Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Rentrée des classes en France : le système éducatif français est-il mauvais élève ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Un accord pour rétablir le Parlement du Lesotho

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Affaire Kayumba : quatre accusés reconnus coupables de tentative de meurtre

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Abbas Araghchi, vice-ministre iranien des Affaires étrangères

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Sarkozy le retour?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Le meilleur des Observateurs cette année !

En savoir plus

FOCUS

L'État islamique déclare la guerre de l'eau en Irak

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Peine perdue" d'Olivier Adam, la trentaine à la dérive

En savoir plus

REPORTERS

Pakistan : Imran Khan, des terrains de cricket à la politique

En savoir plus

  • Steven Sotloff, un passionné du monde arabe tombé entre les griffes de l'EI

    En savoir plus

  • Vidéo : un convoi de l'armée ukrainienne détruit dans l'est de l'Ukraine

    En savoir plus

  • Europe : Moscovici, un sous-commissaire pour la France ?

    En savoir plus

  • Pôle emploi : Rebsamen se défend de vouloir "stigmatiser" les chômeurs

    En savoir plus

  • L'EI revendique dans une vidéo la décapitation d'un second journaliste américain

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Falcao fait ses valises, à quoi joue Monaco?

    En savoir plus

  • Les photos volées de Jennifer Lawrence sont aussi gênantes pour Apple

    En savoir plus

  • Nord-Mali : quatre casques bleus tués par l'explosion d'une mine près de Kidal

    En savoir plus

  • En images : Falcao, James, Di Maria, Suarez... les plus gros transferts de l’été

    En savoir plus

  • "Peine perdue" d'Olivier Adam, la trentaine à la dérive

    En savoir plus

  • Un député tunisien échappe à une tentative d'assassinat

    En savoir plus

  • Le président du Yémen annonce un "gouvernement d'union nationale"

    En savoir plus

  • L'Otan menace de déployer une force de réaction rapide en Europe de l'Est

    En savoir plus

  • VTC : la justice interdit à Uber d'exercer en Allemagne

    En savoir plus

  • L’armée irakienne poursuit son offensive, l’EI recule

    En savoir plus

  • À Saint-Nazaire, les Mistral voguent vers leur destin russe

    En savoir plus

FRANCE

Affaire Bettencourt : Éric Woerth mis en examen pour recel

Vidéo par France 2

Texte par Dépêche

Dernière modification : 10/02/2012

Éric Woerth a été mis en examen ce jeudi pour recel de 150 000 euros qui auraient financé la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007. Mercredi, l'ancien ministre et ex-trésorier de l'UMP avait déjà été mis en examen pour trafic d’influence passif.

Reuters - L’ancien ministre UMP Eric Woerth a été de nouveau mis en examen jeudi dans l’enquête sur l’héritière de L’Oréal Liliane Bettencourt, cette fois pour « recel » de 150.000 euros qui auraient financé la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007.

Eric Woerth, 57 ans, avait déjà été mis en examen mercredi pour « trafic d’influence passif » au terme d’une première audition-fleuve d’une douzaine d’heures devant les juges bordelais. Il a encore été entendu jeudi pendant neuf heures.

Les nouvelles poursuites, annoncées par le parquet et son avocat, portent sur un versement supposé de 150.000 euros en espèces par Patrice de Maistre, gestionnaire de fortune de Liliane Bettencourt.

Selon des dépositions de Claire Thibout, ex-comptable de Liliane Bettencourt, l’argent aurait été destiné, aux dires de Patrice de Maistre, à financer la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007, dont Eric Woerth était le trésorier.

« A l’issue de cette audition (...), Eric Woerth a été mis en examen du chef de recel à raison d’une présumée remise de numéraire qui lui aurait été faite par M. Patrice de Maistre », explique le parquet dans un communiqué.

Les juges de Bordeaux qui conduisent l’affaire ont déjà saisi les comptes officiels de la campagne Sarkozy en 2007.

Cette remise d’espèces, si elle a existé, est une infraction puisque les dons en liquide sont limités concernant un parti à 7.600 euros et 4.600 euros pour un candidat.

Ces faits demeurent obscurs, puisque Claire Thibout admet ne pas avoir vu Patrice de Maistre remettre l’argent à Eric Woerth. Aucun élément n’est par ailleurs disponible sur l’usage que ce dernier a fait de l’argent, s’il l’a bien reçu.

Des correspondances possibles avec ces faits sur les agendas d’Eric Woerth et Patrice de Maistre ont cependant été remarquées par les enquêteurs. Des vérifications ont été engagées sur les comptes bancaires de Liliane Bettencourt, l’ex-comptable expliquant que 50.000 euros avaient été retirés en France et le reste en Suisse.

"Les faits n’ont pas existé" 

« Ces faits n’ont pas existé, M. Woerth s’insurge qu’on lui demande des comptes sur quelque chose qui n’a pas existé », a dit son avocat Jean-Yves Leborgne à Reuters.

Son client réagit aux poursuites avec « sérénité », dit-il. « Je ne pense pas que la justice pénale puisse fonctionner sur des hypothèses d’un raisonnement. Il lui faut des faits. Ces faits lui font défaut. Il faudra qu’un jour on en tire les conséquences », a-t-il ajouté.

Déjà entendu comme témoin en 2010 dans la première phase de l’enquête à Nanterre (Hauts-de-Seine), avant que le dossier ne soit transféré à Bordeaux, Eric Woerth a toujours nié toute malversation et s’est dit victime de calomnies.

L’affaire a commencé en 2007 sur un éventuel abus de faiblesse sur la personne de Liliane Bettencourt, 89 ans, première actionnaire de L’Oréal, troisième fortune de France. Elle se penche maintenant sur les liens entre des personnalités de la majorité et l’entourage de l’octogénaire.

Ministre du Budget entre 2007 et 2010, puis du Travail entre mars et novembre 2010, revenu depuis à l’Assemblée, Eric Woerth, un proche de Nicolas Sarkozy, est le premier dirigeant politique inquiété dans cette affaire.

Il a déclaré au Monde faire partie de la cellule « riposte » de l’UMP, qui organise la réplique au candidat socialiste François Hollande, dans l’attente de la probable déclaration de candidature du chef de l’Etat.

Les magistrats ont retenu mercredi pour la première mise en examen pour « trafic d’influence » une autre partie des faits litigieux, qui portent sur l’embauche de la femme d’Eric Woerth en 2007 chez le gestionnaire de fortune de Liliane Bettencourt, suivie en 2008 de la remise de la Légion d’honneur par le ministre au même gestionnaire de fortune, Patrice de Maistre.

Eric Woerth reconnait la matérialité de ces faits mais explique qu’ils ne sont constitutifs d’aucun délit.

Première publication : 09/02/2012

  • FRANCE

    Affaire Bettencourt : Éric Woerth mis en examen pour trafic d'influence passif

    En savoir plus

  • FRANCE

    L'ex-comptable de Liliane Bettencourt confirme la remise d'argent liquide à Éric Woerth

    En savoir plus

  • FRANCE

    Le siège de l'UMP perquisitionné dans le cadre de l'affaire Woerth-Bettencourt

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)