Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif : de Sarajevo à Guantanamo, l’itinéraire des six d’Algérie

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle en Côte d'Ivoire : le soutien de Bédié est une "trahison" selon Bertin

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse: les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

  • Euro-2020 : la finale de l'"Euro pour l’Europe" à Wembley

    En savoir plus

  • Corruption : amende record pour le géant pharmaceutique GSK

    En savoir plus

Amériques

Barack Obama reçoit le futur numéro un chinois à la Maison Blanche

Vidéo par Karina CHABOUR

Texte par Dépêche

Dernière modification : 14/02/2012

En visite aux États-Unis, le vice-président chinois, Xi Jinping, s'est entretenu avec Barack Obama à la Maison Blanche. Les deux dirigeants ont notamment évoqué la question du taux de change du yuan, au cœur d'un différent entre les deux pays.

AFP - Le président des Etats-Unis Barack Obama a appelé mardi Pékin à respecter les "règles en vigueur" dans l'économie mondiale, en recevant pour la première fois le probable futur numéro un chinois Xi Jinping dans le Bureau ovale de la Maison Blanche.

Tout en saluant le "développement extraordinaire de la Chine ces deux dernières décennies", M. Obama a estimé qu'"avec davantage de puissance et de prospérité viennent davantage de responsabilités" pour Pékin.

"Nous voulons oeuvrer avec la Chine à faire en sorte que tout le monde joue selon les mêmes règles en vigueur en ce qui concerne le système économique mondial. Cela veut dire qu'il faut qu'il existe un flux commercial équilibré non seulement entre les Etats-Unis et la Chine, mais aussi dans le monde entier", a expliqué M. Obama.

Le taux de change du yuan, que Washington accuse Pékin d'encadrer pour s'offrir une compétitivité commerciale à bon compte à l'exportation, constitue l'un des principaux sujets de discorde entre les deux grandes puissances, alors que les Etats-Unis ont accusé en 2011 un déficit commercial record avec la Chine.

M. Xi, qui s'est ensuite rendu au département d'Etat pour un déjeuner en compagnie de son homologue Joe Biden et de la chef de la diplomatie Hillary Clinton, a reconnu que Pékin et Washington devaient s'attacher à rechercher une relation commerciale plus "équilibrée".

A la Maison Blanche, devant laquelle plusieurs dizaines de militants des droits de l'homme manifestaient contre M. Xi, M. Obama a aussi promis que son pays continuerait "à insister sur ce que nous pensons être important, la concrétisation des aspirations et des droits de tous" en Chine.

Au département d'Etat, M. Xi a estimé qu'"il est toujours possible d'améliorer les choses quand on parle de droits de l'homme", mais argumenté que son pays devait en même temps gérer "une énorme population" et des "contrastes régionaux considérables".

La visite de M. Xi est vue de Washington comme l'occasion de jeter les bases d'une relation plus sereine entre deux pays aux économies étroitement liées, mais dont les sphères d'influence sont concurrentes.

Selon le porte-parole de M. Obama, Jay Carney, M. Obama a évoqué face à M. Xi la situation en Syrie, dix jours après que Pékin et Moscou eurent opposé leur veto à une résolution de l'ONU condamnant la répression sanglante d'une révolte par le régime de Bachar al-Assad.

Sauf coup de théâtre, M. Xi doit succéder à Hu Jintao à la tête du Parti communiste chinois en octobre 2012 puis au poste de chef de l'Etat en mars 2013. Sa visite aux Etats-Unis le mènera aussi dans l'Iowa (centre) et en Californie (ouest).

Juste avant son arrivée, M. Xi a mis en garde Washington contre un accroissement trop important de ses ressources militaires dans la zone Asie-Pacifique. Fin 2011, M. Obama avait annoncé que son pays allait renforcer sa présence militaire en Australie, froissant Pékin.

"A un moment où les peuples aspirent à la paix, à la stabilité et au développement, conférer délibérément

Première publication : 14/02/2012

  • DIPLOMATIE

    Le futur numéro un chinois accomplit son rite de passage à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • CROISSANCE

    Quand la Chine marque le pas

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)