Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

CAP AMÉRIQUES

Narendra Modi à la conquête des États-Unis

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Guerre des nerfs"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Ebola : ne pas oublier l'Afrique

En savoir plus

SUR LE NET

Firechat, l'application anti-censure des Hongkongais

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"J'ai toujours su qu'il serait au rendez-vous"

En savoir plus

DÉBAT

France - budget 2015 : le gouvernement serre la ceinture (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

France - budget 2015 : le gouvernement serre la ceinture (Partie 1)

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

"Il faut une réponse globale" contre le terrorisme, dit le Premier ministre malien sur France 24

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sophie Marceau et Patrick Bruel en sex-addicts !

En savoir plus

  • Quand les touristes chinois découvrent la fronde à Hong Kong

    En savoir plus

  • Arrestation d’"El H", le baron de la drogue qui valait 5 millions de dollars

    En savoir plus

  • Ebola, EI, coronavirus… La Mecque sous haute surveillance pour le Hadj

    En savoir plus

  • En images : les ratés du Secret Service de la Maison Blanche

    En savoir plus

  • Juppé contre Sarkozy : Chirac choisit son ancien Premier ministre

    En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy propose un contrat de cinq ans pour les fonctionnaires

    En savoir plus

  • Ebola au Liberia : les chiffres de l'OMS sont "faux", affirme Ellen Johnson Sirleaf

    En savoir plus

  • Barack Obama veut faire évoluer le "statu quo" entre Israéliens et Palestiniens

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Monaco tient en échec le Zenit (0-0)

    En savoir plus

  • La France renforce son dispositif militaire pour lutter contre l'EI en Irak

    En savoir plus

  • Mondial de basket : les Françaises en quarts contre les Américaines

    En savoir plus

  • Gérard Larcher élu sans surprise président du Sénat

    En savoir plus

  • Ebola : Alpha Condé exige "une réponse globale" pour combattre l'épidémie

    En savoir plus

  • Affaire Bygmalion : deux proches de Jean-François Copé mis en examen

    En savoir plus

  • UFC-Que Choisir vs Foncia : l’action de groupe loin de la "class action"

    En savoir plus

Economie

Moody's examine l'idée de priver Paris, Londres et Vienne de leur triple A

Texte par Dépêche

Dernière modification : 14/02/2012

Moody's a abaissé la perspective du triple A de la France de stable à négative. Conséquence du climat général d'incertitude au sein de la zone euro, l'agence de notation américaine a également réévalué huit autres pays de l'UE.

REUTERS - Moody's a abaissé la perspective de la note Aaa de la France de stable à négative lundi soir, conséquence selon elle des incertitudes pesant sur la conjoncture de la zone euro et sur les objectifs de Paris en matière de réduction de déficits.

L'agence de notation a également ajusté les notes et les perspectives de huit autres pays de l'Union européenne dont la Grande-Bretagne et l'Italie.

Le rappel à l'ordre de Moody's intervient un mois jour pour jour après la décision de Standard & Poor's d'abaisser d'un cran la note de la France, de AAA à AA+, en réaction à l'aggravation des problèmes politiques, financiers et monétaires de la zone euro.

Moody's a maintenu la note Aaa de la France lundi, la meilleure possible, mais prévenu que celle-ci pourrait faire l'objet d'un abaissement si le gouvernement échouait à mettre en oeuvre ses réformes économiques et budgétaires.

L'euro et la livre sterling ont reculé face au dollar après ces annonces.

Dans un communiqué, l'agence souligne que les incertitudes liées aux réformes institutionnelles envisagées dans l'Union économique et monétaire, couplées à des perspectives économiques faibles, continueront à affecter la confiance des marchés financiers.

Moody's constate par ailleurs que les chiffres de la dette française continuent de se dégrader et que la France se situe parmi les pays notés Aaa "les plus faibles" en la matière.

L'agence met également en avant "les risques significatifs" auxquels le gouvernement français devra faire face pour atteindre ses objectifs de réduction des déficits publics.

"Ceux-ci pourraient encore se compliquer par le besoin de venir en aide à d'autres pays européens ou à son propre système bancaire", peut-on lire dans le document.

Le ministre de l'Economie François Baroin a déclaré mardi "prendre acte" de la décision de Moody's.

"Le gouvernement est déterminé à poursuivre son action au service de la croissance, de la compétitivité avec notamment la réforme de financement de la protection sociale, de l'emploi et de la réduction des déficits publics", écrit le ministère dans un communiqué. Bercy ajoute que la politique du gouvernement "s'inscrit dans un cadre et une méthode de long terme".

L'Elysée et Matignon n'ont pas réagi dans l'immédiat.

Sur fond de crise grecque

De fait, la crise des dettes souveraines en Europe s'intensifie. Le gouvernement grec a été invité lundi par ses partenaires européens à présenter de nouveaux gages de sa volonté de réforme malgré l'adoption, la veille, d'un plan d'austérité par un parlement assiégé par des milliers de manifestants.

Ces dispositions sont exigées par la "troïka" (Fonds monétaire international, Union européenne et Banque centrale européenne) en échange d'un plan d'aide de 130 milliards d'euros indispensable avant le 20 mars, date d'une importante échéance pour la dette du pays (14,5 milliards d'euros à rembourser).

Moody's avait prévenu le 16 janvier qu'elle examinait la perspective stable de la note de la France et qu'elle actualiserait les notes des pays de l'Union européenne au premier trimestre.

Standard & Poor's et Moody's s'étaient inquiétées de la dérive des finances publiques françaises et averti du risque que les réformes économiques du gouvernement fragilisent la croissance, pilier sur lequel s'appuie justement Paris pour parvenir à atteindre ses objectifs de consolidation.

Le gouvernement a repoussé de 2013 à 2014 la semaine dernière la baisse de son ratio dette sur produit intérieur brut du fait de la participation de la France au Mécanisme européen de stabilité (MES) qui doit soutenir les Etats de la zone euro en difficulté et dont la mise en service est programmée au 1er juillet.

Les engagements français de réduction du déficit public sont toutefois confirmés, à 4,5% du PIB fin 2012 et 3% en 2013.

Mais la Cour des comptes, qui certifie les comptes publics, a estimé qu'à peine 10% de l'effort total qui doit permettre de ramener à zéro le déficit structurel de la France - en 2016 d'après Bercy - avait été réalisé l'an dernier.

 

 

Première publication : 14/02/2012

  • FRANCE

    Le triple A de Moody’s vaut-il mieux que le AA+ de Standard & Poor's ?

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    Une accalmie économique en trompe-l'œil

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    Selon Jean-Claude Juncker, la zone euro serait au bord de la récession

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)