Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

7 JOURS EN FRANCE

Centenaire de la Grande Guerre : retour sur la bataille de Verdun

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gaza : les larmes d'un responsable de l'ONU

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Offre surprise de Free sur le géant américain T-Mobile

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Le Liberia en lutte contre le virus Ebola

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Il faut lever la voix face au massacre perpétré à Gaza"

En savoir plus

DÉBAT

"Fonds vautours" : l'Argentine en défaut de paiement, et après ?

En savoir plus

DÉBAT

Boko Haram : une menace incontrôlable ?

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Quelle diplomatie économique pour la France ? Avec Hubert Védrine et Pascal Lamy

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée : cohue meurtrière lors d'un concert à Conakry

En savoir plus

  • En direct : l'armée israélienne annonce la fin du cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Ebola : sommet régional à Conakry pour tenter d'enrayer l'épidémie

    En savoir plus

  • Centenaire de 14-18 : les clochers de France sonnent la “mobilisation générale”

    En savoir plus

  • Free convoite T-mobile : "What the hell is Iliad ?" se demandent les Américains

    En savoir plus

  • Plus de 50 kilos de cocaïne volatilisés au "36, quai des Orfèvres"

    En savoir plus

  • Vidéo : les réfugiés libyens affluent en masse à la frontière tunisienne

    En savoir plus

  • Kerviel : la justice accorde une peine aménagée, appel du parquet

    En savoir plus

  • Une dizaine de soldats ukrainiens tués par des séparatistes dans l'Est

    En savoir plus

  • Carte : l’opération Barkhane de l’armée française au Sahel

    En savoir plus

  • Lourd bilan après une série d’explosions dues au gaz à Taïwan

    En savoir plus

  • En images : rassemblement pro-Israël à Paris sous haute protection policière

    En savoir plus

  • Ebola : l’OMS débloque 100 millions de dollars

    En savoir plus

  • Gaza : un responsable de l'ONU fond en larmes en direct

    En savoir plus

  • Royaume-Uni : HSBC ferme les comptes de plusieurs clients musulmans

    En savoir plus

  • Ils ont fait plier l'Argentine : qui sont ces fonds "vautours" ?

    En savoir plus

  • La dissolution de la Ligue de défense juive à l’étude

    En savoir plus

Asie - pacifique EUROPE

Les dirigeants européens convoitent les immenses réserves chinoises

Texte par Julien PEYRON

Dernière modification : 14/02/2012

L’UE entend profiter du sommet sino-européen pour convaincre la Chine d’injecter quelques milliards d’euros dans son Fonds européen de stabilité financière. Mais Pékin rechigne à investir massivement dans une zone économique toujours en crise.

En pleine crise de la dette dans la zone euro, les dirigeants de l’Union européenne sont partis chercher un peu de réconfort à Pékin, où se tient mardi et mercredi le 14e sommet sino-européen, qui devrait être largement dominé par les questions économiques.

Le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, et le président du Conseil européen Herman Van Rompuy, doivent être reçus en grandes pompes dans la capitale chinoise par le chef de l’État Hu Jintao, après avoir été accueillis mardi matin par le Premier ministre Wen Jiabao (photo).

Dès l’ouverture de la réunion, ce dernier a indiqué que son pays était prêt ‘’à participer davantage à la recherche d’une solution à la crise de la dette en Europe’’, sans préciser toutefois si son pays allait bien investir dans le Fonds européen de stabilité financière (FESF).

3 200 milliards de dollars de réserve

Toujours plongée dans la tourmente financière, l’UE lorgne les immenses réserves monétaires chinoises pour l’aider à compléter sa propre réserve de liquidités, qui doit servir à venir en aide aux pays en difficultés financières et qu’elle espère voir s’élever à 500 milliards d’euros.

‘’Les pays de la zone euro ne sont pas capables d’y pourvoir eux-mêmes, c’est pour cela qu’ils sont obligés de se tourner vers la Chine et ses 3 200 milliards de dollars de réserve de change’’, explique l’économiste Frédéric Bonnevay, associé d'Anthera Partners.

La Chine, qui a déjà acheté énormément de bons du Trésor américain au cours des dernières années, envisage désormais d’investir dans de la dette européenne en apportant des fonds au FESF et à son successeur, le MES.

Pour ce faire, l’économiste précise que la Chine dispose de plusieurs méthodes. ‘’Soit Pékin contourne le FESF et prête directement à un État de l’UE, mais c’est un scénario hautement improbable. Soit la Chine investit directement dans le FESF, c’est ce que les dirigeants européens sont venus chercher à Pékin. Enfin, les dirigeants chinois peuvent décider d’accorder une aide plus indirecte à l’UE, via le FMI par exemple.’’

L’UE, premier partenaire commercial de la Chine

Les bonnes intentions de Pékin envers l’UE ne sont pas désintéressées, l’Union européenne étant le premier partenaire commercial du pays, avec des échanges qui ont dépassé les 500 milliards d’euros en 2011. Une dépendance qu’a tenu à rappeler dès le début du sommet Herman Van Rompuy. "Les deux économies sont devenues si interdépendantes qu'un changement dans le taux de croissance de l'un des deux partenaires stratégiques a un impact direct et palpable sur l'autre", a souligné le président du Conseil européen.

La chancelière allemande en visite en Chine

La question des dettes souveraines européennes préoccupe en effet Pékin au premier chef, confirme Frédéric Bonnevay. ‘’Une récession en Europe aurait un impact massif sur le dynamisme de la croissance en Chine’’, prédit-il, tout en précisant que cela pourrait ne pas durer. ‘’L’importance de l’Europe sur l’économie chinoise s’atténue peu à peu du fait du développement du marché intérieur chinois. Mieux vaut pour l’UE abattre tôt ses cartes avant qu’il ne soit trop tard…’’.

Toujours méfiant quant à la solidité de certaines économies de la zone euro, Pékin n’a pas encore pris le moindre engagement chiffré en faveur du FESF. Cruelle coïncidence, l’ouverture du sommet sino-européen intervient le jour où l’agence Moody's dégrade la note de solvabilité de six pays de l’UE et en place trois autres, dont la France, sous surveillance négative.

‘’En cas d’échecs des négociations, l’Europe se retrouverait le bec dans l’eau et totalement décrédibilisé sur le plan international", met en garde Frédéric Bonnevay. "Sans parler des répercussions directes et violentes sur les marchés obligataires".

Première publication : 14/02/2012

  • ÉCONOMIE

    "La Chine n'a ni l'intention ni les capacités d'acheter l'Europe", dit Wen Jiabao

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Angela Merkel défend l'euro (et l'Allemagne) à Pékin

    En savoir plus

  • LUXE

    Image du luxe français, Sonia Rykiel battra bientôt pavillon chinois

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)