Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Le groupe Total frappé au coeur par le décès de son PDG

En savoir plus

SUR LE NET

États-Unis : des costumes "Ebola" pour Halloween critiqués en ligne

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Ce que veut la Turquie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les yeux doux d'Angela Merkel"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : Jim Yong Kim, président de la Banque mondiale, appelle à la mobilisation

En savoir plus

DÉBAT

La capitale française fait-elle le pari des arts ?

En savoir plus

DÉBAT

L'Allemagne à la rescousse du budget français ?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Drame du "cercueil volant" en Côte d'Ivoire et un riche couple sauve des migrants en mer

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Traité transatlantique : les consommateurs lésés ?

En savoir plus

  • Christophe de Margerie : disparition d’un patron Total

    En savoir plus

  • Justice : Oscar Pistorius condamné à cinq ans de prison

    En savoir plus

  • Quand les virus mortels fascinent Hollywood

    En savoir plus

  • Confusion autour de la tenue du procès de Simone Gbagbo mercredi

    En savoir plus

  • Un présumé terroriste canadien abattu après avoir fauché deux militaires

    En savoir plus

  • Kobané résiste à l'EI, le Premier ministre irakien se rend à Téhéran

    En savoir plus

  • Ligue des Champions : à Nicosie, le PSG veut consolider sa première place

    En savoir plus

  • Mort du PDG de Total Christophe de Margerie

    En savoir plus

  • Le Mondial-2022 au Qatar se jouera en hiver, tranche Blatter

    En savoir plus

  • Ebola : Jim Yong Kim, président de la Banque mondiale, appelle à la mobilisation

    En savoir plus

  • Yémen : l’irrémédiable ascension des Houthis, nouveaux maîtres de Sanaa

    En savoir plus

  • Oscar de la Renta, le célèbre styliste des Premières dames, est mort

    En savoir plus

  • Ankara va faciliter le passage des peshmerga vers Kobané

    En savoir plus

  • Ebola : le transport aérien, dossier épineux de la gestion de l’épidémie

    En savoir plus

  • Procès des journalistes en Papouasie : "Ils n’ont pas commis de faute très grave"

    En savoir plus

  • Tout ce que vous pensez savoir sur Ebola... et qui est faux !

    En savoir plus

Economie

Retour à la normale dans les aéroports parisiens après quatre jours de grève

Texte par Dépêche

Dernière modification : 10/02/2012

Le mouvement de grève dans les aéroports parisiens, contre un projet de loi visant à encadrer le droit de grève, a pris fin ce vendredi. Les syndicats et le gouvernement ont rendez-vous dans la matinée afin d'ouvrir les discussions.

AFP - Le trafic revenait à la normale vendredi dans les aéroports parisiens de Roissy et Orly après quatre jours d'un mouvement social contre une proposition de loi encadrant le droit de grève surtout suivi par les pilotes d'Air France, a-t-on appris auprès d'Aéroports de Paris (ADP).

"La situation est normale, il n'y a à cette heure aucune annulation à Orly et à Roissy", a déclaré une porte-parole d'ADP.

Examen d'une proposition de loi encadrant le droit de grève dans l'aérien

L'Assemblée nationale examinera le 24 janvier la proposition de loi UMP visant à encadrer le droit de grève dans le transport aérien, a annoncé mardi le président de l'Assemblée nationale, Bernard Accoyer, au cinquième jour de la grève des agents de sûreté des aéroports.

Déposée à l'initiative du député UMP Eric Diard, la proposition de loi vise à transposer dans le transport aérien le dispositif existant dans les transports terrestres depuis 2007.

Cette dernière "sur le dialogue social et la continuité du service public dans les transports terrestres réguliers de voyageurs" prévoit une obligation de négociation, la déclaration individuelle des grévistes 48 heures avant le début du mouvement, la réaffectation des personnels, la publication des prévisions de trafic 24 heures à l'avance.
 

Pendant quatre jours, le trafic aérien a été perturbé par un mouvement de grève dans l'aérien surtout suivi par les pilotes d'Air France, provocant annulations et retards. Syndicats et gouvernement, qui ont rendez-vous dans la matinée, campent sur leurs positions, ce qui pourrait déboucher sur un nouveau conflit en février.

Jeudi, Air France a annoncé "se préparer à une reprise du programme de vol normal pour la journée du 10 février", mais des retards sont néanmoins "prévisibles".

"Cette reprise nécessitera des opérations de remise en ligne des appareils qui, en raison des conditions de grand froid régnant actuellement en Ile-de-France, pourraient occasionner quelques retards", a expliqué la compagnie.

Les pilotes (30% de grévistes selon la direction, 60% selon le syndicat SNPL) ont réaffirmé jeudi leur détermination contre une proposition de loi encadrant davantage le droit de grève dans le transport aérien. Leur demande principale: le retrait de l'obligation d'un préavis individuel de 48 heures.

"Demain, s'il n'y a pas d'ouverture et si les portes restent fermées comme elles le sont depuis le début, très clairement, il y aura un autre mouvement", a prévenu Yves Deshayes, président du SNPL (majoritaire).

Ce mouvement, surtout suivi chez Air France, a entraîné des centaines d'annulations de vols, mais la compagnie a indiqué avoir envoyé 200.000 SMS ou courriels pour informer ses passagers (annulation, report, retard de vol), évitant ainsi des foules bloquées dans les aéroports.

Globalement, 75% de son programme de vols a été réalisé au cours des quatre derniers jours. La compagnie a toutefois été aussi contrainte à 300 annulations de dernière minute.

Les syndicats ont estimé que cette absence de pagaille et de "trouble à l'ordre public" était la preuve de l'inutilité de la loi.

Première publication : 10/02/2012

  • FRANCE

    Quatrième et dernier jour de grève dans les aéroports français ce jeudi

    En savoir plus

  • FRANCE

    Air France promet d'assurer au moins 60% de ses vols long-courriers malgré la grève

    En savoir plus

  • FRANCE

    La mobilisation se poursuit chez Air France contre un projet de loi sur le droit de grève

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)