Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Grand oral de Manuel Valls : confiance renouvelée mais majorité fragilisée ?

En savoir plus

DÉBAT

Immigration clandestine : l'Europe impuissante ?

En savoir plus

FOCUS

Immigration en Méditerranée : prêts à risquer leur vie pour rejoindre l’Europe

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Margaret Atwood, la reine du roman d’anticipation est de retour !

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Vote de confiance : Manuel Valls sera-t-il soutenu par sa majorité ?

En savoir plus

TECH 24

Apple, IFA, cours de code : c'est la rentrée high-tech !

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

SUR LE NET

Certains médias accusés de faire le jeu de l'EI

En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

  • EI, EIIL, Daech, comment appeler les jihadistes en Irak et en Syrie ?

    En savoir plus

  • Ligue des champions : un Monaco diminué retrouve l'Europe dix ans après

    En savoir plus

  • Les étrangers désormais interdits de travail au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • L’inavouable alliance des États-Unis et de l’Iran contre l’EI

    En savoir plus

  • Exposition : Niki de Saint Phalle, une sacrée nana, au Grand Palais

    En savoir plus

  • Air France : la grève se durcit, les négociations "bloquées"

    En savoir plus

  • Yannick Agnel, la fin du rêve américain

    En savoir plus

  • Deux branches d’Al-Qaïda appellent les jihadistes à s’unir contre la coalition anti-EI

    En savoir plus

  • Nouvel appel des musulmans de France contre l’EI

    En savoir plus

  • Washington frappe des positions de l'État islamique près de Bagdad

    En savoir plus

  • Les députés ukrainiens ratifient l’accord d’association avec l’UE

    En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

    En savoir plus

  • Ebola : Obama envoyent 3 000 soldats en Afrique de l’Ouest

    En savoir plus

  • Près de 500 migrants portés disparus après un naufrage en Méditerranée

    En savoir plus

  • PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

    En savoir plus

Economie

Renault inaugure une usine à Tanger, les critiques fusent en France

Vidéo par France 2

Texte par Gaëlle LE ROUX

Dernière modification : 09/02/2012

Le constructeur automobile Renault a inauguré une usine à Tanger, où seront produits des véhicules à bas coût. Une aubaine pour le Maroc puisque 6 000 emplois devraient être créés. En France, syndicats et politiques dénoncent cette délocalisation.

Renault s’attire les foudres du monde politique et syndical en France, mais récolte des louanges de l’autre côté de la Méditerranée, au Maroc. Le groupe automobile français vient d’inaugurer en grande pompe sa nouvelle usine de Tanger – en présence du roi Mohamed VI et du PDG de Renault Carlos Ghosn. Une usine immense, susceptible de générer des milliers d’emplois au Maroc.

Dans le pays, où 31% des moins de 34 ans sont sans emploi, l’implantation de l’usine géante apparaît comme une aubaine pour les Marocains. Renault devrait à terme employer 6 000 personnes et estime que jusqu’à 30 000 emplois pourraient potentiellement être créés chez les fournisseurs et sous-traitants. Les autorités du pays ne se sont pas trompées en offrant un pont d’or au groupe français : pendant 5 ans, Renault sera exonéré d’impôts et de taxes à l'exportation.

Le site de l'usine de 300 hectares se situe dans la zone industrielle de Tanger. Il devrait produire dans un premier temps 170 000 véhicules par an, puis près de 400 000 dès que la seconde unité de production ouvrira ses portes, en 2013, soit l’équivalent de la production des usines françaises de Douai et de Flins. Le site ne produira que des véhicules à bas coût. Le véhicule familial Logdy, dernier né de Dacia, la branche "low-cost" du groupe Renault, sera notamment fabriqué dans cette nouvelle usine. Destiné en premier lieu aux marchés émergents, il sera également commercialisé en Europe.

Syndicats et monde politique grincent des dents

En France, alors que le "fabriqué en France" et la réindustrialisation se sont imposés comme thèmes centraux de la campagne présidentielle, l’implantation de Renault au Maroc fait grincer des dents. D’autant que la production du groupe en France n’a cessé de chuter : en l’espace de sept ans, la fabrication d’automobiles a reculé de plus de 50%.

"On considère que [Tanger] est l’usine de tous les dangers, estime Fabien Gache, délégué syndical central CGT chez Renault. Ces véhicules – des Scénic et des Kangoo loganisés [en référence à la Logan, succès commercial "low-cost" de Dacia] - vont venir télescoper des parts de marché de Renault en Europe en cas de réimportation massive." Même son de cloche du côté de la CFDT : "Nous avons des inquiétudes sur les conséquences de l’ouverture de cette nouvelle usine sur les véhicules plus haut de gamme produits en France, comme la Scenic, déclare François Chérèque, secrétaire général de la CFDT. Nous souhaitons qu’il y ait un débat au sein du groupe sur ce qu’il va se passer au niveau de l’emploi, des usines, des sous-traitants, de la recherche, du développement, de l’emploi…"

La Logan, le véhicule à bas prix produit en Roumanie sur le site de Dacia racheté par Renault en 2005, ne devait au départ n’être commercialisée que dans les pays émergents. Mais face à l’engouement des pays industrialisés pour cette voiture, elle a finalement été commercialisée en Europe de l’Ouest. Et a fini par représenter près du tiers des 2, 72 millions de véhicules vendus par le groupe en 2011.

"Low-cost" versus milieu de gamme

L’ouverture du site de Tanger a déclenché les contestations de la sphère politique. "Un choix dangereux et insoutenable" pour l’ancien ministre de l’Industrie Christian Estosi ; "un véritable scandale" pour Louis Aliot, numéro deux du Front national ; "une erreur stratégique" pour l’ancien Premier ministre et candidat à la présidentielle Dominique de Villepin. Cette avalanche de critiques s’est abattue sur la direction du groupe automobile - détenu à 15% par l’État français - quelques jours avant l’inauguration du site de Tanger.

Mais pour Carlos Ghosn, numéro un de Renault, la France n’a pas de souci à se faire. "Ce n’est pas quelque chose qui se fait au détriment de la France", a-t-il assuré jeudi 9 février sur RTL, assurant que l’usine de Tanger "vient au contraire ajouter à la charge de travail en France". Mieux, selon son bras droit Carlos Tavares, chaque voiture fabriquée au Maroc "rapportera 800 euros à la France parce qu’il y a 400 euros de pièces livrées depuis la France et 400 euros d’ingénierie dans l’Hexagone".

L’ouverture du site de Tanger s’inscrit dans la ligne droite de la nouvelle stratégie affichée par le groupe depuis 2005 : internationaliser son marché pour réduire sa dépendance vis-à-vis d’un marché européen amorphe. Le groupe estime que ses ventes hors d’Europe devraient représenter 47% de son chiffre d'affaire en 2012.
 

Première publication : 09/02/2012

  • INDUSTRIE AUTOMOBILE

    Renault veut lancer une voiture à très bas prix

    En savoir plus

  • AUTOMOBILE

    Grosse baisse de régime pour le français Renault

    En savoir plus

  • INDUSTRIE AUTOMOBILE

    Renault veut prendre le contrôle du Russe Avtovaz pour devenir le numéro 3 mondial

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)