Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

France - migrants illégaux : l'impasse calaisienne

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : l'Iran réaffirme son soutien à l'Irak : à quel prix ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Entretien exclusif avec José Manuel Barroso, président de la Commission européenne

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Magic in the moonlight" : la magie opère dans le dernier Woody Allen

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Total, premier groupe pétrolier en Afrique, a perdu son PDG Christophe de Margerie

En savoir plus

FACE À FACE

Martine Aubry, la gauche et ses frondeurs

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Ces étrangers qui partent combattre avec les Kurdes en Irak et en Syrie

En savoir plus

DÉBAT

La sentence de Pistorius est-elle "satisfaisante" ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Prisonnier Pistorius"

En savoir plus

Moyen-orient

Bombardement sans précédent de Homs au lendemain du vote de l'ONU

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Dépêche

Dernière modification : 17/02/2012

"C'est incroyable, c'est d'une violence extrême, on n'a jamais connu ça", affirme Hadi Abdallah, membre de la Commission de la révolution syrienne, au 14e jour des bombardements de Homs alors que jeudi l'ONU a condamné la répression.

DES MILLIERS DE SYRIENS MANIFESTENT

Les Syriens ont commencé à manifester par milliers vendredi pour réclamer la chute du régime dont les forces ont tiré sur la foule à Deraa, berceau de la contestation, faisant des blessés, a rapporté une ONG syrienne.

Les militants anti-régime ont lancé un appel à manifester massivement sous le slogan du "Vendredi de la résistance populaire", évoquant une "nouvelle étape" dans leurs actions face à la répression de la révolte qui a coûté la vie à plusieurs milliers de personnes depuis mars 2011.

Dans la province Deraa (sud), plus de 10.000 manifestants ont défilé dans la ville de Daël, et d'autres protestations ont eu lieu à Jassem, Inkhel, Nimr et al-Hara où les forces de sécurité ont tiré sur les manifestants faisant des blessés, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Dans la province d'Idleb (nord-ouest), les manifestants se sont mobilisés dans la ville de Maaret al-Nooman, après la prière, appelant à renforcer la "résistance populaire" pour faire tomber le régime, d'après l'OSDH. Une manifestation massive avait lieu dans la localité de Binech également.
 

REUTERS - D’intenses bombardements ont visé vendredi le quartier de Baba Amro à Homs, troisième ville de Syrie, au lendemain de l’adoption par l’Assemblée générale de l’Onu d’une résolution appuyant le plan arabe qui prévoit la mise à l’écart du président Bachar al Assad.

Le vice-ministre chinois des Affaires étrangères, Zhai Jun,
est arrivé à Damas. A son départ de Pékin, il a réaffirmé que son pays s’opposait à toute opération visant à faire tomber par la force le régime en place.

Il devait rencontrer dans la soirée son homologue syrien et s’entretenir samedi avec le président Assad. Il verra également des responsables de l’opposition à Damas.

A Homs, qui fait l’objet de pilonnages depuis le 4 février, un déluge de roquettes et d’obus s’est abattu sur Baba Amro, quartier essentiellement sunnite tenu par les insurgés, tandis que l’armée progressait à partir d’un quartier voisin, Inchaat, ont déclaré des militants de l’opposition présents sur place.

« Ils tirent surtout des roquettes en direction des bâtiments, et de temps à autre des obus. Seule la rue de Karama sépare désormais Baba Amro de l’armée présente à Inchaat », a témoigné par téléphone un opposant, Aba Iyad.

A Deraa, ville à la frontière jordanienne qui fut le berceau du mouvement de contestation en mars dernier, des explosions et des tirs d’armes automatiques ont été entendus dans plusieurs quartiers attaqués par l’armée, ont rapporté des habitants.

A l’autre bout du pays, à Idlib, près de la frontière turque, des habitants ont dit à Reuters avoir vu des blindés prendre position à l’aube autour de la ville, où la population s’attendait à un assaut.

L’armée a d’autre part lancé une nouvelle offensive contre Hama, et au moins 14 personnes ont péri dans un bombardement qui a visé jeudi une ville voisine, Kfar Noubouzeh, ont rapporté des militants de l’opposition.

"Le monde est avec vous"

Selon une vidéo diffusée sur YouTube, 2.000 fidèles réunis à la mosquée Zeïn al Abidine à Maidan, dans le centre de Damas, ont scandé des slogans hostiles à Bachar al Assad.

« Le peuple veut la chute du régime! », les entend-on clamer sur cette vidéo, dont l’authentification est impossible, les autorités syriennes restreignant fortement l’accès de la Syrie aux journalistes étrangers.

A l’étranger, l’adoption de la résolution, non contraignante, par l’Assemblée générale de l’Onu a confirmé que Damas avait peu de soutiens extérieurs: 137 pays ont voté pour, 12 contre (dont la Russie et la Chine) et 17 se sont abstenus.

« Aujourd’hui, l’Assemblée générale des Nations unies a adressé un message clair au peuple syrien: le monde est avec vous », a déclaré la représentante permanente des Etats-Unis à l’Onu, Susan Rice.

Pour l’analyste politique Rami Khouri, basé à Beyrouth, ce vote était important même s’il n’a qu’une portée symbolique.

« L’opposition dispose d’un soutien écrasant au plan international. Cela maintient la pression et l’opposition peut dire qu’elle bénéficie d’une légitimité internationale. Je pense que les jours (d’Assad) sont comptés. Mais nous ne pouvons pas encore dire combien de temps il pourra tenir », a-t-il estimé.

S’exprimant jeudi à Vienne, le secrétaire général de l’Onu, Ban Ki-moon, a accusé l’armée syrienne de se livrer à des abus généralisés.

« Nous assistons au bombardement aveugle de certains quartiers, des hôpitaux sont reconvertis en centres de torture, des enfants de dix ans sont emprisonnés et maltraités. Nous assistons presque certainement à des crimes contre l’humanité », a-t-il déclaré.
 


 

Première publication : 17/02/2012

  • DIPLOMATIE

    L'ONU adopte une résolution condamnant la répression en Syrie

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Pour Alain Juppé, un accord est possible avec Moscou sur le dossier syrien

    En savoir plus

  • SYRIE

    Pékin envoie son vice-ministre des Affaires étrangères pour tenter une médiation

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)