Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : colère à Peshawar lors des funérailles des écoliers assassinés

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande, un recentrage à gauche ?

En savoir plus

Asie - pacifique

Triple explosion à Bangkok, Israël suspecte l'Iran

Vidéo par Stéphanie DE SILGUY

Texte par Dépêche

Dernière modification : 14/02/2012

Au moins trois explosions ont retenti ce mardi dans le centre de Bangkok. Un suspect, probablement de nationalité iranienne selon des sources policières, a été grièvement blessé par l'engin explosif qu'il transportait.

AFP - Un homme probablement de nationalité iranienne a été blessé mardi à Bangkok dans une série d'explosions aux circonstances encore très floues, mais qu'Israël a immédiatement liée aux attentats en Inde et en Géorgie, en accusant Téhéran.
              
La police thaïlandaise tentait d'intercepter trois hommes en fuite, après une explosion dans un domicile d'un quartier résidentiel de la capitale. L'un d'eux a alors lancé un engin sur un taxi, puis un autre vers la police avant qu'une détonation lui arrache les deux jambes.
              

"Nous avons des preuves de l'implication iranienne"


Une carte d'identité a été trouvée sur lui, laissant supposer qu'il était iranien. Les autorités ont peu après indiqué qu'un autre ressortissant iranien avait été interpellé à l'aéroport international de Bangkok, mais n'ont pu affirmer s'il était l'un des deux hommes en fuite.
              
Au lendemain d'attaques contre le personnel des ambassades d'Israël en Inde et en Géorgie, Tel-Aviv a immédiatement accusé le régime de Téhéran.
              
"La tentative d'attaque à Bangkok prouve une fois de plus que l'Iran et ses affidés continuent d'agir par les moyens du terrorisme, et les derniers attentats en sont un exemple", a affirmé le ministre israélien de la Défense Ehud Barak, selon un communiqué de son bureau.
              
"L'Iran et le Hezbollah constituent une source intarissable de terrorisme, et sont une menace pour l'équilibre régional et mondial", a ajouté le ministre, en visite à Singapour après avoir passé quelques heures à Bangkok dimanche.
              
La capitale thaïlandaise est en alerte depuis janvier. Les Etats-Unis avaient alors mis en garde contre un risque terroriste dans des zones touristiques, à la suite de l'arrestation d'une personne liée au Hezbollah libanais.
              
Bangkok a indiqué n'avoir aucun élément liant les deux affaires, mais a reconnu avoir récemment travaillé sur l'hypothèse d'une attaque.
              
"Nous avions été informés de la possibilité d'un attentat mais nous ne savions pas où il risquait de se produire", a indiqué Phrewphan Damapong, chef de la police thaïlandaise, précisant que ses services avaient contacté "l'ambassade d'Iran pour information".
              
Les autorités ont désamorcé un quatrième engin explosif à l'intérieur de la maison. Quant au blessé, il a été admis à l'hôpital. Il avait gagné Bangkok le 8 février par avion, depuis Phuket. La police cherchait à déterminer quand il était entré sur le territoire.
              
La Grande-Bretagne a pour sa part mis en garde ses ressortissants. "Vous devez rester vigilants, suivre les conseils des autorités thaïlandaises et surveiller les informations locales", a indiqué l'ambassade sur son site internet.
              
Ces événements interviennent alors que la police géorgienne a désamorcé lundi un engin explosif dans une voiture d'un employé de l'ambassade israélienne à Tbilissi. L'explosion d'une voiture à New Delhi a par ailleurs grièvement blessé une diplomate israélienne.
              
Si, pour Israël, tous ces faits portent la trace de l'ennemi iranien, New Delhi a été plus prudente.
              
Le ministre indien de l'Intérieur P. Chidambaram a évoqué un auteur "très bien entraîné" mais s'est refusé à accuser qui que ce soit. "Nous devons progresser sur la base qu'il s'agit d'un attentat", a-t-il ajouté en insistant sur le fait qu'il ne montrait du doigt "aucun groupe ou organisation".
              
La diplomate blessée, âgée de 42 ans et épouse de l'attaché de Défense à l'ambassade d'Israël, s'est fait retirer des éclats métalliques dans plusieurs organes vitaux, a déclaré à la presse Arun Bhanot, médecin à l'hôpital Primus de New Delhi.
              
Elle sera rapatriée en Israël dès que possible. Trois Indiens, dont le chauffeur de la voiture, ont été plus légèrement blessés.
              
Ces attentats coïncident avec l'anniversaire de l'assassinat imputé à Israël d'un chef militaire du Hezbollah chiite libanais, Imad Moughnieh, le 12 février 2008, qui donne régulièrement lieu à des avertissements aux voyageurs israéliens.
              
Les deux premiers ont été condamnés par Washington, l'Union européenne et le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon. L'Iran a pour sa part démenti lundi toute implication.
 

Première publication : 14/02/2012

  • ISRAËL

    L'État hébreu impute à l'Iran les attentats contre ses ambassades

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)