Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Noël : les jouets connectés au pied du sapin

En savoir plus

SUR LE NET

Le rapprochement avec Cuba divise la Toile américaine

En savoir plus

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

Amériques

Barack Obama reçoit le futur numéro un chinois à la Maison Blanche

Vidéo par Karina CHABOUR

Texte par Dépêche

Dernière modification : 14/02/2012

En visite aux États-Unis, le vice-président chinois, Xi Jinping, s'est entretenu avec Barack Obama à la Maison Blanche. Les deux dirigeants ont notamment évoqué la question du taux de change du yuan, au cœur d'un différent entre les deux pays.

AFP - Le président des Etats-Unis Barack Obama a appelé mardi Pékin à respecter les "règles en vigueur" dans l'économie mondiale, en recevant pour la première fois le probable futur numéro un chinois Xi Jinping dans le Bureau ovale de la Maison Blanche.

Tout en saluant le "développement extraordinaire de la Chine ces deux dernières décennies", M. Obama a estimé qu'"avec davantage de puissance et de prospérité viennent davantage de responsabilités" pour Pékin.

"Nous voulons oeuvrer avec la Chine à faire en sorte que tout le monde joue selon les mêmes règles en vigueur en ce qui concerne le système économique mondial. Cela veut dire qu'il faut qu'il existe un flux commercial équilibré non seulement entre les Etats-Unis et la Chine, mais aussi dans le monde entier", a expliqué M. Obama.

Le taux de change du yuan, que Washington accuse Pékin d'encadrer pour s'offrir une compétitivité commerciale à bon compte à l'exportation, constitue l'un des principaux sujets de discorde entre les deux grandes puissances, alors que les Etats-Unis ont accusé en 2011 un déficit commercial record avec la Chine.

M. Xi, qui s'est ensuite rendu au département d'Etat pour un déjeuner en compagnie de son homologue Joe Biden et de la chef de la diplomatie Hillary Clinton, a reconnu que Pékin et Washington devaient s'attacher à rechercher une relation commerciale plus "équilibrée".

A la Maison Blanche, devant laquelle plusieurs dizaines de militants des droits de l'homme manifestaient contre M. Xi, M. Obama a aussi promis que son pays continuerait "à insister sur ce que nous pensons être important, la concrétisation des aspirations et des droits de tous" en Chine.

Au département d'Etat, M. Xi a estimé qu'"il est toujours possible d'améliorer les choses quand on parle de droits de l'homme", mais argumenté que son pays devait en même temps gérer "une énorme population" et des "contrastes régionaux considérables".

La visite de M. Xi est vue de Washington comme l'occasion de jeter les bases d'une relation plus sereine entre deux pays aux économies étroitement liées, mais dont les sphères d'influence sont concurrentes.

Selon le porte-parole de M. Obama, Jay Carney, M. Obama a évoqué face à M. Xi la situation en Syrie, dix jours après que Pékin et Moscou eurent opposé leur veto à une résolution de l'ONU condamnant la répression sanglante d'une révolte par le régime de Bachar al-Assad.

Sauf coup de théâtre, M. Xi doit succéder à Hu Jintao à la tête du Parti communiste chinois en octobre 2012 puis au poste de chef de l'Etat en mars 2013. Sa visite aux Etats-Unis le mènera aussi dans l'Iowa (centre) et en Californie (ouest).

Juste avant son arrivée, M. Xi a mis en garde Washington contre un accroissement trop important de ses ressources militaires dans la zone Asie-Pacifique. Fin 2011, M. Obama avait annoncé que son pays allait renforcer sa présence militaire en Australie, froissant Pékin.

"A un moment où les peuples aspirent à la paix, à la stabilité et au développement, conférer délibérément

Première publication : 14/02/2012

  • DIPLOMATIE

    Le futur numéro un chinois accomplit son rite de passage à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • CROISSANCE

    Quand la Chine marque le pas

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)