Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Le Festival de Carthage souffle ses 50 bougies !

En savoir plus

FOCUS

Angela Merkel au sommet de son pouvoir?

En savoir plus

MODE

Les collections de l'été 2015 déjà au salon Who's Next à Paris

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Xavier Bettel, Premier ministre luxembourgeois

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Alexander Stubb, Premier ministre finlandais

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Françoise Degois, auteur de "Quelle histoire!"

En savoir plus

DÉBAT

Israël – Gaza : l’offensive se durcit, le bilan s’alourdit

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Ceci est mon corps"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Boujnah, directeur banque et marché, France & Bénélux, Banco Santander

En savoir plus

  • Les télévisions libanaises unissent leur voix pour soutenir Gaza

    En savoir plus

  • Paris confirme la livraison du premier Mistral à Moscou, le second en suspens

    En savoir plus

  • Le FBI accusé de transformer des citoyens musulmans en terroristes

    En savoir plus

  • Transferts : le Colombien James Rodriguez quitte Monaco pour le Real Madrid

    En savoir plus

  • Vol MH17 : les séparatistes ukrainiens ont remis les boîtes noires à la Malaisie

    En savoir plus

  • Gaza : l'armée israélienne annonce la disparition d'un de ses soldats

    En savoir plus

  • À Sarcelles, des dignitaires juifs et musulmans ont prié pour la paix

    En savoir plus

  • Transferts : Patrice Evra quitte Manchester United pour la Juventus Turin

    En savoir plus

  • Gaza : au Caire, Ban Ki-moon et Kerry veulent arracher un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Les milices libyennes s’affrontent pour le contrôle de l’aéroport de Tripoli

    En savoir plus

  • Dunga sélectionneur : le manque d’imagination du football brésilien

    En savoir plus

  • "Quelle opération ciblée !", quand Kerry ironise sur les frappes israéliennes

    En savoir plus

  • Sous pression, Moscou dément avoir livré des missiles aux pro-russes

    En savoir plus

  • Les chrétiens fuient Mossoul, "un crime contre l'humanité" selon l'ONU

    En savoir plus

  • L’armée ukrainienne tente de reprendre le contrôle de Donetsk

    En savoir plus

  • Didier Drogba tout proche d’un retour à Chelsea

    En savoir plus

  • Cette presse égyptienne qui soutient Israël contre le Hamas

    En savoir plus

Moyen-orient

L'armée resserre son étau sur Homs et Alep

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Dépêche

Dernière modification : 12/02/2012

L’armée syrienne a déployé ses troupes à Alep ce samedi et a continué de bombarder la ville de Homs, le bastion de la contestation anti-Assad, faisant 45 morts dans le pays. La Ligue arabe se réunit ce dimanche au Caire.

AFP - Les troupes syriennes ont été déployées en force samedi à Alep au lendemain d'attentats sanglants et ont bombardé par intermittence la ville rebelle de Homs, le conflit en Syrie ne montrant aucun signe de répit.

Le chef d'al-Qaïda soutient la rébellion en Syrie dans une vidéo (SITE)

Le chef d'Al-Qaïda Ayman al-Zawahiri a manifesté son soutien à la contestation en Syrie, dans un enregistrement vidéo mis en ligne sur des forums jihadistes, a rapporté dimanche un centre américain de surveillance des sites islamistes, SITE.

Dans cette vidéo, intitulée "En avant, les lions de Syrie", Ayman al-Zawahiri accuse le régime syrien de crimes contre ses citoyens et loue ceux qui se rebellent contre le gouvernement, selon le SITE.

Les violences, qui ont fait 45 morts samedi en Syrie selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), ont même débordé au Liban voisin où des heurts entre Libanais favorables et hostiles au régime du président syrien Bachar al-Assad ont fait trois morts et 23 blessés à Tripoli, la grande ville du nord du pays.

Face au blocage des efforts diplomatiques consécutif au veto russe et chinois à l'ONU il y a une semaine, la Ligue arabe doit tenir une série de réunions dimanche au Caire pour décider de la marche à suivre après l'échec de ses précédentes tentatives pour régler la crise.

Elle pourrait annoncer la création d'un groupe des "amis de la Syrie" et pour certains de ses membres la reconnaissance du Conseil national syrien (CNS), principale coalition de l'opposition, selon des sources diplomatiques et des opposants.

Au lendemain des attentats à la voiture piégée qui ont fait 28 morts et plus de 200 blessés à Alep (nord), les forces de l'ordre se sont déployées en masse dans les quartiers rebelles, a rapporté l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Selon un militant sur place, des blindés et des tireurs embusqués ont été déployés dans Alep, poumon économique du pays relativement épargné par la contestation contre M. Assad.

