Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Philip Roth, l'incomparable

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

France-Rwanda : vers un apaisement ?

En savoir plus

LE DÉBAT

Sommet "Tech For Good" : la "French Tech" a-t-elle le vent en poupe ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Solo, a Star Wars story" : à l’origine du mythe

En savoir plus

FACE À FACE

Macron et les banlieues : une vision libérale ?

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Un archevêque australien condamné pour avoir couvert un pédophile"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Les marchés financiers inquiets pour l'Italie

En savoir plus

L’invité du jour

Marc Hecker : "Il faut faire plus sur la prévention de la radicalisation"

En savoir plus

FOCUS

Le divorce bientôt légal aux Philippines ?

En savoir plus

FRANCE

Un an de prison ferme pour l'ex-directeur de prison ayant eu une liaison avec une détenue

Texte par Dépêche

Dernière modification : 15/02/2012

Ancien directeur de la prison pour femmes de Versailles (Yvelines), Florent Gonçalves a été condamné ce mercredi à deux ans de prison, dont un ferme, et à 10 000 euros d'amende pour avoir noué une relation intime avec une détenue.

REUTERS - L'ancien directeur de la prison pour femmes de Versailles (Yvelines) Florent Gonçalves a été condamné mercredi à deux ans de prison dont un ferme et 10.000 euros d'amende pour des relations intimes avec une détenue et des faveurs qu'il lui avait accordées en 2009-2010.

Après une journée d'audience et un délibéré immédiat, le tribunal correctionnel de Versailles l'a déclaré coupable de ces liens illégaux et de remise d'argent et de correspondance, et lui a également interdit à vie l'exercice de toute fonction publique avec effet immédiat, même en cas d'appel.

Un gardien impliqué dans l'affaire, Oliver Pinson, a été condamné en outre à 18 mois de prison avec sursis dont neuf mois fermes, toujours avec une interdiction définitive identique de l'exercice de toute fonction publique, avec également effet immédiat.

La détenue, qui était mineure au moment des faits lui ayant valu son incarcération, a été condamnée à un an de prison dont quatre mois fermes.

Les trois personnes sont ressorties libres du tribunal, dans l'attente d'un éventuel appel, aucun mandat de dépôt n'ayant été prononcé.

Les avocats avaient plaidé une atténuation de la responsabilité, en estimant que les faits, qu'ils admettent, s'expliquaient par une véritable histoire d'amour entre le directeur et la détenue.

La jeune fille était incarcérée après avoir été mise en cause dans une affaire ayant suscité une vive émotion en France, l'enlèvement en 2006 en région parisienne d'une jeune homme de confession juive, Ilan Halimi, et sa mise à mort par le chef d'un groupe qui s'était baptisé le "gang des barbares".

La détenue, qui avait servi d'appât pour attirer Ilan Halimi dans un piège, a été condamnée à neuf ans de prison en première instance, comme en appel en 2010, peine qu'elle a  purgée à la faveur de remises de peine. Elle comparaîssait libre.

 

Première publication : 15/02/2012

COMMENTAIRE(S)