Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir d'après Barrow

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

BILLET RETOUR

Au Zimbabwe, le spectre de la crise économique plane toujours

En savoir plus

Moyen-orient

Burhan Ghalioun réélu pour trois mois à la tête du CNS

Texte par Dépêche

Dernière modification : 15/02/2012

L'universitaire Burhan Ghalioun a été reconduit pour trois mois à la tête du Conseil national syrien (CNS), la principale coalition de l'opposition au régime de Bachar al-Assad. L'instance s'est réunie à Doha, au Qatar.

AFP -Le Conseil national syrien (CNS), principale instance de l'opposition, a reconduit pour trois mois Burhan Ghalioun à sa tête, a indiqué mercredi à l'AFP Basma Kodmani, porte-parole du CNS.

"Burhan Ghalioun a été prolongé pour trois mois", a déclaré Mme Kodmani jointe par téléphone à Doha où le CNS est réuni mercredi.

Président du CNS depuis sa fondation en octobre 2011, Burhan Ghalioun est un universitaire exilé en France depuis plus de 30 ans. Tenant d'une gauche nationaliste arabe, il avait émergé en octobre comme LA personnalité capable de rassembler au sein d'un conseil composé de multiples tendances (islamistes, nationalistes, libéraux, indépendants) et adoubé par les Frères musulmans majoritaires.

Mais sa gestion était critiquée par les opposants de l'intérieur comme par les exilés syriens membres du CNS.

"Les règles de fonctionnement du CNS imposent une présidence tournante tous les trois mois. La règle est la rotation, mais il peut y avoir des exceptions", avait expliqué Mme Kodmani à l'AFP.

Le CNS espère être reconnu rapidement par des pays arabes, notamment après la décision des pays du CCG (Arabie saoudite, Bahreïn, Emirats arabes unis, Koweït, Oman et Qatar) d'expulser les ambassadeurs de Syrie dans leurs pays et de rappeler les leurs en poste à Damas.

 

Première publication : 16/02/2012

  • SYRIE

    Washington qualifie de "plaisanterie" le référendum constitutionnel du régime

    En savoir plus

  • SYRIE

    La Ligue arabe apporte son soutien matériel et politique à l'opposition syrienne

    En savoir plus

  • SYRIE

    L'armée syrienne entre dans Hama et poursuit les bombardements sur Homs

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)