Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Retour à la terre, avec le paysan-philosophe Pierre Rabhi

En savoir plus

POLITIQUE

France : "La principale opposition au gouvernement, c’est le groupe socialiste !"

En savoir plus

POLITIQUE

France : "On est dans une séquence du quinquennat très difficile"

En savoir plus

FOCUS

Journée internationale des migrants : l'Italie confrontée à de plus en plus d'enfants

En savoir plus

FACE À FACE

Discours sur l'immigration : François Hollande à la reconquête de la gauche ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

L'œuvre lumineuse d'Olafur Eliasson éclaire la Fondation Louis Vuitton

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile indienne affiche sa solidarité avec le Pakistan

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

De plus en plus de réfugiés affluent au Niger

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Cyberattaque de Sony : quand les hackers deviennent des terroristes

En savoir plus

EUROPE

Manifestation monstre contre la rigueur à Lisbonne

Texte par Dépêche

Dernière modification : 12/02/2012

En protestation contre les mesures de rigueur, les Portugais étaient des dizaines de milliers à manifester ce samedi à Lisbonne. Une vague de contestation qui devrait se poursuivre dans les prochaines semaines.

AFP - Des dizaines de milliers de personnes venues de tout le Portugal ont manifesté samedi après-midi à Lisbonne contre les mesures d'austérité mises en oeuvre par le gouvernement dans le cadre du plan d'assistance financière décidé en mai.

D'après la CGTP, la principale centrale syndicale du pays, qui a appelé à cette journée de mobilisation, quelque 300.000 personnes ont défilé dans la capitale portugaise.

La police a pour habitude de ne pas communiquer de chiffres sur le nombre des manifestants.

"Il s'agit de la plus grande manifestation de ces 30 dernières années", a souligné Armenio Alves Carlos, secrétaire général de la CGTP, qui s'est adressé aux manifestants dans un discours à la fin de la manifestation, au cours duquel il a vivement critiqué les mesures du programme d'assitance financière.

Ce plan "est un programme d'agression des travailleurs et de l'intérêt national", a-t-il déclaré.

"L'austérité ne crée pas de richesses. Or, le pays a besoin qu'on lui retire la corde du cou pour pouvoir respirer, vivre et travailler", a-t-il ajouté, plaidant pour une revalorisation du salaire minimum, actuellement de 485 euros brut.

"Le salaire (minimum) net s'élève à 432 euros, or le seuil de pauvreté est de 434 euros, ce qui concerne actuellement au Portugal "quelque 400.000 travailleurs", a-t-il affirmé.

Les manifestants arrivés à Lisbonne en début d'après-midi de tout le pays à bord de cars affrétés pour l'occasion s'étaient d'abord concentrés en divers endroits de la capitale avant de converger vers la place du Commerce, dans le centre historique.



"Non à l'exploitation, non aux inégalités, non à l'apauvrissement" ou encore "une autre politique est possible et nécessaire", pouvait-on lire sur les banderoles déployées par des manifestants qui scandaient : "la lutte continue !".

Le responsable de la CGTP a averti que la vague de contestation se poursuivrait dans les prochaines semaines, annonçant d'ores et déjà une nouvelle journée de manifestations dans tout le pays le 29 février prochain.

Cette manifestation intervient à quelques jours de la troisième mission trimestrielle de la Troïka (UE, BCE et FMI), représentant les créanciers publics du Portugal, chargée d'évaluer l'exécution du plan d'aide financière d'un montant de 78 milliards d'euros adopté en mai.

En échange de cette aide, le Portugal s'est engagé à mettre en oeuvre un exigeant programme de rigueur prévoyant diverses hausses d'impôts, un abaissement des prestations sociales, une forte augmentation des tarifs des transports publics urbains ou encore une révision du code du travail introduisant un assouplissement des horaires et la suppression de jours de congés.

Le président portugais Anibal Cavaco Silva, en visite officielle en Finlande, a appelé les dirigeants européens à se projeter au-delà de la crise financière pour se concentrer sur d'autres objectifs importants pour l'Europe.

Première publication : 12/02/2012

  • ZONE EURO

    Lisbonne dans les pas d'Athènes ?

    En savoir plus

  • CRISE DE LA ZONE EURO

    Fitch juge à son tour la dette portugaise spéculative

    En savoir plus

  • CRISE ÉCONOMIQUE

    Grève générale et manifestations contre l'austérité au Portugal

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)