Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union Européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Refaire passer le chef de l’État par une primaire ne me paraît pas logique »

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Nous sommes arrivés à un moment où il n’y a plus de débat démocratique ni de dialogue social »

En savoir plus

Asie - pacifique

Le Premier ministre Gilani inculpé pour outrage par la Cour suprême

Texte par Dépêche

Dernière modification : 13/02/2012

Le chef du gouvernement pakistanais, Yousuf Raza Gilani, a été formellement inculpé par la Cour suprême pour avoir empêché que le président Asif Ali Zardari ne soit poursuivi pour corruption. Il encourt six mois de prison.

AFP - La Cour suprême a formellement inculpé lundi le Premier ministre du Pakistan pour outrage parce que son gouvernement refuse depuis deux ans de demander à la Suisse de rouvrir une procédure judiciaire pour des détournements de fonds présumés par le président Asif Ali Zardari.

La télévision nationale PTV a annoncé que la plus haute juridiction du pays avait lu formellement les chefs d'inculpation au chef du gouvernement Yousuf Raza Gilani, qui encourt six mois de prison et perdrait son poste en cas de condamnation.

Le Premier ministre n'est pas impliqué au fond dans l'affaire dite "des comptes suisses" de M. Zardari, mais il est accusé d'outrage à la Cour suprême simplement pour avoir refusé, comme elle le lui avait ordonné en 2009, de réclamer à la Suisse la réouverture d'une enquête visant le très impopulaire chef de l'Etat.

Pour sa défense, M. Gilani, qui invoque dans la presse "un procès politique" fait au chef de l'Etat, a excipé de l'immunité judiciaire dont jouit le président en exercice pour expliquer qu'il ne pouvait demander des poursuites à la Suisse, un argument que la Cour suprême a rejeté en première instance et en appel.

La Cour suprême avait annulé en 2009 un décret d'amnistie générale de 2007 exonérant l'actuel président Zardari de poursuites notamment dans une affaire de détournements présumés de fonds publics dans les années 1990 transférés sur des comptes en Suisse.

Elle avait alors sommé le gouvernement de demander à la justice suisse de rouvrir les procédures judiciaires, ce qu'il n'a jamais fait.

La fermeté de la Cour met davantage en difficulté un chef de l'Etat et un gouvernement très impopulaires, accusés de corruption et de mauvaise gouvernance et confrontés à l'hostilité croissante de la toute puissante armée, le tout sur fond de crise économique aiguë.

Première publication : 13/02/2012

  • PAKISTAN

    Memogate : l'affaire qui fait vaciller le pouvoir pakistanais

    En savoir plus

  • PAKISTAN

    Le Premier ministre Gilani comparaît devant la Cour suprême

    En savoir plus

  • PAKISTAN

    Le ministre de la Défense limogé, tensions entre l'armée et le pouvoir civil

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)