Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Attentat à Madagascar : 3 morts dont un bébé et 88 blessés dans un stade

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Pourquoi la France a-t-elle soutenu le régime criminel d'Hissène Habré au Tchad ?

En savoir plus

LE DÉBAT

Brexit, acte 2 : un divorce à l'amiable ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

À l'occasion de la fête du cinéma, Marjane Satrapi ouvre les portes de son univers

En savoir plus

FOCUS

Face à la radicalisation dans les prisons, la France fait appel aux aumôniers musulmans

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Les Observateurs s'engagent : mettre en avant les actions positives

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCO

Brexit : et s'il n'avait pas lieu ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Stanley Johnson : "Pour moi, Boris a fait une campagne exceptionnelle !"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Brexit : les lendemains qui déchantent pour l'Europe ?

En savoir plus

Asie - pacifique

Attentat-suicide devant une mosquée chiite, une vingtaine de morts

Texte par Dépêche

Dernière modification : 17/02/2012

Un attentat-suicide à la sortie d’une mosquée chiite a fait au moins 23 morts et 54 blessés à Parachinar, dans le nord-ouest du Pakistan. Cette région tribale frontalière de l’Afghanistan est régulièrement le théâtre d'attaques interconfessionnelles.

AFP - Au moins 23 personnes ont été tuées et 54 blessées vendredi dans un attentat suicide perpétré près d'une mosquée chiite dans le nord-ouest du Pakistan, ont annoncé les autorités locales.

Le kamikaze à moto sa fait exploser sa bombe sur un marché fréquenté de Parachinar, la principale ville du district tribal de Kurram, régulièrement ensanglanté par les attaques des insurgés talibans alliés à Al-Qaïda et les conflits entre la majorité sunnite et la minorité chiite.

L'attentat a été perpétré à proximité de la mosquée chiite au moment de la grande prière du vendredi.

Le Pakistan est le théâtre d'une vague extrêmement meurtrière d'attentats --suicide pour la plupart-- perpétrés essentiellement par les talibans qui reprochent à Islamabad son alliance avec les Etats-Unis dans leur "guerre contre le terrorisme" depuis fin 2001. Une partie de ces attaques visent également les chiites, cibles régulières des radicaux sunnites dans tout le pays.

Ainsi, en quatre ans et demi, près de 5.000 personnes ont péri dans plus de 500 attentats à travers tout le Pakistan.

"Le bilan est monté à 23 morts", a déclaré par téléphone à l'AFP Shahab Ali Shah, le chef de l'administration du district. Dix blessés sont dans un état critique, selon lui. Le précédent bilan faisait état de 19 morts.

Les autorités ont dénombré au total 54 blessés, selon un autre responsable du district, Sahibzada Mohammad Anees.

Les zones tribales pakistanaises situées le long de la frontière afghane sont les bastions des talibans pakistanais, le principal sanctuaire d'Al-Qaïda dans le monde et la base arrière des talibans afghans.

L'attentat a été revendiqué par téléphone auprès de l'AFP par un petit groupe d'insurgés qui a fait sécession du Mouvement des Talibans du Pakistan (TTP), le principal mouvement rebelle, qui a fait allégeance à Al-Qaïda en 2007.

"Nous avons envoyé ce kamikaze après des attaques visant les sunnites par des tribus chiites dans la région", a déclaré Fazal Saeed, porte-parole de ce groupuscule, le Mouvement Islamique des Talibans. Il a assuré que ses hommes avaient capturé la semaine dernière un homme qui s'apprétait à dissimuler une bombe à une station d'essence tenue par des sunnites. "Nous nous sommes donc vengés", a ajouté le porte-parole.

Depuis la fin des années 1980, plus de 4.000 personnes sont mortes au Pakistan dans les violences entre ces deux branches de l'islam, mais des chiites pour l'immense majorité.

Première publication : 17/02/2012

  • PAKISTAN

    Le Premier ministre Gilani inculpé pour outrage par la Cour suprême

    En savoir plus

  • PAKISTAN

    Le Pakistan nie jouer un double jeu en Afghanistan

    En savoir plus

  • PAKISTAN

    Attentat sanglant contre une procession chiite

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)