Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

"il faut une réponse globale" contre le terrorisme, dit le Premier ministre malien sur France 24

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sophie Marceau et Patrick Bruel en sex-addicts !

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

France : la politique familiale à l'heure des économies

En savoir plus

FOCUS

Ces réseaux salafistes qui inquiètent les autorités allemandes

En savoir plus

DÉBAT

Afghanistan : collaborer avec les États-unis... et les Taliban ?

En savoir plus

DÉBAT

Hong Kong se révolte : le pouvoir de Pékin face au défi démocratique

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Instituer l'Etat de droit en Chine"

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Guerre pour un barrage en Colombie et la sanglante chasse aux dauphins des Îles Feroé

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Turquie : quelle stratégie face à l'organisation de l'État islamique ?

En savoir plus

Tous les jours, le regard des internautes sur l’actualité et un point tout en image sur ce qui fait le buzz sur la toile. Du lundi au vendredi, à 8h20.

SUR LE NET

SUR LE NET

Dernière modification : 13/02/2012

Danny Abdul Dayem, la voix de Homs

Un cyberactiviste syrien témoigne en vidéos de la répression en cours dans la ville de Homs. Les citoyens européens se mobilisent contre le traité international ACTA. Et des musiciens nord-coréens proposent une version du morceau « Take on me » à l’accordéon.

Danny Abdul Dayem, la voix de Homs

Depuis le début de l’offensive de l’armée syrienne à Homs, Danny Abdul Dayem témoigne sans relâche via Internet de la situation sur place. Dans

cette vidéo

mise en ligne mardi, il montre les dégâts causés par les bombardements à Baba Amro, l’un des quartiers les plus touchés de la ville. Et alors qu’il s’adresse en anglais à la caméra pour lancer un appel à l’aide à la communauté internationale, une déflagration retentit non loin de là.

 


Citoyen britannique d’origine syrienne, Danny Abdul Dayem est devenu la voix des habitants de Homs assiégés par les forces du régime de Damas. Blessé par balle fin août, il était retourné en Grande-Bretagne pour se faire soigner et n’a fait son retour en Syrie que le mois dernier. Et depuis plusieurs jours, il ne cesse de réaliser des vidéos pour dénoncer la répression, mais aussi pour témoigner des conditions de vie très difficiles dans la ville.

Il a ainsi tourné cette séquence dans un abri aménagé dans un sous-sol où se sont réfugiés des femmes et des enfants pour échapper au pilonnage de leur quartier. Une cachette où règne la peur et qui, selon l’activiste, ne dispose ni de nourriture, ni de médicaments.

Outre ses vidéos diffusées sur Internet, Danny Abdul Dayem témoigne régulièrement en direct par webcam à l’antenne de chaînes d’informations internationales. Et si des cyberactivistes s’inquiètent régulièrement pour sa sécurité, le jeune homme semble tout de même déterminé à poursuivre son travail de journaliste citoyen.

 

Les Européens se mobilisent contre le traité ACTA

Alors que 22 pays membres de l'Union Européenne, dont la France, ont signé fin janvier l’ACTA, un accord international anti-contrefaçon destiné notamment à lutter contre le téléchargement illégal, une partie des citoyens du continent se mobilise contre la future entrée en vigueur de ce traité jugé liberticide.

Ainsi comme l’illustrent ces nombreuses vidéos amateurs relayées sur les sites de partage, les manifestations anti-Acta se multiplient un peu partout en Europe. Des rassemblements organisés en Slovaquie, en Slovénie ou encore en Suède ces dernières semaines et qui ont réuni plusieurs milliers de citoyens bien décidés à exprimer leur rejet d’une telle loi.

Et la mobilisation anti-Acta devrait prendre encore plus d’ampleur dans les jours à venir à en croire cette carte interactive qui recense tous les rassemblements prévus prochainement dans les villes européennes. Plusieurs centaines de manifestations vont ainsi être organisées samedi 11 février sur l’ensemble du continent, de Londres à Madrid en passant par Paris ou Rome.

