Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

CAP AMÉRIQUES

Uruguay : la vie après Guantanamo

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Turquie : les Alévis, des musulmans à part

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tunisie : vieux président pour jeune démocratie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Comédies musicales, friandises, illuminations : les réjouissances de fin d'année !

En savoir plus

SUR LE NET

L'Unicef invite les enfants de Gaza à dessiner leur futur

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gabon : un vent de contestation

En savoir plus

DÉBAT

Gabon : l'opposition demande le départ du président Ali Bongo

En savoir plus

DÉBAT

Trois attaques en France en 48 heures : un effet de mimétisme ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le Père Noël habite en Chine"

En savoir plus

Moyen-orient

Des manifestants chiites se heurtent aux forces de l'ordre à Manama

Texte par Dépêche

Dernière modification : 13/02/2012

Plusieurs manifestations ont été émaillées de violences, ce lundi, à Bahreïn, à la veille du premier anniversaire du soulèvement populaire chiite contre la monarchie sunnite, déclenché le 14 février 2011.

AFP - La tension était vive lundi à Bahreïn où des manifestations émaillées de violences se sont intensifiées à la veille de l'anniversaire du soulèvement mené par des chiites contre la monarchie.
              
En début de soirée, les forces de sécurité ont tiré du gaz lacrymogène et des bombes assourdissantes pour disperser des milliers de personnes qui tentaient de marcher sur la place de la Perle à Manama, haut lieu symbolique de la contestation, selon des témoins.
              
Le ministère de l'Intérieur a indiqué que ses agents répliquaient à des protestataires qui les attaquaient à coups de cocktails Molotov et de pierres, ajoutant qu'une manifestation autorisée du Wefaq, principal groupe de l'opposition chiite, avait "perdu son caractère pacifique".
              
Le chef de la sécurité générale, le général Tarek al-Hassan, a mis en garde contre "les appels provocateurs sur les réseaux sociaux à des manifestations ou des activités illégales".
              
Dans un communiqué conjoint, des groupes de l'opposition ont dénoncé la réaction "hystérique" de la police, l'accusant d'avoir attaqué des femmes, des enfants et des dignitaires religieux "violemment battus".
              
Dès la nuit et l'aube lundi, des affrontements avaient opposé des manifestants à la police dans les banlieues chiites de Manama, ont rapporté des témoins.
              
Plusieurs personnes ont été blessées mais ont préféré ne pas se rendre dans les hôpitaux gouvernementaux de peur d'être arrêtées, a précisé l'un des témoins.
              
Les protestataires ont scandé des slogans appelant à une monarchie constitutionnelle et à la poursuite d'une résistance "pacifique" à la répression policière.
              
Mais certains protestataires appellent aussi au renversement du roi Hamad Ben Issa Al-Khalifa, en scandant "A bas Hamad" ou "Le peuple veut la chute du régime", selon des vidéos mises en ligne sur des sites de l'opposition.
              
Pour leur part, les "Partisans de la révolte du 14 février à Bahreïn" qui ont appelé à marcher sur la place de la Perle ont affirmé dans un communiqué qu'il n'y aurait "pas de dialogue jusqu'à la chute du régime".
              
Des milliers de personnes ont participé dimanche soir à un rassemblement dans une localité chiite près de Manama, au cours duquel le chef du Wefaq,  cheikh Ali Salmane, a dénoncé "la dictature" des Al-Khalifa, la dynastie sunnite au pouvoir, et appelé à "un régime démocratique".
              
Il a ajouté qu'une reprise du dialogue avec le régime, rompu en juillet, devrait désormais se faire d'égal à égal. "Il n'y aura point de dialogue entre esclaves et maître", a-t-il dit sous les applaudissements.
              
De son côté, le roi Hamad a déploré "l'absence d'opposition unifiée" avec qui dialoguer, dans un entretien au quotidien allemand Der Spiegel, dont des extraits ont été publiés lundi par l'agence officielle Bna.
              
Il a en outre de nouveau accusé "certaines parties" en Iran de vouloir "porter atteinte à la sécurité et à la stabilité" de Bahreïn, justifiant ainsi le recours aux troupes du Golfe, notamment saoudiennes, qui sont intervenues en mars 2011 pour prêter main-forte à la dynastie face au soulèvement.
              
Mais Amnesty International a estimé lundi que Manama n'avait pas mis en oeuvre les réformes recommandées par une commission d'enquête indépendante sur la répression de la contestation.
              
"Le gouvernement de Bahreïn est encore loin d'opérer les changements en matière de droits de l'Homme", proposés par la commission indépendante, relève l'organisation dans un communiqué.
              
La répression de la contestation s'était soldée par 35 morts: 30 civils, dont 5 décédés sous la torture, et 5 membres des forces de sécurité, avait indiqué cette commission dans son rapport rendu en novembre.
              
Amnesty a fait état lundi "d'au moins 20 autres morts" dans les heurts qui se sont poursuivis par intermittence à Bahreïn, portant ainsi le bilan à au moins 55 personnes tuées en un an.
 

Première publication : 13/02/2012

  • BAHREÏN

    Violentes altercations entre manifestants et forces de l'ordre

    En savoir plus

  • BAHREÏN

    Le roi veut amender la Constitution, l'opposition déplore une réforme timide

    En savoir plus

  • BAHREÏN

    L'opposition chiite tente de relancer la contestation

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)