Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Fabrice Arfi, auteur, "Le sens des affaires"

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile réagit à la condamnation d'Oscar Pistorius

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Brésil : à la conquête de l'électorat populaire

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Le duo Pouyanné-Desmaret aux manettes de Total

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'EI : l'Iran réaffirme son soutien à l'Irak, mais à quel prix ?

En savoir plus

DÉBAT

Migrants illégaux : l'impasse à Calais, dans le nord de la France

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile mexicaine réclame la démission du président

En savoir plus

FOCUS

Mines d'uranium en Inde : les populations sacrifiées de Jadugoda

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Nouveaux jardins d'idées

En savoir plus

Moyen-orient

L'Armée syrienne libre nie toute implication dans les attentats à Alep

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Dépêche

Dernière modification : 10/02/2012

Le dirigeant de l'Armée syrienne libre, Ryad al-Assad, a démenti sur FRANCE 24 toute implication de l'armée rebelle dans les attaques menées ce vendredi à Alep, alors que le colonel Arif Hamoud les a revendiquées ce matin.

REUTERS - Deux bombes visant des bâtiments des services de sécurité ont fait 25 morts, civils et militaires, vendredi à Alep dans le nord de la Syrie, rapporte la télévision syrienne.

Il y a également 175 blessés, ajoute la chaîne d'Etat, qui cite le ministère de la Santé.

La ville, important carrefour commercial, avait été jusqu'ici relativement épargnée par les violences qui secouent le pays depuis onze mois.

Selon la télévision, "deux explosions terroristes" ont visé une antenne des services de renseignement militaires et une base des forces de sécurité.

REPORTAGE EXCLUSIF : Au coeur de l'enfer syrien

L'Observatoire syrien des droits de l'homme, qui appartient à l'opposition, fait état de trois déflagrations, citant des témoignages d'habitants qui ont signalé aussi des coups de feu.

Un habitant contacté par Reuters a déclaré qu'une zone située autour d'un complexe des renseignements militaires dans le quartier du Nouveau Alep avait été bouclée.

Un reporter de la télévision d'Etat, filmé en direct devant un des bâtiments visés, a déclaré que l'explosion avait été entendue dans un rayon de 20 kilomètres.

Les dégâts montrés dans le reportage suggèrent que la bombe a pu être actionnée dans la rue devant le bâtiment de plusieurs étages. Un mur d'enceinte en béton est fortement endommagé.

Au moins une voiture garée à proximité a été calcinée.

Soulevant les couvertures recouvrant des cadavres sur le trottoir, le reporter a montré à la télévision un corps à la tête arrachée et d'autres restes humains, dont un torse démembré.

"Nous sommes désolés de montrer ces images, mais c'est le terrorisme qui nous vise", a-t-il déclaré, ajoutant que des enfants figuraient parmi les victimes.

Vidéo amateur des explosions à Alep
Derrière le reporter, on pouvait entendre un homme criant sa colère à l'encontre des Premiers ministres du Qatar et de la Turquie, qui n'ont de cesse de critiquer la répression menée par le régime syrien contre ses opposants.

La télévision syrienne a diffusé des images similaires du second site visé, par une voiture piégée selon le journaliste envoyé sur place. L'explosion a creusé un cratère de plusieurs
mètres.

Le 23 décembre, deux attentats suicides ont fait au moins 44 morts à Damas, au lendemain de l'arrivée d'une mission d'observateurs de la Ligue arabe. Le 6 janvier, un kamikaze a tué 26 personnes dans la capitale.

Le gouvernement syrien a imputé l'un des attentats au moins au réseau islamiste Al Qaïda. L'opposition accuse le régime d'avoir lui-même commandité les attaques.

Carte offensive ciblée sur Homs

Première publication : 10/02/2012

  • SYRIE

    La Ligue arabe étudie le renvoi d'observateurs avec l'aide de l'ONU

    En savoir plus

  • SYRIE - INFOGRAPHIE

    Homs, ville martyre de la répression du régime syrien

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Expulsion des ambassadeurs de Syrie en poste dans les monarchies du Golfe

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)