Une pétition adressée aux membres du Parlement Européen a également vu le jour en ligne pour leur demander de ne pas ratifier le traité. Un texte signé par plus d’1 million 800 000 internautes qui affirment que l’ACTA ne sert que les intérêts des grandes entreprises et qu’il représente un véritable danger pour la liberté d’expression et d’information sur la Toile.

Une mobilisation importante qui commence d’ores et déjà à porter ses fruits. Confrontés à d’importantes vagues de protestations anti-ACTA, la République Tchèque et la Pologne ont en effet récemment décidé de suspendre la ratification du texte polémique. Une décision qui réjouit les détracteurs de l’accord qui espèrent que les autres pays européens finiront par en faire de même.


Tendance du jour sur les réseaux sociaux

A l’approche des commémorations du 30ème anniversaire de la guerre des Malouines, ou des #Falklands en anglais, l’archipel, situé à l’extrême sud de l’Argentine et sous contrôle du Royaume-Uni depuis 1833, est au centre de nombreuses discussions sur la Toile. La présidente argentine, Cristina Kirchner, a en effet annoncé qu’elle allait déposer une plainte à l’ONU pour dénoncer la « nouvelle militarisation britannique » en cours dans ces îles. Une décision vivement critiquée par les internautes britanniques qui estiment pour la plupart que les Malouines leur appartiennent et que leur gouvernement est donc en mesure d’y faire ce qu’il veut.

 

Chats et pain de mie

C’est la dernière mode du moment sur Facebook : publier en ligne des photos de son chat affublé d’une tranche de pain de mie pour lui donner l’apparence d’un petit lion ou d’un sandwich à poils… Une idée qui remporte un franc succès sur la Toile comme en atteste ce groupe Facebook dédié à ce nouveau phénomène et qui compte plus de 19 000 fans. A noter que le site Gawker.com fournit quelques conseils aux débutants pour parfaitement réussir leurs clichés comme par exemple utiliser du pain de mie blanc car ses tranches sont plus faciles à découper que du pain complet.

 

La vidéo du jour

Cette reprise de la célèbre chanson « Take on me » du groupe « A-Ah » par 5 accordéonistes nord-coréens fait un véritable tabac sur les sites de partage. Une version étonnante d’un tube des années 80 réalisée pour faire la promotion d’un festival culturel organisé actuellement en Norvège et auquel participent de nombreux artistes venus du pays le plus fermés du monde.

Par Electron Libre

COMMENTAIRE(S)

Les archives

01/10/2014 Réseaux sociaux

Hong Kong : les manifestants soutenus à l'étranger

Au sommaire de cette édition : des activistes du monde entier expriment leur solidarité avec les manifestants hongkongais; la Toile dénonce la répression dont sont victimes les...

En savoir plus

30/09/2014 Réseaux sociaux

Instagram bloqué en Chine

Au sommaire de cette édition : les autorités chinoises procèdent au blocage d’Instagram; un voleur devient la risée du web argentin; et un artiste propose d’assister à...

En savoir plus

27/09/2014 Terrorisme

France : inquiétudes autour de la loi antiterroriste

Le 18 septembre dernier, l'assemblée nationale votait sous procédure d’urgence un projet de loi pour lutter contre le terrorisme. Un texte très polémique auquel se sont opposées...

En savoir plus

29/09/2014 guerre

Des ONG au chevet des civils syriens

Au sommaire de cette édition : de nombreuses ONG s’inquiètent du sort des civils syriens; une femme émiratie pilote de chasse est une star sur la Toile; et des Américains...

En savoir plus

26/09/2014 Réseaux sociaux

Émotion en ligne après l'assassinat d'Hervé Gourdel

Au sommaire de cette édition : la Toile française fait part de son émotion après l’assassinat d’Hervé Gourdel; au Colorado, des élèves partent en guerre contre les programmes...

En savoir plus