Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Dette argentine : la réplique de la justice américaine

En savoir plus

DÉBAT

Irak : comment lutter contre l'organisation de l'État islamique ?

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile boycotte la vidéo de l'exécution de James Foley

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Nos étoiles contraires", sortez vos mouchoirs !

En savoir plus

FOCUS

La bataille du salaire minimum aux États-Unis

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Barbarie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La constance, c'est la confiance"

En savoir plus

  • Selon le Pentagone, neutraliser l'EI passe par une intervention en Syrie

    En savoir plus

  • Vol MH17 : les victimes malaisiennes rapatriées à Kuala Lumpur

    En savoir plus

  • 22 août 1914 : le jour le plus meurtrier de l'histoire de France

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

  • Ebola : les deux Américains traités au sérum ZMapp sont guéris

    En savoir plus

  • Sans surprise, Erdogan choisit Davutoglu au poste de Premier ministre turc

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Brandao suspendu provisoirement après son coup de tête

    En savoir plus

  • Riposte contre l’EI en Irak : "On assiste à un jeu très cynique"

    En savoir plus

  • Ebola : "Moi, je refuse de faire un vol vers Conakry"

    En savoir plus

  • La Tunisie et l'Égypte ferment leurs frontières aériennes avec la Libye

    En savoir plus

  • À Bangui, plusieurs centaines de manifestants réclament le départ des soldats français

    En savoir plus

  • Yémen : ultimatum de la rébellion chiite qui exige la démission du gouvernement

    En savoir plus

  • Gaza : trois commandants du Hamas tués dans un raid israélien

    En savoir plus

  • Présidentielle au Brésil : la candidature de Marina Silva menace Dilma Rousseff

    En savoir plus

  • Syrie - Irak : le pape François tantôt pacifiste, tantôt interventionniste

    En savoir plus

FRANCE

Le jour où le président Sarkozy annoncera sa candidature...

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 13/02/2012

L’annonce officielle de la candidature à la présidentielle de Nicolas Sarkozy doit intervenir dans le cours de la semaine. Distancé dans les sondages, le chef de l’État compte sur cet événement pour créer une nouvelle dynamique.

Une semaine décisive s’ouvre pour Nicolas Sarkozy. Tous les signaux envoyés par ses proches indiquent que le président de la République va officiellement annoncer sa candidature à la présidentielle d’ici le 16 février, selon des informations du journal "Le Monde". Pressé par certains de ses conseillers, qui s’alarment de le voir à la traîne dans les sondages, le chef de l’État a décidé de se lancer plus tôt que prévu. On a en effet longtemps envisagé une annonce en mars du côté de l’Élysée, selon les fuites orchestrées par la présidence.

"Secret de polichinelle"

Présidentielle française 2012

Différentes pistes sont étudiées pour l’annonce officielle : une intervention lors d'un journal télévisé du soir, une visite en province… Son déplacement mardi dans l'Isère, pour visiter le siège du fabricant de panneaux solaires Photowatt, pourrait servir de cadre parfait à un président soucieux de promouvoir l’industrie française et les nouvelles technologies. Le Journal du dimanche précise qu'il pourrait décider de se lancer jeudi lors d’une autre visite en province, dont l’emplacement est pour l’instant tenu secret.

Sur le plan logistique, tout est prêt du côté de la future équipe de campagne. Un QG a été loué dans le 15e arrondissement de Paris, des affiches ont déjà été imprimées et stockées à l’abri des regards curieux pour ne pas éventer le slogan de campagne.

Le "secret de polichinelle", savammment entretenu, doit ainsi prendre fin cette semaine avec l'annonce d'une candidature qui semble minutieusement préparée, à défaut de jouer sur l'effet de surprise. "Il n’a plus le choix. Vu le retard qu’il accuse sur Hollande, il a dû précipiter son entrée en campagne. On ne peut pas rattraper un tel retard en quelques semaines, il faut des mois " analyse Mathieu Doiret, directeur d’études à l'institut de sondages IPSOS.

En fin tacticien politique, le chef de l’État aura a cœur de parfaitement négocier le dernier virage, avant la ligne droite qui mène au premier tour du 22 avril. Le quotidien français "La Parisien-Aujourd’hui en France" estime ainsi qu’il joue "son va-tout". "Il a créé tellement d'attente qu'il a intérêt à réussir cette vraie-fausse entrée en campagne" ironisait pour sa part lundi matin sur France-Inter la députée socialiste et candidate malheureuse en 2007, Ségolène Royal.

Ségolène Royal au micro de France Inter - 13/02/2012

"Droitisation"

"Sarkozy a tenu jusque là parce qu’il avait besoin d’être président le plus longtemps possible. C’est une stratégie somme toute assez classique chez les présidents sortants" remarque Mathieu Doiret. Une posture de "capitaine à la barre" qui, cependant, n’a pas permis à Nicolas Sarkozy de recoller dans les intentions de vote.

Depuis 4 mois la cote du président stagne à 29 %, rappelle le coprésident d’Ipsos, Jean-Marc Lech, sur l’antenne de FRANCE 24. "Il l’a tellement préparée cette annonce, que cela va forcément être un peu décevant" met-il en garde, alors que l’entourage du chef de l’État espère que cet événement pourra lui faire gagner quelques points dans les sondages.

Le premier acte de cette candidature est intervenu le samedi 11 février, à travers une interview fleuve accordée au "Figaro Magazine", dans laquelle le chef d l’État a évoqué la possibilité de recourir à des référendums sur le chômage et l’immigration.

Si le parti socialiste s’est offusqué de la "droitisation" du président candidat, cet entretien laisse poindre la stratégie de campagne du futur candidat. "Ce qui va être crucial pour lui, c’est de rallier à nouveau les conservateurs, qui, déçus par son bilan, se sont tournés vers Bayrou et Le Pen. S’il parvient à unifier la droite derrière sa candidature, il conserve une chance de l’emporter", estime Mathieu Doret.

Une semaine déterminante qui se terminera dimanche à Marseille par le premier grand meeting de celui qui devrait être alors officiellement candidat.

Première publication : 13/02/2012

  • PRÉSIDENTIELLE FRANÇAISE

    Hollande accuse Sarkozy de se "droitiser" pour séduire l’électorat FN

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE FRANÇAISE

    À Roubaix, Eva Joly dévoile son projet présidentiel

    En savoir plus

  • FRANCE

    Le soudain engouement de Sarkozy pour le référendum peine à convaincre

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)