Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le référendum écossais, sujet sensible pour les médias britanniques

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : s'allier avec l'Iran ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée-Bissau : le président Vaz limoge le chef de l'armée

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : la force de l'ONU prend le relais de la force africaine

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Vote de confiance : une victoire à l'arrachée pour Manuel Valls ?

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Une coalition internationale contre les jihadistes

En savoir plus

FOCUS

Référendum en Écosse : le poids des indécis

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Mange tes morts", une plongée dans l’univers des gitans

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Organisation de l’État islamique : la guerre des mots

En savoir plus

  • Ukraine - Russie : Vladimir Poutine a-t-il remporté son bras de fer ?

    En savoir plus

  • Ligue des champions : le PSG neutralisé par l'Ajax

    En savoir plus

  • Une volontaire française de MSF contaminée par Ebola au Liberia

    En savoir plus

  • Une saison en exil pour les footballeurs ukrainiens de Donetsk

    En savoir plus

  • Élections en Tunisie : et revoilà les "amis" de Ben Ali

    En savoir plus

  • Des jihadistes enlèvent un soldat libanais près de la frontière syrienne

    En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

  • Nigeria : au moins dix morts dans une attaque contre une université

    En savoir plus

  • Un rapport dissèque les sommes records mises de côté par les entreprises

    En savoir plus

  • Ebola : l'épidémie pourrait avoir un impact économique "catastrophique"

    En savoir plus

  • Vidéo : l'épidémie d'Ebola menace la Centrafrique

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : six personnes interpellées près de Lyon, des armes saisies

    En savoir plus

  • Vidéo : dernier jour pour mobiliser les indécis sur le référendum en Écosse

    En savoir plus

  • Loi anti-jihad : l’interdiction de sortie du territoire adoptée

    En savoir plus

  • Barack Obama appelle le monde à "agir vite" face à Ebola

    En savoir plus

  • La première tranche de l'impôt sur le revenu bientôt supprimée ?

    En savoir plus

  • Premières élections démocratiques aux îles Fidji depuis 2006

    En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

Moyen-orient

Selon Amnesty, des milices d'ex-rebelles menacent les espoirs de la révolution

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Dépêche

Dernière modification : 16/02/2012

À quelques jours du premier anniversaire de la révolution libyenne, le rapport d'Amnesty international dénonce les violations des droits de l'Homme commises par des milices armées qui mettent ainsi en péril la stabilité de la nouvelle Libye.

AFP - Les espoirs pour une nouvelle Libye sont "mis en péril" par les violations de droits de l'Homme commises par des milices d'ex-rebelles en "toute impunité", a déploré jeudi Amnesty International, alors que le pays s'apprête à fêter le premier anniversaire de la révolution.

"Il y a un an, les Libyens ont risqué leur vie pour réclamer justice. Aujourd'hui, leurs espoirs sont mis en péril par des milices armées sans foi ni loi qui foulent aux pieds les droits de l'Homme en toute impunité", a estimé Donatella Rovera, conseillère spéciale d'AI chargée des crises et des conflits.


Mme Rovera présentait le rapport de son organisation sur la Libye intitulé "les milices menacent les espoirs pour une nouvelle Libye", publié un an après le début de l'insurrection qui a fait tomber le régime du dictateur Mouammar Kadhafi.

Elle a appelé à des enquêtes sur les "graves abus", y compris "des crimes de guerre commis par ces milices contre des partisans présumés de Mouammar Kadhafi, affirmant que des "personnes étaient détenues illégalement et torturées, parfois jusqu'à la mort".

"Migrants et réfugiés africains ont également été pris pour cible et des représailles ont été menées, déplaçant de force des communautés entières", selon le rapport, qui cite notamment les habitants de Touarga, au sud de Misrata (ouest).

"La plupart des milices en Libye sont hors de contrôle et l'impunité généralisée dont elles jouissent ne fait qu'encourager de nouvelles violences et perpétue l'instabilité et l'insécurité dans le pays", a déclaré Mme Rovera.

En janvier et début février, des délégués d'Amnesty se sont rendus dans 11 centres de détention contrôlés par les ex-rebelles dans le centre et l'ouest de la Libye et dans dix d'entre eux, "les détenus ont indiqué qu'ils avaient été torturé ou maltraité sur place", a-t-on ajouté de même source.

"Ces prisonniers ont montré à Amnesty International des blessures résultant de mauvais traitement récents".

Plusieurs d'entre eux, ont indiqué avoir avoué des crimes de viols ou de meurtre qu'ils n'avaient pas commis, "juste pour mettre fin à la torture", a-t-on ajouté de même source.

"Au moins 12 personnes détenues par les milices ont trouvé la mort depuis septembre, après avoir été torturées. Leurs corps étaient couverts d'ecchymoses, plaies et coupures et certains avaient les ongles arrachés", a ajouté Amnesty.

Des détenus dans et autour de Tripoli, Gharyan, Misrata, Syrte et Zawiyah ont raconté à Amnesty International qu'ils avaient été "suspendus dans des positions contorsionnées et battus pendant des heures avec des fouets, des câbles, tuyaux en plastique, des chaînes et bars de fer".

"Aucune enquête n'a été réalisée, que ce soit sur de graves violations, telles que les exécutions extrajudiciaires des détenus ou sur les autres crimes de guerre, y compris le meurtre de 65 personnes dont les corps ont été retrouvés le 23 octobre dans un hôtel de Syrte qui a servi de base pour des combattants venus de Misrata".

"Tous les détenus devraient être immédiatement transférés vers des centres de détention légaux sous le contrôle du Conseil national de transition (CNT)" au pouvoir, a encore indiqué AI.

Début février, le ministre libyen de la Justice, Ali H'mida Achour, avait affirmé que son ministère allait enquêter sur des cas de torture dans des prisons libyennes, après des accusations d'autres organisations des défense de droits de l'homme, comme HRW ou Médecins sans frontières.

 

Première publication : 16/02/2012

  • LIBYE

    La nomination par le CNT du nouveau chef des armées ne fait pas l'unanimité

    En savoir plus

  • LIBYE

    Accrochage mortel entre ex-révolutionnaires à Tripoli

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Washington et l'ONU lèvent les sanctions contre Tripoli prises à l'époque de Kadhafi

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)