Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Vidéo : Le difficile retour des musulmans de Bangui dans leur quartier de PK5

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Grande Guerre : les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

Economie

Les Grecs riches paient-ils leur dû à la rigueur ?

Vidéo par France 3

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 13/02/2012

Les dernières mesures d’austérité adoptées par la Grèce visent essentiellement les bas salaires. Un plan qui donne l'impression que les riches passent entre les mailles du filet de la rigueur.

“Les riches aussi doivent payer”. Les Grecs qui ont défilé à Athènes dans la nuit de dimanche à lundi, pendant que le Parlement adoptait les dernières mesures d’austérité proposées par le gouvernement, n’avaient pas que le Fonds monétaire international (FMI) et les voisins de l’Union européenne (UE) dans leur collimateur. Ils exprimaient également un sentiment d’injustice à l’égard des classes favorisées grecques qui ne paieraient pas, selon eux, le même tribut à l’austérité que les plus démunis.

Un ressenti a priori justifié. La mesure phare du nouveau plan d’austérité adopté par le pays est la réduction drastique de 22 % du salaire minimum. D'où l'incrédulité de certains Grecs qui se demandent pourquoi certaines catégories, considérées comme privilégiées, sont passées à travers toutes les mesures de rigueur mises en place depuis le premier plan de sauvetage international décidé au printemps 2010.

La puissante Église orthodoxe est ainsi régulièrement pointée du doigt. Avec des revenus estimés - et jamais confirmés par l’Église - de 700 milions d’euros et un impôt officiellement payé de 2,5 millions d’euros en 2010, elle n’aurait donc acquitté qu’un impôt de 0,35 % . Certaines professions, telles que les fameux armateurs grecs, mais encore les avocats, les médecins et les pharmaciens, profitent d'un régime fiscal très favorable qui n'a toujours pas été remis en cause.

Mais ces cas particuliers ne doivent pas occulter le fait que les mesures d’austérité en Grèce ont, à en croire une étude de la Commission européenne paru en novembre 2011, permis de réduire les inégalités. Un état de fait confirmé par les travaux de l’économiste grec Matsaganis Manos qui a calculé, en décembre 2011, que les Grecs les plus riches ont contribué à hauteur de 35 % aux efforts d’austérité contre environ 6 % pour les plus pauvres. “Par rapport à 2009, ceux qui paient les plus d’impôts ont perdu 4344 euros (-18 %) par an, tandis que les plus démunis gagnent 313 euros (-2 %) en moins par an”, écrivait-il en décembre dans une note d’analyse adressée à la Commission européenne.

Pour cet économiste, ce tribut payé par les Grecs aisés s’expliquent surtout par le choix du gouvernement d’augmenter prioritairement les impôts sur les revenus qui est “l’imposition la plus progressive” et frappe donc davantage les plus riches. Il note aussi que toutes les mesures qui ont ciblé la fonction publique (réforme des retraites, baisse des salaires, etc.) “affecte une catégorie de la population, les fonctionnaires, qui appartient à la classe moyenne supérieure et aisée en Grèce”.

De principaux pays de l’UE qui ont pris des mesures d’austérité pour tenter de réduire leur déficit, seul le Portugal a connu une progression des inégalités due à la rigueur, selon la Commission européenne. Ironiquement, dans ces recommandations à la Grèce pour son nouveau plan d’austérité, le FMI a préconisé, la semaine dernière, qu’Athènes prenne exemple sur Lisbonne pour améliorer la compétitivité de ses entreprises...

 

Première publication : 13/02/2012

  • GRÈCE

    Le Parlement adopte un nouveau plan d'austérité, la rue proteste violemment

    En savoir plus

  • GRÈCE

    Plusieurs démissions au sein du gouvernement pour dénoncer l'austérité

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    Grèce : baisser les salaires, une approche contre-productive ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)