Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Albert Ebossé : Une contre autopsie du joueur camerounais conclut à un assassinat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Russie: il ne faut pas pas vendre la peau de l'ours

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Retour à la terre, avec le paysan-philosophe Pierre Rabhi

En savoir plus

POLITIQUE

France : "La principale opposition au gouvernement, c’est le groupe socialiste !"

En savoir plus

POLITIQUE

France : "On est dans une séquence du quinquennat très difficile"

En savoir plus

FOCUS

Journée internationale des migrants : l'Italie confrontée à de plus en plus d'enfants

En savoir plus

FACE À FACE

Discours sur l'immigration : François Hollande à la reconquête de la gauche ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

L'œuvre lumineuse d'Olafur Eliasson éclaire la Fondation Louis Vuitton

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile indienne affiche sa solidarité avec le Pakistan

En savoir plus

Amériques

Le futur numéro un chinois accomplit son rite de passage à la Maison Blanche

Vidéo par Karina CHABOUR

Texte par Dépêche

Dernière modification : 14/02/2012

En visite pour une semaine aux États-Unis, le vice-président chinois, Xi Jinping, doit rencontrer le président américain Barack Obama à la Maison Blanche. Un séjour en forme de test pour le très probable prochain homme fort de Pékin.

REUTERS - Le vice-président chinois Xi Jinping, qui devrait prendre les rênes du régime communiste en fin d'année, effectue ce mardi ses premiers pas d'envergure sur la scène internationale en étant reçu par le président américain Barack Obama à la Maison blanche.

Cette visite a été soigneusement orchestrée par les autorités chinoises sous forme d'une sorte de rite de passage pour celui qui devrait devenir secrétaire général du comité central du PC chinois à l'automne avant d'être propulsé à la tête de l'Etat début 2013.

Dans un contexte de rivalité économique et stratégique croissante entre les deux puissances mondiales, l'événement revêt également une importance particulière pour Barack Obama. Ce dernier doit à la fois ménager son hôte afin de ne pas dégrader d'emblée leurs futures relations tout en évitant de prêter le flanc aux accusations de faiblesse à neuf mois de l'élection présidentielle aux Etats-Unis.

Les collaborateurs du président américain préviennent que cette visite devrait déboucher sur peu d'accords officiels, voire aucun. Pour les deux dirigeants, il s'agit essentiellement d'apprendre à mieux se connaître.

"En Asie de manière générale, mais en Chine assurément, la qualité de la relation compte et cela est particulièrement vrai à un tel niveau", a souligné Danny Russel, principal conseiller de Barack Obama au sujet de la Chine.

Xi Jinping, 58 ans, sera ainsi reçu dans le Bureau ovale, un honneur généralement réservé aux plus proches alliés.

Le vice-président chinois est arrivé lundi après-midi à Washington. Il a ensuite participé à un dîner lui permettant de rencontrer des vétérans de la diplomatie américaine, tels que les anciens conseillers à la sécurité nationale Brent Scowcroft et Zbigniew Brzezinski et l'ancienne secrétaire d'Etat Madeleine Albright.

Transition

Xi Jinping est le plus haut responsable chinois reçu à la Maison blanche depuis que Barack Obama a exposé en novembre sa nouvelle doctrine diplomatique, dite du "pivot", qui consiste à tourner les Etats-Unis vers l'Asie et la région Pacifique, considérées comme l'endroit du monde où se jouera au XXIe siècle la domination sur les affaires internationales.

Lors d'un sommet Asie-Pacifique en novembre à Honolulu, Barack Obama a invité la Chine à se conduire en économie "mature".

D'après ses collaborateurs, le président américain va une nouvelle fois demander à la Chine, lors de sa rencontre avec Xi, de laisser s'apprécier sa monnaie pour ne pas favoriser artificiellement ses exportations.

Avec l'accès au marché chinois pour les entreprises américaines, il s'agit là d'une question sensible aux Etats-Unis, en particulier dans une année électorale. Beaucoup de responsables américains imputent aux pratiques commerciales et monétaires de la Chine les pertes d'emplois enregistrées dans l'industrie aux Etats-Unis.

La Fédération américaine des Entreprises et de l'Industrie s'est payée une pleine page de publicité dans la presse intitulée "Bons baisers de Chine", en allusion à la Saint-Valentin fêtée ce mardi. Dans ce message, elle exhorte Barack Obama à "concrétiser ses fortes paroles en actions fortes".

En pleine période de transition en Chine, où se développe en outre un fort sentiment nationaliste, Xi Jinping ne devrait guère être sensible à d'éventuelles pressions américaines, que ce soit sur les questions économiques ou diplomatiques, telles que la situation en Syrie.

Fils de l'un des chefs de la révolution, Xi Jinping doit aussi se rendre dans une exploitation agricole de l'Iowa ainsi qu'à Los Angeles.

 

Première publication : 14/02/2012

  • CHINE - SYRIE

    Pékin justifie les raisons de son veto au Conseil de sécurité de l'ONU

    En savoir plus

  • CROISSANCE

    Quand la Chine marque le pas

    En savoir plus

  • COMMERCE INTERNATIONAL

    2011, une mauvaise année pour les exportations chinoises

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)