Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

FOCUS

À la rencontre des étudiants étrangers à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ioannis Kasoulides, ministre chypriote des Affaires étrangères

En savoir plus

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Air France : la grève entre dans sa deuxième semaine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La revanche de David Cameron"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

SUR LE NET

Le "Blood Bucket Challenge", nouvelle tendance en Ukraine

En savoir plus

FOCUS

Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

En savoir plus

  • Vidéo : les villages repris à l'EI portent les stigmates des combats

    En savoir plus

  • Ebola : sept questions sur le virus

    En savoir plus

  • Foot européen : le Real cartonne, Manchester United sombre

    En savoir plus

  • Préservatifs trop petits : un problème de taille pour les Ougandais

    En savoir plus

  • Ebola : pourquoi les femmes sont-elles les premières victimes du virus ?

    En savoir plus

  • Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

    En savoir plus

  • Ligue 1 : l’OM vire en tête, Paris cale encore

    En savoir plus

  • Yémen : Sanaa contraint de partager le pouvoir avec la rébellion chiite

    En savoir plus

  • Syrie : plus de 100 000 Kurdes ont fui en Turquie l'avancée de l'EI

    En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Ebola : après trois jours de confinement, la vie reprend en Sierra Leone

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • À la rencontre des étudiants étrangers à Paris

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

EUROPE

Nouvelle cure de rigueur pour les Grecs, la crise sociale menace

Vidéo par Alexia KEFALAS

Texte par Gaëlle LE ROUX

Dernière modification : 14/02/2012

Le Parlement grec vient d’adopter un sixième plan de rigueur particulièrement sévère. L’accumulation de cures d’austérité, jusqu'à présent peu efficaces pour résorber le déficit du pays, pourrait provoquer une crise sociale majeure.

 
Une nouvelle période de vache maigre s’annonce pour les Grecs. Un plan d’austérité particulièrement rigoureux – le sixième en deux ans – a été adopté dimanche 12 février par le Parlement, déclenchant la fureur de la population grecque. Ces mesures devraient permettre à la Grèce d'économiser 325 millions d’euros supplémentaires, condition exigée par Bruxelles pour débloquer une nouvelle tranche d'aide européenne de 130 milliards d’euros. "Un chantage", selon les manifestants rassemblés en masse à Athènes dimanche.
 
Les principales mesures du plan d'austérité
  • Santé : réduction des frais de dépense des médicaments et des heures supplémentaires pour les médecins hospitaliers
  • Salaire : réduction de 22% du salaire minimum, 32% pour le salaire minimum des jeunes de moins de 25 ans
  • Secteur militaire : coupe de 300 millions d’euros
  • Collectivités locales : suppression de 500 postes de maires, adjoints et autres personnels
  • Entreprises publiques : privatisation de parts publiques dans quatre entreprises
  • Fiscalité : augmentation des contrôles fiscaux

 

Poussés par leurs créanciers (Union européenne, Fonds monétaire international et Banque centrale européenne), les députés grecs viennent en effet de voter des mesures extrêmement difficiles à avaler pour la population grecque. Les salaires des fonctionnaires avaient déjà subi une réduction lors d'un précédent plan de rigueur. C’est désormais au tour du salariat privé de se serrer la ceinture pour "restaurer la compétitivité des entreprises grecques", comme le prônait le FMI en janvier : le salaire minimal devrait baisser de 22 % - il sera ainsi ramené à 586 euros brut sur 14 mois – et celui des jeunes de moins de 25 ans devrait être réduit de près d’un tiers. Les hausses automatiques de salaires, dont celles basées sur l’ancienneté, seront également supprimées. En outre, certaines pensions de retraite seront revues à la baisse.
 
"La mort de la Grèce"
 
La fonction publique pâtira également d'une nouvelle cure d’amaigrissement. Avant la fin de l’année, 15 000 salariés de la fonction publique seront placés dans une "réserve de main d’œuvre" et payés à 60 % de leur salaire de base. Ceux qui sont proches de l’âge de la retraite seront licenciés d’ici un an ou deux. Le "mémorandum" de politique économique prévoit également de réduire drastiquement les dépenses de santé, ce qui devrait se traduire par une réduction du nombre de médicaments remboursés et des heures supplémentaires effectuées par les médecins hospitaliers.
"Les députés s'apprêtent à voter des mesures qui vont conduire à la mort de la Grèce", s’est insurgé le célèbre compositeur hellénique Mikis Théodorakis, qui a joint sa voix à celle des manifestants dimanche à Athènes. "Le peuple grec ne va pas céder", a-t-il ajouté. Manolis Glezos, figure historique de la Résistance pendant la Seconde Guerre mondiale, renchérit : "Ils n’ont aucune idée de ce que veut dire un soulèvement du peuple grec. Et le peuple grec, toutes idées politiques confondues, est en train de se soulever".
 
Dimanche, les Grecs ont manifesté en masse contre l’adoption d’un nouveau plan de rigueur. Ils étaient 80 000 à Athènes et 20 000 à Salonique (nord). Deux ans et demi de rigueur n’ont pas suffi pour amorcer un assainissement des finances du pays : la Grèce entre dans sa cinquième année consécutive de récession, le taux de chômage atteint désormais 21 % de la population active – contre 8 % en 2010, la frange la plus fragile de la population tend à se paupériser et, pire, la dette et le déficit du pays continuent à se creuser, laissant certains observateurs sceptiques quant à l’efficacité des mesures d’austérité.
 
 
Les pires violences depuis 2008

Dimanche, la colère des Grecs s’est manifestée par de violents affrontements entre contestataires et forces de l’ordre jusque tard dans la nuit. Aux gaz lacrymogènes tirés par les policiers, les manifestants ont répliqué par des jets de pierre, de morceaux de marbre et de cocktails Molotov. Plus d’une trentaine de manifestants et plusieurs dizaines de policiers ont été blessés. Plusieurs bâtiments – banques, boutiques de luxe, cinémas, cafés – ont été incendiés. Ce sont les pires violences qu’ait connues la Grèce depuis les émeutes de fin 2008, survenues après le décès d’un adolescent tué par un policier dans la banlieue d’Athènes. D’autres affrontements risquent fort d’éclater dans les jours et les semaines à venir. Alors que le climat est déjà extrêmement tendu, nombre d’analystes craignent que l’accumulation de plans d’austérité entraîne une explosion sociale : des affrontements de plus en plus violents et un débordement des grandes centrales syndicales.
 
"Je crains que les réactions de la population soient de plus en plus violentes, de plus en plus illégales et incontrôlables", déclare le sociologue Constantin Tsoukalas, professeur à l’Université d’Athènes, interrogé par le quotidien français "Libération". D’autant que selon un récent sondage de l'institut RASS, repris par Le quotidien français "Les Échos", 48 % des Grecs préfèrent la banqueroute à l'austérité et 38 % seulement acceptent de payer le prix du sauvetage de l'État. Le gouvernement, une coalition des partis conservateur, socialiste et d’extrême droite, est aujourd’hui décrédibilisé aux yeux d'une population dont 40 % préfèrent les petits partis de gauche – y compris le Parti communiste. Le 10 février, six membres de la coalition au pouvoir ont démissionné. À la crise de la dette et à la crise sociale s’ajoute désormais la crise politique.
 
 

 

Première publication : 13/02/2012

  • GRÈCE

    Plusieurs démissions au sein du gouvernement pour dénoncer l'austérité

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    Grèce : baisser les salaires, une approche contre-productive ?

    En savoir plus

  • PATRIMOINE

    La Grèce décide de louer ses sites archéologiques pour des tournages de pub

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)