Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

L'Argentine poussée vers le défaut de paiement

En savoir plus

SUR LE NET

Chine : de faux profils Twitter démasqués

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les cachotteries de Poutine et Merkel"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Les défis diplomatiques de John Kerry

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Gaza : l'espoir de trêve évanoui ?

En savoir plus

DÉBAT

Virus Ebola en Afrique de l'Ouest : comment vaincre cette épidémie sans précédent ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Se battre pour les cendres pour étouffer la braise"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les peoples et le conflit israélo-palestinien

En savoir plus

FOCUS

États-Unis : les prisons californiennes surpeuplées

En savoir plus

  • Ebola : état d'urgence au Sierra Leone, l'inquiétude grandit dans le monde

    En savoir plus

  • L'armée ukrainienne suspend son offensive dans l'Est

    En savoir plus

  • Vidéo : reportage au cœur des tunnels creusés par le Hamas à Gaza

    En savoir plus

  • La clôture frontalière, nouvelle pomme de discorde entre le Maroc et l’Algérie

    En savoir plus

  • Moscou condamné à verser 1,86 milliard d'euros aux ex-actionnaires de Ioukos

    En savoir plus

  • Karim Wade, le fils de l'ex-président, jugé à Dakar pour "enrichissement illicite"

    En savoir plus

  • Mort de Paul Jean-Ortiz, conseiller diplomatique de François Hollande

    En savoir plus

  • BNP Paribas subit une perte record après l'amende américaine

    En savoir plus

  • L'Argentine de nouveau en défaut de paiement

    En savoir plus

  • Avec "Lucy", Luc Besson domine le box-office américain

    En savoir plus

  • Glissement de terrain meurtrier dans l'ouest de l'Inde

    En savoir plus

  • "Accuser la Serbie du déclenchement de la guerre est absurde"

    En savoir plus

  • Les deux derniers plus hauts responsables khmers rouges jugés pour génocide

    En savoir plus

  • Journée sanglante à Gaza en dépit d’une courte trêve humanitaire

    En savoir plus

  • Otages : la France, premier banquier des djihadistes d’Al-Qaïda

    En savoir plus

  • Moscou répond aux sanctions en menaçant l’UE et les États-Unis

    En savoir plus

  • En Chine, un scandale alimentaire chasse l’autre

    En savoir plus

  • Lille s'impose à Zurich et entrevoit la qualification pour les barrages

    En savoir plus

SPORT

Patrice Beaumelle : "Des moments qui resteront gravés dans nos mémoires"

Texte par Sylvain MORNET

Dernière modification : 14/02/2012

Des milliers de supporters zambiens ont accueilli en héros lundi leur équipe nationale, au lendemain de la première victoire des Chipolopolo en finale de la Coupe d’Afrique des nations. L’entraîneur adjoint de la Zambie, Patrice Beaumelle, témoigne.

De retour au pays, l’équipe de Zambie, championne d’Afrique après sa victoire en finale de la CAN face à la Côte d’Ivoire (0-0, 8 t.a.b à 7) dimanche, a été accueillie lundi par des milliers de supporters en liesse. L'avion des Chipolopolo s'est posé vers 15h00 locale, quelques minutes avant que la délégation ne prenne la direction de Lusaka, la capitale zambienne. Juchés sur des véhicules militaires, les coéquipiers de Christopher Katongo ont paradé devant une foule chantant inlassablement des airs à la gloire des vainqueurs.

Joint au téléphone ce mardi alors qu’il se rendait avec toute l’équipe zambienne à la résidence du président Michael Sata, Patrice Beaumelle, l’entraîneur adjoint des Chipolopolo, nous raconte le retour des champions d’Afrique à Lusaka.

FRANCE 24 : Comment s’est déroulé votre retour en Zambie ?

Patrice Beaumelle : Il y avait une ferveur inimaginable. Les supporters étaient massés tout le long des 18 km qui relient l’aéroport au centre de Lusaka. Des gens étaient même juchés sur les toits, c’était incroyable. Malgré la chaleur, il y en avait qui étaient là depuis la veille pour être certains de nous voir avec la coupe.

Il y avait déjà du monde quand nous étions revenus de la CAN-2010 organisée en Angola (la Zambie avait alors été éliminée en quart de finale, NDLR) mais, hier, c’était sans commune mesure. Des milliers de Zambiens nous attendaient.

C’est le premier titre de la Zambie en Coupe d’Afrique. Les gens en rêvaient mais n'osaient pas l'imaginer. Puis, petit à petit, au gré de nos victoires successives, ils se sont mis à y croire.

"Nous sommes tellement heureux"

Justement, comment avez-vous vécu ce premier sacre de la Zambie en Coupe d’Afrique ?

P. B. : Si on revient trois ou quatre ans en arrière, cela n’a pas été toujours facile, notamment sur le plan du professionnalisme. Mais dans notre cas, nous avons vécu une aventure énorme, sur le plan sportif comme sur le plan humain.

Avant même ce titre de champion d’Afrique, je retiens l'aventure que nous avons vécue avec le staff, l’encadrement et les joueurs… Pour certains qui évoluent en Afrique, cela fait plusieurs mois que nous vivons ensemble. C’est extraordinaire. Tous ces moments resteront gravés dans nos mémoires.

Et maintenant, de quoi sera fait votre avenir ? Comptez-vous rester avec Hervé Renard à la tête de l’équipe zambienne ?

59.000 dollars de prime

Les joueurs de l'équipe de Zambie, sacrés champions d'Afrique, recevront chacun une prime de 59 000 dollars (44 575 euros), a annoncé mardi le ministre des Sports, Chishimba Kambwili, à la radio nationale.

Cette prime est conséquente, dans un pays où le produit intérieur brut (PIB) par habitant est inférieur à 1 500 dollars (1 133 euros).

P. B. : Nos contrats se terminent en décembre 2012, mais notre souhait est de continuer avec cette équipe. Le prochain objectif, c’est la CAN-2013 [à compter de 2013, la CAN se tiendra désormais les années impaires pour éviter de se dérouler la même année que la Coupe du Monde ou le Championnat d'Europe des nations, NDLR], car nous ne sommes pas qualifiés, malgré notre titre de champion d’Afrique.

Nous visons également une participation à la Coupe du Monde 2014. Nous connaissons déjà nos adversaires (Ghana, Soudan, Lesotho) lors des éliminatoires et cela ne sera pas facile de se qualifier. Mais, plus que tout, nous avons la volonté de faire grandir cette équipe.

 

Une équipe qui a montré lors de la CAN la force de son collectif face à des individualités qui évoluent en Europe par exemple...

P. B. : En ce sens, nous sommes une véritable équipe. Nous n’avons pas les meilleurs joueurs africains, mais nous avons la meilleure formation. Sur et hors du terrain, la solidarité prime. Cette victoire en finale de la CAN, c’est la victoire d’une équipe avec un grand "E".

Première publication : 14/02/2012

COMMENTAIRE(S)