Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls fait disparâitre ses tweets...

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Laurent Fabius sur France 24 : le ministre s'exprime sur la diplomatie française

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Emmanuel Macron, nouvel homme fort de Bercy

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La preuve par l'image de "l'invasion" russe en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

  • Les frondeurs du PS ne sont pas à La Rochelle "pour rompre"

    En savoir plus

  • UE : Le Polonais Tusk président du Conseil, l'Italienne Mogherini chef de la diplomatie

    En savoir plus

  • Golan : sauvetage d’une partie des casques bleus philippins

    En savoir plus

  • Nouvelle peine de prison à vie pour le guide suprême des Frères musulmans

    En savoir plus

  • Judo : Teddy Riner décroche un 7e titre de champion du monde

    En savoir plus

  • Selon Pretoria, le Lesotho est en proie à un "coup d'État"

    En savoir plus

  • Taubira "assume les conséquences" de sa présence chez les frondeurs du PS

    En savoir plus

  • Un cargo ukrainien s'écrase dans le sud de l'Algérie

    En savoir plus

  • Les États-Unis appellent à une coalition mondiale contre l'État islamique

    En savoir plus

  • Ukraine : l'UE se réunit à Bruxelles pour répondre à la Russie

    En savoir plus

  • Grande Guerre : l'exode oublié des Belges en France

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : le FMI renouvelle sa confiance à Christine Lagarde

    En savoir plus

  • Un premier cas d'Ebola détecté au Sénégal

    En savoir plus

  • Laurent Fabius sur France 24 : "Il faut être ferme face à la Russie"

    En savoir plus

  • Ukraine : des femmes de soldats russes sans nouvelles de leurs maris

    En savoir plus

  • Un enfant britannique atteint d'une tumeur est recherché en France

    En savoir plus

asie

Aung San Suu Kyi lance sa campagne électorale

Texte par Dépêche

Dernière modification : 11/02/2012

Aung San Suu Kyi a été accueillie ce dimanche dans la région de Dawei par des milliers de personnes. L'opposante s'est engagée dans la campagne électorale en vue de conquérir un siège de député dans une circonscription rurale proche de Rangoun.

AFP - Des milliers de personnes ont accueilli dimanche l'opposante birmane Aung San Suu Kyi lors d'un déplacement dans le sud du pays pour soutenir son parti avant les élections partielles du 1er avril, scrutin clé pour tester la sincérité des réformes du nouveau régime.

"Si nous allons dans la bonne direction, de nombreuses possibilités s'offriront à notre pays. Nous sommes impatients de les saisir", a déclaré la lauréate du prix Nobel de la paix, elle-même candidate aux législatives pour la première fois de sa carrière.

"Vous êtes notre coeur", proclamaient des banderoles agitées par ses partisans portant des T-shirts frappés du logo de sa Ligue nationale pour la démocratie (LND).

Les habitants s'étaient déplacés en masse pour apercevoir en chair et en os la leader de l'opposition libérée de résidence surveillée en novembre 2010 et qui effectuait dans la région côtière de Dawei son premier déplacement de campagne en dehors de Rangoun.

"Nous avions demandé plusieurs fois à (Aung San Suu Kyi) de venir faire campagne dans notre région (...) Elle n'était pas venue ici depuis 23 ans", a déclaré à l'AFP Aung Soe, candidat de la LND qu'elle était venue soutenir.

Après son premier discours dans la ville de Dawei, des milliers de personnes ont suivi le cortège qui la menait de village en village, des enfants en uniformes scolaires l'acclamant sur son passage.

Des scènes inimaginables il y a encore un an, lorsque la "Dame" de Rangoun détestée par le généralissime Than Shwe, leader de l'ancienne junte aujourd'hui à la retraite, était marginalisée après avoir passé la majeure partie des vingt années précédentes privées de liberté.

Mais depuis, la junte au pouvoir pendant près d'un demi-siècle s'est autodissoute en mars 2011 et a transféré ses pouvoirs à un nouveau gouvernement "civil", bien que contrôlé par d'anciens militaires.

Cette nouvelle équipe a multiplié les réformes spectaculaires ces derniers mois, libérant notamment des centaines de prisonniers politiques et permettant le retour de Suu Kyi au coeur du jeu politique.

La LND, dissoute en mai 2010 pour avoir décidé de boycotter les élections de novembre suivant, a ainsi été autorisée à se réenregistrer et présentera des candidats pour les 48 sièges en compétition dans les assemblées nationales et régionales le 1er avril.

Le déplacement d'une journée doit également conduire Suu Kyi dimanche sur les lieux du controversé projet de construction à Dawei d'un complexe industriel autour d'un port en eaux profondes.

Ce projet de plusieurs milliards de dollars développé par une entreprise thaïlandaise fait craindre à certains un afflux incontrôlé d'industries sales au mépris des droits des populations locales.

Nouveau signe d'évolution du régime, les autorités viennent cependant d'annuler la construction d'une centrale au charbon sur le site, évoquant des "problèmes environnementaux".

L'Occident a salué les réformes engagées par le nouveau gouvernement, tout en restant prudent et en insistant pour que le scrutin d'avril soit "juste et libre" après celui de 2010 qu'il avait qualifié de "mascarade".

Ces élections, qui doivent pourvoir des postes laissés vacants par des élus nommés ministres, ne pourront pas menacer la majorité écrasante du parti du pouvoir.

La LND avait remporté une victoire écrasante aux élections de 1990 mais la junte n'avait jamais reconnu les résultats.

Suu Kyi, qui n'a effectué que quelques rares visites en dehors de Rangoun depuis sa libération, a connu par le passé des tournées particulièrement difficile.

En 2003, elle et son équipe avaient été agressées dans une embuscade, semble-t-il orchestrée par la junte au pouvoir, qui avait fait une centaine de morts selon la LND, quatre selon le régime. L'agression avait conduit à son placement en résidence surveillée pour sept ans.
 

Première publication : 11/02/2012

  • BIRMANIE

    Aung San Suu Kyi mène campagne dans le sud

    En savoir plus

  • BIRMANIE

    Aung San Su Kyi lance officiellement sa campagne pour le Parlement

    En savoir plus

  • BIRMANIE

    "La Birmanie est en train de renverser le cours de son histoire"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)