Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls fait disparâitre ses tweets...

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Laurent Fabius sur France 24 : le ministre s'exprime sur la diplomatie française

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Emmanuel Macron, nouvel homme fort de Bercy

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La preuve par l'image de "l'invasion" russe en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

  • Les frondeurs du PS ne sont pas à La Rochelle "pour rompre"

    En savoir plus

  • UE : Le Polonais Tusk président du Conseil, l'Italienne Mogherini chef de la diplomatie

    En savoir plus

  • Golan : sauvetage d’une partie des casques bleus philippins

    En savoir plus

  • Nouvelle peine de prison à vie pour le guide suprême des Frères musulmans

    En savoir plus

  • Judo : Teddy Riner décroche un 7e titre de champion du monde

    En savoir plus

  • Selon Pretoria, le Lesotho est en proie à un "coup d'État"

    En savoir plus

  • Taubira "assume les conséquences" de sa présence chez les frondeurs du PS

    En savoir plus

  • Un cargo ukrainien s'écrase dans le sud de l'Algérie

    En savoir plus

  • Les États-Unis appellent à une coalition mondiale contre l'État islamique

    En savoir plus

  • Ukraine : l'UE se réunit à Bruxelles pour répondre à la Russie

    En savoir plus

  • Grande Guerre : l'exode oublié des Belges en France

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : le FMI renouvelle sa confiance à Christine Lagarde

    En savoir plus

  • Un premier cas d'Ebola détecté au Sénégal

    En savoir plus

  • Laurent Fabius sur France 24 : "Il faut être ferme face à la Russie"

    En savoir plus

  • Ukraine : des femmes de soldats russes sans nouvelles de leurs maris

    En savoir plus

  • Un enfant britannique atteint d'une tumeur est recherché en France

    En savoir plus

Economie

Quand le ballon rond nuit à la bonne marche des bourses...

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 15/02/2012

Une récente étude de la très sérieuse Banque centrale européenne montre que, pendant les matchs de la Coupe du monde de football 2010, le volume des transactions financières a baissé de 55 % en moyenne sur les places boursières.

Attention, le football peut nuire à la bonne santé des marchés financiers. C’est, en substance, la conclusion d’une très sérieuse étude de la Banque centrale européenne (BCE) publiée au début du mois de février. Baptisée “The pitch rather than the pit” ("Le terrain plutôt que la salle de marché"), cette analyse rend compte de l’impact de la Coupe du Monde de football 2010 sur le volume des transactions financières à cette époque. “Après avoir observé l’activité durant cette période sur 15 places financières à travers le monde, il apparaît que les matchs de foot ont distrait les traders au point d’affecter le processus de formation des prix”, écrivent les deux auteurs de l'étude.

“Je me souviens qu’on s’était battu alors pour que des téléviseurs retransmettent les matchs”, raconte à FRANCE 24 Éric Valatini, trader pour une banque française établi en Asie. Concrètement, l’étude de la BCE révèle que le nombre d’ordres passés pendant chacun des matchs du Mondial avait chuté de 45 % en moyenne par rapport à la normale. Mieux : chaque but faisait encore plonger de 5 % le volume des opérations financières...

Les auteurs du document se sont également amusés à relever les places financières les plus “accros” au ballon rond. L’Argentine arrive ainsi largement en tête avec un nombre de transactions inférieur de 75 % à la moyenne pendant les rencontres disputées par l'Albiceleste, suivi du Mexique et du Chili. Les traders du Royaume-Uni, pourtant terre historique de football, ont été, eux, les moins distraits (-23 % seulement) par cette manifestation sportive. La France, quant à elle, se situe dans la moyenne avec une chute de 30 % de l’activité boursière.

Remise en cause des modèles classiques

Reste une question : ces conclusions, certes distrayantes, peuvent-elles avoir un intérêt pratique en ces temps de remise en cause de la frénésie boursière ? Mi-sérieux, mi-ironique, le Wall Street Journal se demande ainsi si multiplier les coupes du monde de football ne réduirait pas la volatilité des transactions financières. “Ça ne marchera pas car l’impact sur le nombre de transactions vient justement de ce que ces grand-messes sportives sont exceptionnelles”, rétorque Éric Valatini, qui a également réfléchi à la question sur le blog spécialisé en finance MarginCall.

Il juge en revanche que cette étude est une bonne illustration de l’imperfection de la théorie classique des marchés qui fonde pourtant bon nombre de modèles mathématiques financiers utilisés par les traders pour décider de l’opportunité de passer un ordre. “Ces modèles partent du principe que les marchés sont efficients et rationnels à chaque instant et cette étude prouve que ce n’est pas le cas”, explique Éric Valatini. Qui estime que, pendant des événements comme la Coupe du Monde de football, les traders n’ont rien d’acteurs rationnels et tout d'”animaux décérébrés réunis dans un grand vestiaire sportif”. Reste à savoir comment intégrer ces “animaux” dans un modèle mathématique...

Première publication : 15/02/2012

  • FINANCE

    La taxe Tobin à la française, une proposition "inefficace et contre-productive"

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    La BCE, banque de discorde du couple franco-allemand

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)