Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Du "Brexit" au "Borexit"

En savoir plus

POLITIQUE

« Le Brexit est un vote xénophobe, il révèle une coupure du Royaume-Uni en deux »

En savoir plus

POLITIQUE

"L’Europe est une famille de peuples, libres de vivre ensemble ou de partir"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Brexit : "Chacun doit mener sa vie comme il l'entend"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Matthew McConaughey en pleine guerre de Sécession dans "Free State of Jones"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : à Porto Rico, le virus Zika se propage à grande vitesse

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Quand les séries télé fabriquent des héros géopolitiques

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande, un président en campagne

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Année noire pour le tourisme en Turquie

En savoir plus

SPORT

Le rêve brisé de la Côte d’Ivoire

Texte par Sylvain MORNET

Dernière modification : 13/02/2012

Au terme d'un suspense haletant, la Zambie a remporté la 28e Coupe d’Afrique des nations (CAN) aux dépens de la Côte d’Ivoire, pourtant favorite (0-0 a.p, 8 t.ab.à 7). Dimanche soir, le capitaine ivoirien Didier Drogba était maudit.

Tout était entendu. Le second succès de la Côte d’Ivoire en finale de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) déjà dans toutes les têtes. Les visages radieux sur le banc des Éléphants confinaient à l’optimisme béat. En tribune, les personnalités ivoiriennes qui avaient fait le déplacement, dont le chef de l’État, Alassane Ouattara, jubilaient. Un peu présomptueux…

Nous jouons la 70e minute de jeu dans cette finale de la CAN entre Ivoiriens et Zambiens. Jusqu’à présent les deux équipes se neutralisent (0-0). Surgit Gervinho, l’attaquant d’Arsenal affole la défense des Chipolopolos, provoquant la faute de Chansa. La sanction est immédiate : penalty !

En bon capitaine, en star du football mondial, Didier Drogba s’avance. C’est lui qui doit envoyer la Côte d’Ivoire sur le toit de l’Afrique. Il sait également qu’un succès permettrait ce "levain de la réconciliation nationale, pour une réunification totale du pays" comme l’affirmait, samedi 11 février, le quotidien ivoirien "L’Inter". Car plus qu’un match de football, cette finale revêt un caractère supérieur.

Drogba et ses coéquipiers sont des "héros qui représentent la somme de toutes les opinions politiques, de toutes les ethnies et de toutes les régions de Côte d’Ivoire", souligne le journal "Nord-Sud", jugeant qu’avec une victoire "le peuple fera un grand pas vers son unité".

Drogba craque

Mais voilà, l’attaquant de Chelsea craque… Comme contre la Guinée équatoriale en quarts de finale, comme contre l’Égypte en finale de la CAN-2006, Drogba manque son penalty, envoyant son ballon dans les cieux... Un signe pour certains Zambiens qui songent alors à leurs compatriotes décimés lors d’un accident d’avion en 1993 au large de Libreville, la capitale gabonaise.

"Je suis vraiment déçu"

Le score restera donc inchangé pendant les 120 minutes de jeu (0-0). L’issue de cette finale se jouera aux tirs au but pour la septième fois dans l’histoire de la compétition. Une épreuve fatale à l’équipe de François Zahoui, Gervinho expédiant lui aussi son ballon dans le ciel de Libreville, avant que Sunzu n’envoie au paradis la Zambie (8-7).

La Côte d’Ivoire ne gagnera donc pas cette 28e CAN. Une mauvaise habitude pour les Ivoiriens, finalistes de la CAN-2006, demi-finalistes en 2008 et quart de finalistes en 2010.

Source d’espoir toutefois pour les Éléphants, la prochaine CAN a lieu dans un an en Afrique du Sud… L’occasion pour la génération Drogba (34 ans en mars) d’inscrire enfin son nom dans l’histoire du football africain, 20 ans après le dernier succès ivoirien en Coupe d’Afrique.

Première publication : 13/02/2012

  • CAN-2012

    La Zambie trône au sommet du football africain

    En savoir plus

  • CAN-2012

    La Zambie cherche à réécrire l’Histoire

    En savoir plus

  • CAN-2012

    La Côte d'Ivoire élimine le Mali et rejoint la Zambie en finale

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)