Les attentats qui ont visé les sièges des renseignements militaires et des forces de l'ordre étaient les premiers à Alep depuis le début le 15 mars 2011 de la révolte populaire dont la répression a fait plus de 6.000 morts selon les militants.

Le pouvoir, qui refuse de reconnaître l'ampleur de la contestation, a imputé les attaques à des "gangs terroristes" soutenus par l'opposition, qu'il accuse d'être derrière les violences dans le pays. Mais l'opposition a accusé le régime de les avoir perpétrées "pour détourner l'attention" de sa répression à Homs.

Selon les journaux du groupe de presse américain McClatchy, citant des responsables américains ayant requis l'anonymat, la branche irakienne d'Al-Qaïda est probablement derrière ces deux attentats. Selon ces quotidiens, cela donnerait du crédit aux accusations du président Assad sur l'engagement d'Al-Qaïda dans la révolte contre son régime.

A Homs, l'armée a poursuivi ses bombardements à l'artillerie lourde mais avec une intensité moindre, selon le chef de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane, en précisant que 500 personnes au moins ont péri jusque-là dans l'offensive militaire lancée contre Homs le 4 février.

"Le bilan samedi à Homs s'élève à au moins 14 morts civils, 9 dans le quartier de Baba Amr, pilonné par les chars, et un par des tirs à un barrage dans le quartier de Bab el-Sbaa", a-t-il ajouté.

Policiers et soldats se livrent à une campagne de "pillage à grande échelle" dans le quartier d'Inchaat, où les chars ont pénétré vendredi et où résident des familles aisées, a affirmé Hadi Abdallah, un militant de l'opposition. Ils "pillent ordinateurs, télévisions, électroménager et même des couvertures".

Dans le reste du pays, neuf civils ont été tués par les troupes dans la région de Deraa (sud), de même que deux déserteurs et cinq soldats lors d'affrontements, selon l'OSDH. Un militant a été abattu à Damas et un civil à Idlib (nord).

Cinq civils sont en outre morts à Zabadani près de Damas, où l'armée a aussi lancé une offensive pour étouffer la contestation, selon l'OSDH.

"L'armée a avancé dans Zabadani après la décision des déserteurs de se retirer pour éviter les pertes humaines, après des jours de résistance féroce. L'armée se trouve actuellement dans le quartier d'Al-Mahhata, à l'entrée de Zabadani", a précisé M. Abdel Rahmane.

Carte offensive ciblée sur Homs

Des affrontements entre soldats et déserteurs ont en outre fait trois morts parmi l'armée régulière à Douma, près de Damas, selon l'OSDH.

Et à Damas, le général de brigade et médecin Issa al-Khawli, "a été assassiné devant sa maison par un groupe terroriste", selon les médias officiels.

Une vidéo diffusée sur YouTube par les militants montre un blindé, sur lequel sont collés deux portraits de Bachar al-Assad, qui tire dans tous les sens à Douma. Une autre montre des manifestants défilant dans le quartier al-Aassali à Damas en solidarité avec Homs et Zabadani, avec une pancarte sur laquelle est écrit: "Nous ne nous agenouillerons que devant Dieu. Soit la patrie, soit la mort", "Vive la Syrie, à bas Bachar al-Assad".

La violence s'est étendue au Liban faisant craindre un débordement de la crise hors des frontières. A Tripoli, trois personnes dont une adolescente ont péri lors des affrontements à la roquette entre habitants d'un quartier alaouite pro-Assad et d'un autre sunnite anti-Assad, selon un responsable.

La Syrie, à majorité sunnite, est gouvernée depuis 40 ans par le clan Assad, issu de la minorité alaouite. Le Liban, sous tutelle syrienne pendant près de 30 ans, est un pays miné par les dissensions religieuses qui a connu une guerre civile dévastatrice (1975-1990).

Enfin, les autorités syriennes ont demandé à la Libye et la Tunisie de fermer leurs ambassades à Damas, sur la base de "réciprocité", les contacts de Damas avec ces deux pays étant quasiment nuls.

Première publication : 11/02/2012

  • DIPLOMATIE

    L'Arabie saoudite présente un projet de résolution à l'ONU sur la Syrie

    En savoir plus

  • SYRIE

    L’ASL peine à s’accorder sur son implication dans les attentats d'Alep

    En savoir plus

  • SYRIE - INFOGRAPHIE

    Homs, ville martyre de la répression du régime syrien

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)