

La Zambie a réédité l'exploit de 1994 en se hissant ce mercredi en finale de la Coupe d'Afrique des nations. Les hommes d'Hervé Renard ont battu 1 à 0 le Ghana, pourtant grand favori, grâce à un but de Emmanuel Mayuka dans le dernier quart d'heure.


AFP -
Troisième finale de CAN pour la Zambie: après les tentatives de 1974 et 1994, les Chipolopolos ont l'occasion de remporter pour la première fois ce tournoi, forts de leur exploit contre le Ghana 1-0, pourtant favori, en demi-finale, mercredi à Bata.

La Zambie confirme sa progression, après une élimination dès le premier tour en 2008 et en quart en 2010 (aux tirs au but). Le Ghana, en revanche, tombe de haut, après avoir perdu la finale il y a deux ans et s'être classé 3e en 2008.

Le sélectionneur de la Zambie Hervé Renard avait parlé de "signes", qui lui faisaient penser que cette CAN serait celle de ses Chipolopolos. Le penalty de Gyan au ras du poteau superbement détourné par Mweene (8e) s'inscrit sans doute dans cette série. Le but de Mayuka à la 78e minute, une frappe enroulée qui fit poteau rentrant et mouche, aussi.

Les Chipolopolos conservent ainsi intact leur rêve de rendre hommage, à Libreville, à leurs prédécesseurs de 1993, morts cette année-là dans un accident d'avion près de la capitale gabonaise.

Un rêve qui a pourtant tenu à un fil, ou à une goutte. Sous une pluie battante, les joueurs perdaient leurs appuis et le ballon fusait. La Zambie entrait mieux dans le match, mais le Ghana prenait ensuite le contrôle des opérations, contraignant ses adversaires à procéder par contres et à lancer de longs ballons vers l'avant, un jeu quelque peu contre-nature pour eux.

Gyan rate un penalty

Il ne pleuvait pas que de l'eau; des occasions ghanéennes, aussi. Mais Gyan, à sec ou presque dans ce tournoi (un but), vivait décidément sa saison des vendanges, entre son penalty raté, une frappe écrasée après un service d'Andre Ayew (23e) et des têtes ratées (44e, 68e). Et l'avant-centre à fort ego devait céder sa place dès la 74e minute...

Et que dire de la tête non cadrée de Boye à bout portant (52e) ou du raté de Jordan Ayew, seul au deuxième poteau (32e) ? L'attaquant marseillais, titulaire pour la deuxième fois seulement dans le tournoi, a empoisonné la vie des défenseurs zambiens en première période. Puis, a disparu.

Boateng abattait un gros travail à la récupération et Asamoah épaulait Andre Ayew dans la construction, mais la maladresse empesait le dernier geste, à moins que le gardien Mweene ne s'interpose, surtout dans une fin de partie haletante.

Les Zambiens résistaient tant bien que mal et peinaient à s'approcher de la cage adverse, hormis ce numéro de classe de Kalaba pour Chamaga qui manquait le cadre (32e). Mais les Chipolopolos ne voulaient plus du beau jeu sans résultat. Leur victoire naquit d'un réalisme extrême, et d'une solidarité à toute épreuve, même sous le déluge d'occasions ghanéennes.

Première publication : 08/02/2012

  • CAN-2012

    Au bout du suspens, le Ghana se qualifie face à la Tunisie

    En savoir plus

  • CAN-2012

    La Zambie écrase le Soudan et s'offre une demi-finale

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)