Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

CAP AMÉRIQUES

Uruguay : la vie après Guantanamo

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Turquie : les Alévis, des musulmans à part

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tunisie : vieux président pour jeune démocratie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Comédies musicales, friandises, illuminations : les réjouissances de fin d'année !

En savoir plus

SUR LE NET

L'Unicef invite les enfants de Gaza à dessiner leur futur

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gabon : un vent de contestation

En savoir plus

DÉBAT

Gabon : l'opposition demande le départ du président Ali Bongo

En savoir plus

DÉBAT

Trois attaques en France en 48 heures : un effet de mimétisme ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le Père Noël habite en Chine"

En savoir plus

Moyen-orient

La police disperse des manifestants célébrant le premier anniversaire du soulèvement

Vidéo par Carlotta RANIERI

Texte par Dépêche

Dernière modification : 14/02/2012

Plusieurs centaines de Bahreïnis qui tentaient de s'approcher de la place de la Perle, à Manama, ont été dispersés par la police, ce mardi. Les manifestants entendaient commémorer la révolte populaire chiite déclenchée le 14 février 2011.

AFP - Les forces anti-émeutes bahreïnies ont violemment dispersé mardi des protestataires qui marquent l'anniversaire du déclenchement de la contestation du régime, dont la répression a plongé ce petit royaume du Golfe dans une impasse politique.

Dans un discours au cours duquel il n'a pas fait allusion à l'anniversaire du soulèvement, le roi Hamad Ben Issa Al-Khalifa a appelé à "la cohésion" entre les communautés chiite et sunnite, plus que jamais divisées.

La police, massivement déployée sur les principaux axes routiers, est intervenue pour disperser des centaines de manifestants qui ont tenté de s'approcher de la place de la Perle, symbole de la contestation à Manama.

Selon des témoins, la police a procédé à plusieurs arrestations parmi les protestataires, y compris des jeunes femmes, qui cherchaient à s'approcher de la place de la Perle, totalement assiégée et où des chars ont été déployés.

"Nous sommes dans un état d'urgence non déclaré", a indiqué à l'AFP un responsable du Wefaq, principal groupe de l'opposition chiite, Matar Matar.

Les autorités ont multiplié les restrictions à l'occasion de l'anniversaire du soulèvement, s'abstenant notamment de délivrer des visas aux correspondants de la presse internationale.

Certains des jeunes manifestants, venant des villages chiites entourant Manama, dont Sanabès, Deih et Jidhafs, ont pu s'approcher jusqu'à environ 500 mètres de la place de la Perle, malgré l'important dispositif de sécurité qui l'entourait, ont indiqué ces témoins.

"A bas Hamad", le roi, scandaient les jeunes, dont certains étaient revêtus de linceuls blancs pour marquer leur disposition au martyre, et qui brandissaient le drapeau bahreïni, rouge et blanc.

La police a lancé des grenades lacrymogènes et assourdissantes pour disperser les jeunes, qui manifestaient à l'appel de la coalition des "Jeunes du 14 février", un groupe radical qui utilise massivement les réseaux sociaux pour mobiliser ses partisans.

Cette coalition avait proclamé mardi "journée du retour" à la place de la Perle. "Nous y retournons tous", a affirmé une annonce sur sa page Facebook.

Depuis dimanche, des militants tentent de défier la police et de marcher sur la place de la Perle, où des opposants avaient observé un sit-in du 14 février à la mi-mars 2011 avant d'en être violemment chassés par les autorités, qui y avaient rasé le monument central de la place.

Mais les partis de l'opposition traditionnelle, dirigés par le Wefaq, n'ont pas soutenu l'appel à marcher sur la place de la Perle.

Cette place est "devenue un symbole du mouvement de revendication" mais n'est pas le seul lieu de manifestations, ont-ils annoncé dans un communiqué.

"Toutes les places et les rues de notre pays sont des lieux où nous renouvelons notre engagement à poursuivre la lutte jusqu'à obtenir satisfaction de nos revendications", ont-ils ajouté, répétant leur demande d'un parlement aux pleins pouvoirs et d'un gouvernement issu d'élections.

Sans évoquer la commémoration de la contestation, le roi Hamad a, dans un discours à la nation, prôné "un esprit de cohésion et de réunification entre toutes les composantes du peuple de Bahreïn".

"Le processus de réformes, de développement et de modernisation de notre pays se poursuivra par une participation populaire plus large, qui s'exprimera à travers une Assemblée élue pour exercer son rôle de contrôle sur l'action du gouvernement", a-t-il promis.

Les Etats-Unis avaient appelé lundi à la "retenue" à Bahreïn, siège de la Ve Flotte, appelant toutes les parties à "éviter la violence" et "à trouver le moyen d'entamer un vrai dialogue sur l'avenir politique" du pays.

 

Première publication : 14/02/2012

  • BAHREÏN

    Le roi veut amender la Constitution, l'opposition déplore une réforme timide

    En savoir plus

  • BAHREÏN

    L'opposition chiite tente de relancer la contestation

    En savoir plus

  • BAHREÏN

    La commission d'enquête dénonce un usage "excessif et injustifié de la force"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)