Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Ligue 1 : au Parc des Princes, Lyon tient tête au Paris-SG

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

EUROPE

Le président allemand Christian Wulff démissionne

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Dépêche

Dernière modification : 17/02/2012

Soupçonné de prévarications depuis de longs mois pour des faits survenus entre 2007 et 2009, le président allemand Christian Wulff a annoncé sa démission, ce vendredi, au cours d'une déclaration au château de Bellevue à Berlin.

AFP - Le Président de la République allemande Christian Wulff, accusé de corruption et menacé de perdre son immunité, a démissionné vendredi, créant un nouveau casse-tête pour la chancelière Angela Merkel qui l'avait fait élire.

M. Wulff, 52 ans, dont le parquet de Hanovre (nord) avait réclamé jeudi soir au Bundestag (chambre basse du parlement) la levée de l'immunité après des soupçons de prévarications, a annoncé sa démission peu après 11H00 locales (10H00 GMT) depuis du Château de Bellevue à Berlin.

Ce conservateur que la chancelière Merkel avait difficilement fait élire il y a moins de deux ans à un poste essentiellement honorifique, mais qui représente une autorité morale, a admis que la "confiance" de ses citoyens était "affectée".

"Pour cette raison, il ne m'est plus possible d'exercer mes fonctions. C'est pour cela que je démissionne", a déclaré solennellement M. Wulff, qui admis "des erreurs" tout en assurant n'avoir rien fait l'illégal.

Comme le prévoit la Loi fondamentale (constitution), l'intérim sera assuré par le président du Bundesrat (chambre haute du Parlement, qui représente les Etats), Horst Seehofer.

Angela Merkel, chef de la première économie européenne vers laquelle tous se tournent en cette période de crise, a dû annuler in extremis une visite en Italie où elle devait rencontrer ce vendredi le Premier ministre Mario Monti, pour des consultations sur l'euro.

Dans une déclaration depuis la chancellerie, elle a dit vouloir mener des discussions avec les partis d'opposition, les sociaux-démocrates (SPD) et les Verts, "pour proposer un candidat commun pour l'élection du prochain président de la République". Elle a annoncé un début des consultations samedi entre les partenaires de sa coalition, ses Unions chrétiennes (CDU/CSU) et leurs alliés Libéraux (FDP).

La secrétaire générale du SPD Andrea Nahles et la chef des députés Verts Renate Künast, dont les partis réclamaient une levée de l'immunité du président, ont immédiatement "salué" l'offre de la chancelière.

M. Wulff était depuis mi-décembre sous le feu des critiques des médias et de l'opposition, accusé d'avoir profité de sa position à la tête de la Basse-Saxe (2003-2010) pour obtenir des avantages financiers divers et multiples, puis d'avoir tenté d'étouffer ces affaires. Début janvier il avait refusé de démissionner.

Le plus jeune président allemand faisait figure de conservateur moderne mais un peu terne jusqu'à ce qu'une série de scandales le propulse sur le devant de la scène médiatique.

Des attaques quasi quotidiennes dans la presse lui reprochaient d'avoir occulté un prêt, profité de vacances gratuites chez de riches entrepreneurs en Italie, à Majorque, aux Etats-Unis, puis d'avoir tenté de faire pression sur des journalistes, notamment sur le puissant journal Bild, afin d'empêcher la sortie de nouvelles révélations.

Au sein de l'opinion, 77% des Allemands estimaient que son image était durablement abîmée et 48% voulaient sa démission, selon un récent sondage.

Elégant, souriant, M. Wulff avait été péniblement élu le 30 juin 2010 président, au troisième et dernier tour de scrutin, où la majorité simple suffisait. Une humiliation pour Mme Merkel qui le présentait, car la coalition gouvernementale disposait théoriquement de la majorité à l'assemblée électorale

La chancelière avait déjà eu du mal à trouver un candidat à installer au Château Bellevue après la démission surprise de Horst Köhler, victime de déclarations sur le rôle de l'Allemagne en Afghanistan qui avaient fait scandale.
 

Première publication : 17/02/2012

  • ALLEMAGNE

    Ouverture d'une enquête pour abus de bien sociaux contre le président Wulff

    En savoir plus

  • ALLEMAGNE

    Merkel très affaiblie par l'élection ardue de Christian Wulff

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)