Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls fait disparâitre ses tweets...

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Laurent Fabius sur France 24 : le ministre s'exprime sur la diplomatie française

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Emmanuel Macron, nouvel homme fort de Bercy

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La preuve par l'image de "l'invasion" russe en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

  • La contestation anti-gouvernementale vire au chaos à Islamabad

    En savoir plus

  • Golan : les Casques bleus philippins "sains et saufs", les fidjiens toujours détenus

    En savoir plus

  • Après deux ans de captivité au Mali, deux diplomates algériens libérés

    En savoir plus

  • Irak : offensive irakienne et frappes américaines contre l'État islamique à Amerli

    En savoir plus

  • UE : le Polonais Tusk président du Conseil, l'Italienne Mogherini chef de la diplomatie

    En savoir plus

  • Les frondeurs du PS ne sont pas à La Rochelle "pour rompre"

    En savoir plus

  • Nouvelle peine de prison à vie pour le guide suprême des Frères musulmans

    En savoir plus

  • Judo : Teddy Riner décroche un 7e titre de champion du monde

    En savoir plus

  • Selon Pretoria, le Lesotho est en proie à un "coup d'État"

    En savoir plus

  • Taubira "assume les conséquences" de sa présence chez les frondeurs du PS

    En savoir plus

  • Un cargo ukrainien s'écrase dans le sud de l'Algérie

    En savoir plus

  • Les États-Unis appellent à une coalition mondiale contre l'État islamique

    En savoir plus

  • Grande Guerre : l'exode oublié des Belges en France

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : le FMI renouvelle sa confiance à Christine Lagarde

    En savoir plus

  • Un premier cas d'Ebola détecté au Sénégal

    En savoir plus

  • Laurent Fabius sur France 24 : "Il faut être ferme face à la Russie"

    En savoir plus

  • Ukraine : des femmes de soldats russes sans nouvelles de leurs maris

    En savoir plus

FRANCE

Hollande accuse Sarkozy de se "droitiser" pour séduire l’électorat FN

Texte par Dépêche

Dernière modification : 12/02/2012

Toujours au plus haut dans les sondages, le candidat socialiste à l’élection présidentielle a estimé à demi-mot, ce dimanche, que Nicolas Sarkozy s’efforçait de stigmatiser les chômeurs et les étrangers pour récupérer une partie de l’électorat FN.

REUTERS -  François Hollande s’est déclaré dimanche « totalement indifférent » à l’entrée en campagne imminente de Nicolas Sarkozy, qu’il accuse de chasser sur les terres du Front national en tenant un discours de plus en plus marqué à droite.

Le candidat socialiste à l’élection présidentielle a estimé que le président sortant, qui devrait officialiser sa candidature dans les jours qui viennent, a « un peu précipité les choses » puisqu’il envisageait selon lui de le faire en mars.

« Vous savez, ça m’est totalement indifférent parce que rien ne doit me détourner », a déclaré le favori des sondages.

Présidentielle française 2012

« Donc, qu’il fasse ce que bon lui semble, il a déjà utilisé suffisamment les moyens de l’Etat pour faire campagne jusque-là, s’il veut les utiliser un peu plus, c’est son affaire », a-t-il ajouté lors d’une longue interview sur Canal +.

Des proches du premier cercle présidentiel affirment que Nicolas Sarkozy s’est vu contraint d’accélérer l’allure après avoir longtemps pensé pouvoir annoncer le plus tard possible sa candidature, attendre encore risquant de donner à François Hollande des chances de consolider définitivement ses positions.

Le candidat socialiste estime qu’il aura pour concurrent dans la campagne un président sortant qui a ces derniers jours considérablement « droitisé » son discours pour tenter de récupérer une partie des électeurs du Front national.

« Les termes qui ont été utilisés, les mots qu’il a employés, effectivement laissent penser qu’il veut aller chercher les électeurs qui aujourd’hui se présenteraient plutôt pour aller vers Marine Le Pen », a-t-il estimé.

