Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir d'après Barrow

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

BILLET RETOUR

Au Zimbabwe, le spectre de la crise économique plane toujours

En savoir plus

Amériques

Buenos Aires dénonce la "militarisation" britannique des Malouines

Texte par Dépêche

Dernière modification : 11/02/2012

Le secrétaire général de l'ONU a appelé jeudi au calme l'Argentine et la Grande-Bretagne, après les échanges de plus en plus vifs entre les deux pays. Trente ans après la guerre des Malouines, Buenos Aires dénonce une "militarisation" britannique.

AFP - Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a demandé jeudi à l'Argentine et au Royaume uni d'éviter toute "escalade" dans leur différend autour des Malouines, peu après avoir rencontré le ministre argentin des affaires étrangères Hector Timerman.

M. Ban "a exprimé sa préoccupation au sujet des échanges de plus en plus vifs" entre les deux pays et "a exprimé l'espoir que les gouvernements argentin et britannique éviteront une escalade dans ce différend et résoudront leurs divergences pacifiquement et par le dialogue".

CARTE
Le secrétaire général a réaffirmé qu'il restait disposé à offrir "ses bons offices pour résoudre cette querelle si les deux pays le demandent", précise un communiqué de l'ONU.

Peu avant, M. Timerman avait déclaré à la presse être "venu aux Nations unies pour dénoncer la militarisation de l'Atlantique sud par la Grande-Bretagne".

"La Grande-Bretagne est en ce moment la puissance militaire la plus importante présente dans cette zone" où se trouvent les Malouines, a-t-il souligné. Il a indiqué avoir "transmis (à M. Ban) des données relatives à des sujets nucléaires, à des armes nucléaires". Il n'a pas précisé les accusations de l'Argentine.

Le Royaume-Uni vient de dépêcher aux Malouines le prince William et a décidé d'envoyer un nouveau navire de guerre, assurant qu'il s'agissait d'"opérations de routine". Il pourrait dépêcher également, selon la presse britannique, un sous-marin nucléaire.

Buenos Aires avait annoncé jeudi son intention de présenter vendredi une plainte formelle devant le Conseil de sécurité de l'ONU dénonçant la "militarisation" britannique.

Les Malouines, situées à l'extrême sud de l'Argentine, sont sous contrôle du Royaume-Uni depuis 1833, lorsqu'une canonnière britannique en a chassé les autorités argentines.

L'archipel est l'enjeu d'une guerre de mots entre les deux pays à l'approche des 30 ans du conflit anglo-argentin sur la souveraineté des îles (2 avril-14 juin 1982).

Première publication : 11/02/2012

  • ARGENTINE

    Cristina Kirchner va protester à l'ONU contre la "militarisation" britannique des Malouines

    En savoir plus

  • MALOUINES

    L'Argentine accuse le prince William de débarquer en "conquérant"

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Clinton propose son aide au Royaume-Uni et à l'Argentine sur le conflit des Malouines

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)