Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DEMAIN À LA UNE

Génocide rwandais : le défi de la réconciliation

En savoir plus

FOCUS

Les Taïwanais divisés vis-à-vis de la Chine

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

PSA à la conquête de la Chine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Corée du Sud : des questions encore

En savoir plus

TOUS POLITIQUES

Benoist Apparu, député-maire UMP de Châlons-en-Champagne

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Libérés de l'enfer

En savoir plus

SUR LE NET

Données personnelles : les pratiques des géants du Net dénoncées

En savoir plus

SUR LE NET

Hommages aux victimes du naufrage en Corée du sud

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Abdelaziz Bouteflika réélu pour un quatrième mandat

En savoir plus

Grands titres, débats, éditos et histoires du jour... Nos chroniqueurs passent en revue la presse française et la presse internationale. Du lundi au vendredi à 7h20 et 9h20.

REVUE DE PRESSE

REVUE DE PRESSE

Dernière modification : 16/02/2012

"20h07: oui, je suis candidat"

Presse française, Jeudi 16 février. Au menu de la presse française ce matin, l’annonce de la candidature de Nicolas Sarkozy, qui a déclaré qu’il se représentait «par devoir». Une annonce saluée par la presse de droite, critiquée à gauche, et qui marque le vrai lancement de la campagne.

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre I-Phone ou sur tout autre mobile. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur Facebook…

Le Parisien avait l’œil sur la tocante hier soir. Il était très précisément 20h07 quand Nicolas Sarkozy a déclaré: «Oui, je suis candidat». Nicolas Sarkozy candidat par «devoir» et malgré l’adversité, c’est à voir pour commencer avec ce dessin du Parisien où on le voit s’adresser à une foule dubitative: «moi, c’est pas un parterre glacé qui va me faire renoncer».
Evidemment ce matin, la question c’est: est-ce-que Nicolas Sarkozy a été bon? D’après Jacques Séguéla, l’homme à la Rolex qui a inventé en d’autres temps le slogan «la force tranquille», Nicolas Sarkozy a réussi hier soir son «basculement d’image», même s’il estime que le slogan «La France forte», c’est un peu «le retour à la réclame».
Pas d’accord avec cette analyse, le sémiologue François Jost, qui a trouvé Nicolas Sarkozy «plutôt moins bon que d’habitude», et estime que «l’appel au peuple» lancé hier soir relève du «discours typiquement populiste».

Rupture ou pas rupture, en tout cas du côté du Figaro, la messe est dite: oui, Nicolas Sarkozy va engager s’il est élu «des réformes pour une France forte». Certes, «tout n’a pas été fait au cours du quinquennat, loin s’en faut», mais d’après le journal, il est temps désormais d’aller «au-delà de ce qu’il avait imaginé en 2007». Nicolas Sarkozy aurait bien l’intention de «mettre sur la table» «tout ce dont François Hollande ne parle pas». Le Figaro qui en conclut qu’ «ouvrir les yeux sur la réalité ou détourner le regard», c’est finalement «tout l’enjeu de cette présidentielle».

La gauche, elle, n’a pas été convaincue par son appel au «peuple» d’hier soir. C’est à la Une de Libération, qui voit dans le «recours au référendum» un appel appuyé en direction de ce qu’on appelle la France du «non», et une stratégie que le président pourrait utiliser à chaque fois qu’un blocage menacera un projet de réforme.
Libé voit dans ce projet une «ficelle» «un peu trop grosse» et ironise sur le fait que le président dit hier sa «hâte de retrouver les Français» : «il saura le 22  avril si les Français ont hâte,eux, de le retrouver».

La candidature de Nicolas Sarkozy est scrutée également avec attention par la presse étrangère, et notamment par les journaux britanniques. Le très conservateur Times se livre ce matin à une vrai déclaration d’amour: «french toast», un jeu de mots assez intraduisible, qui signifie à la fois «pain perdu» et «être perdu».
The Times explique que les Français ont peut-être une dent contre Nicolas Sarkozy mais qu’il a fait mieux que tous ses prédécesseurs réunis, notamment en matière de politique étrangère: «il va nous manquer», écrit le journal. «Le soap opera élyséen a été passionnant, mais le quinquennat qui s’achève est bien plus que cela... Nicolas Sarkozy a été un dirigeant de taille, à la fois pour la France et pour le reste du monde».

Si The Times est enthousiaste, The Daily Mail est en revanche nettement plus sceptique. Un scepticisme doublé d’une certaine condescendance, puisque le journal met sur le même plan Nicolas Sarkozy, la proposition du député Yves Jégo de créer un parc à thème dédié à Napoléon, et «les grandes illusions européenne de la nation de deuxième rang» que serait devenue la France.

Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française (du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale (du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.

 

Par Hélène FRADE

Comments

COMMENTAIRE(S)

 
 
Les archives

21/04/2014 Ukraine

Corée du Sud : des questions encore

Dans la presse internationale, ce lundi, les questions de plus en plus nombreuses après le naufrage du paquebot en Corée du Sud, les risques de déstabilisation en Europe, après...

En savoir plus

21/04/2014 Journalisme

Libérés de l'enfer

Dans la revue de presse française, ce matin, retour sur la libération des quatre journalistes, des militaires qui demandent justice après avoir été atteint de formes rares de...

En savoir plus

18/04/2014 Revue de presse française

"Les mutins du PS défient Valls"

Au menu de cette presse française, la fronde de l'aile gauche du PS contre le plan d'économies de Manuel Valls, la surpopulation carcérale, le désintérêt pour les élections...

En savoir plus

17/04/2014 Ukraine

"Après le 17, le 18"

Presse internationale, Jeudi 17 avril 2014. Au menu de cette revue de presse, le naufrage d’un ferry au large de la Corée du sud, la déroute de l’armée ukrainienne, et la...

En savoir plus

17/04/2014 Revue de presse française

"Après moi, le déluge"

Presse française, Jeudi 17 avril 2014. Au menu de cette revue de presse, la présentation du plan d’économies de 50 milliards par Manuel Valls, et la présidentielle en Algérie.

En savoir plus