« Ça fait sans doute partie de sa tactique mais ça fait du mal à la société », a-t-il ajouté. « Le rôle d’un président, même jusqu’au bout, même candidat, c’est de rassembler le pays, c’est de l’élever, c’est d’éviter les stigmatisations, c’est de ne pas jouer avec les peurs. »

Pas de droitisation, selon Besson

Dans une interview au Figaro Magazine, Nicolas Sarkozy envisage de soumettre à référendum un nouveau système d’indemnisation des chômeurs et une nouvelle organisation des droits des étrangers, deux propositions qui ont déchaîné un tollé dans l’opposition mais aussi dans la droite modérée.

« Travail, responsabilité, autorité, je me reconnais plus que jamais dans ce triptyque ! » dit-il dans cet entretien sur ses « valeurs pour la France - travail, éducation, famille, laïcité ».

Autres gages donnés à l’électorat de droite, il y réaffirme son opposition au mariage des homosexuels, à l’adoption par des couples homosexuels et à la légalisation de l’euthanasie.

Inauguration d'une usine Renault au Maroc en pleine polémique sur le "made in France"

La polémique autour des délocalisations rebondit avec l’ouverture d’une usine Renault au Maroc

En plein débat sur l’avenir du « made in France », l’ouverture d’une immense usine Renault à Tanger a relancé, en période électorale, la polémique autour des délocalisations.

Le PDG de Renault, Carlos Ghosn, et le roi du Maroc, Mohammed VI, ont inauguré jeudi ce vaste site flambant neuf, implanté à seulement 14 kilomètres des côtes européennes, desservi par le port géant de Tanger Med et où les coûts salariaux sont plus de quatre fois inférieurs au salaire minimum français.
 

Ancien proche de François Hollande, le ministre de l’Industrie Eric Besson, passé du PS à l’UMP en 2007, s’est inscrit en faux contre l’idée que Nicolas Sarkozy chasserait désormais sur les terres du Front national, dont la candidate n’est qu’à quelques points de Nicolas Sarkozy.

« Sur les sujets dits régaliens, je suis frappé par le fait qu’un ancrage républicain soit perçu comme une droitisation. Travail, responsabilité, autorité, tous les républicains doivent pouvoir s’y retrouver », a-t-il dit lors de l’émission Le Grand Rendez-vous Europe 1/i>télé/Le Parisien.

« Arrêtons cette hypocrisie, il n’y a pas d’électeurs du Front national, il y a des électeurs qui, un jour, ont pu voter Front national et que tous les républicains devraient se préoccuper de ramener dans un vote que nous considérons comme républicain », a-t-il ajouté. « Chaque fois que c’est Nicolas Sarkozy qui pense à ces Français, il est suspecté (...) de braconner sur les terres du Front national. »

En outre, a-t-il ajouté, l’organisation de référendums sur le statut des chômeurs ou les droits des immigrés n’est qu’un « dernier recours » si le Parlement refuse.

Mais Eric Besson admet que, s’agissant de modifications de la Constitution, il y a « peu de chances » que la barre des trois cinquièmes des députés et sénateurs réunis en Congrès soit atteinte, d’où la solution du référendum.

Pour cet ancien socialiste, « tout le monde considère que c’est son entrée en campagne qui signera vraiment le début de l’élection présidentielle et j’en conclus une chose, c’est ce que ceux qui font des pronostics sur ‘le match est plié’, visiblement ont un peu peur de son entrée en campagne ».
 

Première publication : 12/02/2012

  • PRÉSIDENTIELLE FRANÇAISE

    À Roubaix, Eva Joly dévoile son projet présidentiel

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE FRANÇAISE

    Le pari politique et économique de Nicolas Sarkozy

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE FRANÇAISE

    François Hollande poursuit son opération de séduction

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)