Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Bas les pattes !"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La guerre des Le Pen

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Hollande le saoudien

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Burundi : un juge de la Cour constitutionnnelle en fuite au 9è jour de contestation dans le pays

En savoir plus

FOCUS

Argentine : OGM et pesticide, un tandem toxique ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Maréma, nouvelle voix du Sénégal

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Meriam Rhaiem : "Il voulait faire de ma fille une future endoctrinée"

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Ethiopie: le défi vert

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Pour Cécile Kyenge, la demande d'asile en Europe doit être simplifiée

En savoir plus

Moyen-orient

Burhan Ghalioun réélu pour trois mois à la tête du CNS

Texte par Dépêche

Dernière modification : 15/02/2012

L'universitaire Burhan Ghalioun a été reconduit pour trois mois à la tête du Conseil national syrien (CNS), la principale coalition de l'opposition au régime de Bachar al-Assad. L'instance s'est réunie à Doha, au Qatar.

AFP -Le Conseil national syrien (CNS), principale instance de l'opposition, a reconduit pour trois mois Burhan Ghalioun à sa tête, a indiqué mercredi à l'AFP Basma Kodmani, porte-parole du CNS.

"Burhan Ghalioun a été prolongé pour trois mois", a déclaré Mme Kodmani jointe par téléphone à Doha où le CNS est réuni mercredi.

Président du CNS depuis sa fondation en octobre 2011, Burhan Ghalioun est un universitaire exilé en France depuis plus de 30 ans. Tenant d'une gauche nationaliste arabe, il avait émergé en octobre comme LA personnalité capable de rassembler au sein d'un conseil composé de multiples tendances (islamistes, nationalistes, libéraux, indépendants) et adoubé par les Frères musulmans majoritaires.

Mais sa gestion était critiquée par les opposants de l'intérieur comme par les exilés syriens membres du CNS.

"Les règles de fonctionnement du CNS imposent une présidence tournante tous les trois mois. La règle est la rotation, mais il peut y avoir des exceptions", avait expliqué Mme Kodmani à l'AFP.

Le CNS espère être reconnu rapidement par des pays arabes, notamment après la décision des pays du CCG (Arabie saoudite, Bahreïn, Emirats arabes unis, Koweït, Oman et Qatar) d'expulser les ambassadeurs de Syrie dans leurs pays et de rappeler les leurs en poste à Damas.

 

Première publication : 16/02/2012

  • SYRIE

    Washington qualifie de "plaisanterie" le référendum constitutionnel du régime

    En savoir plus

  • SYRIE

    La Ligue arabe apporte son soutien matériel et politique à l'opposition syrienne

    En savoir plus

  • SYRIE

    L'armée syrienne entre dans Hama et poursuit les bombardements sur Homs

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)