Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Vers une police sous surveillance ?

En savoir plus

DÉBAT

Syrie : la guerre oubliée

En savoir plus

DÉBAT

Centrafrique : comment sortir de l'impasse?

En savoir plus

SUR LE NET

Le web se met au « Ice Bucket Challenge » pour la bonne cause

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Montréal, toute une histoire

En savoir plus

FOCUS

Israël : Tsahal face aux minorités de la société israélienne

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Guillaume Foliot, directeur adjoint du Programme alimentaire mondial

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gabon : le camp d'Ali Bongo répond aux attaques de Jean Ping

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le scandale irlandais"

En savoir plus

  • Reprise des hostilités à Gaza, Israël rappelle ses négociateurs au Caire

    En savoir plus

  • L'armée irakienne attaque les jihadistes sur plusieurs fronts

    En savoir plus

  • L'opposition pakistanaise pénètre dans la zone rouge d’Islamabad

    En savoir plus

  • Ligue 1 : une enquête judiciaire ouverte après le coup de tête de Brandao

    En savoir plus

  • Championnat d'Europe : Florent Manaudou vainqueur ex æquo sur 50 m papillon

    En savoir plus

  • Le prince saoudien braqué à Paris est un fils du roi Fahd mort en 2005

    En savoir plus

  • Émeutes de Ferguson : les États-Unis face à leurs vieux démons racistes

    En savoir plus

  • Carte interactive : "Ici est tombé" pour la Libération de Paris

    En savoir plus

  • Libération de Paris : "J'accueillais mes libérateurs"

    En savoir plus

  • Dans l’est de l'Ukraine, Lougansk en proie à d’intenses combats

    En savoir plus

  • Le pape François ouvre davantage la voie à la béatification de Mgr Romero

    En savoir plus

  • Amos Gitaï : "Israël est un projet politique, pas un projet religieux"

    En savoir plus

  • Le bilan d'Ebola s'alourdit encore en Afrique de l'Ouest

    En savoir plus

EUROPE

Les Serbes du Nord disent "non" au Kosovo indépendant

Vidéo par Inès OLHAGARAY

Texte par Dépêche

Dernière modification : 16/02/2012

Les Serbes du nord du Kosovo ont voté "non" à 99,74 % lors d'un référendum, rejetant le Kosovo indépendant et dénonçant les concessions qui lui sont faites par Belgrade sous la pression de Bruxelles.

AFP - Les Serbes du nord du Kosovo ont fait un bras d'honneur à la Serbie et à l'UE lors d'un référendum rejetant avec une quasi unanimité le Kosovo indépendant et dénonçant les concessions qui lui sont faites par Belgrade, selon eux, sous la pression Bruxelles.

Selon les résultats définitifs, 99,74% des participants ont répondu "non" à la question "Acceptez-vous les institutions de la prétendue république du Kosovo installée à Pristina"?

Seuls 69 votants ont répondu par "oui", selon la Commission électorale.

Le scrutin, qui s'est déroulé mardi et mercredi sans incident, n'aura toutefois aucune conséquence juridique.

Quelque 35.000 électeurs du nord, région qui représente 11% du territoire du Kosovo et où les Serbes représentent la majorité écrasante, étaient inscrits sur les listes. La participation a été de 75%.

"Après ce référendum il sera totalement clair pour les kosovars albanais, la communauté internationale et les politiciens de Belgrade que l'ensemble des Serbes du nord ne veulent pas obéir aux institutions de Pristina", prédisait dans la journée Krstimir Pantic, maire de la partie serbe de Kosovska Mitrovica.

Ce scrutin a eu lieu à la veille du 4e anniversaire de l'indépendance proclamée par la majorité albanaise, le 17 février 2008, que les Serbes du Kosovo et Belgrade refusent de reconnaître.

Le président de Serbie Boris Tadic a affirmé qu'il "nuisait aux intérêts de l'Etat" serbe.

A Pristina, le parlement kosovar a adopté une déclaration qualifiant ce référendum de "violation de l'ordre constitutionnel de la République du Kosovo".

L'UE qui doit se prononcer prochainement sur la demande de Belgrade d'obtenir le statut de candidat à l'adhésion, a aussi critiqué la tenue du scrutin.

Le bloc européen exige des progrès dans les pourparlers entre Belgrade et Pristina qu'ils parraine, avant une telle décision. Certains accords ont déjà été arrachés ce qui déplaît aux Serbes du nord.

Le responsable gouvernemental serbe Oliver Ivanovic a accusé l'opposition en Serbie, au pouvoir dans trois des quatre municipalités, d'avoir fomenté ce référendum pour ainsi capitaliser lors des législatives en Serbie prévues ce printemps.

L'analyste kosovar Adrian Çollaku constate que le scrutin "confirme l'incapacité de Pristina à asseoir son autorité sur la totalité de son territoire".

"Le scrutin est un pas de plus vers la sécession" de cette partie du Kosovo, a déclaré à l'AFP un autre analyste, Nexhmedin Spahiu, et représente "la conséquence de la tentative de Pristina d'imposer sa présence aux passages frontaliers avec la Serbie qui échappent à son contrôle".

Suite à cette tentative menée en juillet dernier par des unités spéciales de la police kosovare, des violences avaient éclaté, les Serbes ayant répondu en érigeant des barricades pour s'y opposer.

De violents heurts s'étaient produits à plusieurs reprises. Un policier kosovar avait été tué par balle et des dizaines de manifestants et de soldats de la Force de l'Otan au Kosovo avaient été blessés.

Sur les quelque 120.000 Serbes vivant au Kosovo (deux millions d'habitants), 40.000 sont dans le nord, région adossée à la Serbie qui représente 11% du territoire du Kosovo. Ceux du sud, vivant dans des enclaves entourées par la majorité albanaise, ne participent pas à ce scrutin

Première publication : 16/02/2012

  • DIPLOMATIE

    Le Kosovo et la Serbie s'accordent sur les points de passage

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Le Kosovo et la Serbie parviennent à un accord temporaire sur le contrôle des frontières

    En savoir plus

  • SERBIE - KOSOVO

    La réconciliation serbo-kosovare se heurte à la question des frontières

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)