Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Un Mozart social-libéral à Bercy"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Si j'abandonne, tout s'effondre"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gouvernement Valls II : remaniement ou reniement ?

En savoir plus

DÉBAT

Gouvernement Valls II : le bon choix ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Macron, l'anti-Montebourg à Bercy

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

SUR LE NET

« L’Ice Bucket Challenge » détourné par un acteur américain

En savoir plus

SUR LE NET

Le convoi russe en Ukraine : pourquoi et pour qui ?

En savoir plus

MODE

Grand prix du livre de mode 2014

En savoir plus

  • Affaire Tapie : Christine Lagarde mise en examen pour "négligence"

    En savoir plus

  • Emmanuel Macron, un ex-banquier touche-à-tout à Bercy

    En savoir plus

  • Theo Curtis, ex-otage américain en Syrie, est arrivé aux États-Unis

    En savoir plus

  • Vidéo : Lalish, capitale spirituelle et dernier refuge des Yazidis d'Irak

    En savoir plus

  • En images : les ministres du gouvernement Valls II

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Porto élimine Lille, reversé en Ligue Europa

    En savoir plus

  • Cessez-le-feu à Gaza après sept semaines de guerre entre Israël et le Hamas

    En savoir plus

  • Transferts : Samuel Eto’o signe à Everton

    En savoir plus

  • Rencontre Poutine - Porochenko : "Le sort du monde se joue à Minsk"

    En savoir plus

  • Pictet, une importante banque suisse, publie ses premiers résultats depuis 209 ans

    En savoir plus

  • Aaron Sofer, un étudiant juif américain, porté disparu en Israël

    En savoir plus

  • Liga : Munir El Haddadi, la nouvelle perle du Barça

    En savoir plus

  • Mineurs, lieux publics... l'OMS prend position contre la e-cigarette

    En savoir plus

  • Libye : les Occidentaux dénoncent les "ingérences extérieures"

    En savoir plus

Afrique

Plusieurs blessés dans les heurts entre policiers et manifestants anti-Wade

Vidéo par Cédric MOLLE-LAURENÇON

Texte par Dépêche

Dernière modification : 19/02/2012

Samedi à Dakar, des heurts ont éclaté entre policiers et opposants au président Wade, faisant plusieurs blessés. Les forces de l'ordre se sont massivement déployées dans le centre de la capitale afin d'empêcher toute manifestation.

AFP - Plusieurs personnes ont été blessées dans de nouveaux affrontements samedi à Dakar entre policiers et jeunes qui tentaient, comme la veille, d'accéder à une place du centre-ville où devait se tenir une manifestation interdite de l'opposition contre un nouveau mandat du président Abdoulaye Wade.

Des secouristes de deux organisations indépendantes ont parlé à l'AFP l'un de deux blessés et l'autre d'une dizaine de blessés, une source autorisée a évoqué quatre blessés secourus depuis le début de l'après-midi.

Par ailleurs, un jeune est mort après avoir été blessé vendredi soir à Kaolack (ouest du Sénégal) lors d'une manifestation organisée pour protester contre "la profanation" d'une mosquée de Dakar par la police.

Ce décès porte à cinq le nombre de morts depuis fin janvier en lien avec la contestation de la candidature d'Abdoulaye Wade à la présidentielle du 26 février.

Pour la cinquième journée consécutive, l'opposition et la société civile, rassemblés au sein du Mouvement du 23 juin (M23), avaient décidé de maintenir une manifestation interdite contre la candidature de M. Wade.

Des centaines de jeunes se sont retrouvés sur l'avenue Georges Pompidou menant à la Place de l'Indépendance où devait se tenir la manifestation. Ils ont jeté des pierres sur des policiers qui leur barraient l'accès, les policiers ont riposté à coups de gaz lacrymogènes pour disperser les manifestants et ont utilisé un canon à eau pour éteindre le feu à des barricades de fortune érigées sur l'avenue.

Des scènes similaires se sont produites dans plusieurs rues du centre-ville, où tous les commerces avaient fermé, alors que de nombreux riverains regardaient la scène sur le pas de leur porte ou sur les trottoirs, certains se couvrant le nez pour se protéger du mélange âcre de fumée et de gaz lacrymogènes.

Les gaz lacrymogènes n'ont pas épargné l'Hôtel de ville de Dakar où, selon le maire Khalifa Sall (opposition), 17 mariages étaient prévus samedi et ont été perturbés. "Ils jettent des grenades lacrymogènes ici, c'est l'irresponsabilité des forces de l'ordre", a-t-il dit à l'AFP.

Toutes les rues et avenues menant à la Place de l'Indépendance, dans le quartier administratif et des affaires du Plateau où se trouve le Palais présidentiel, ont été barrées par les forces de sécurité, qui ont empêché plusieurs candidats opposants d'y accéder, dont le maire Cheikh Bamba Dièye et les ex-ministres des Affaires étrangères Ibrahima Fall et Cheikh Tidiane Gadio.

M. Dièye est néanmoins parvenu à se rendre sur la Place, où il s'est étendu à même l'asphalte, avant d'en être éconduit sans ménagement par des policiers.

Cela "ne va pas nous arrêter, Abdoulaye Wade ne pourra pas nous arrêter. Il peut barrer toutes les rues de Dakar, bloquer toutes les voies, sortir les chars de combat, ça ne nous arrêtera pas", a affirmé M. Gadio à l'AFP, dénonçant un "forcing contre (le) peuple".

Vendredi, une dizaine de personnes, dont un policier, avaient été blessées au Plateau lors de violences similaires, exacerbées par le geste d'un officier de police qui a lancé des grenades lacrymogènes à l'intérieur d'une mosquée de la confrérie musulmane des Tidianes située dans cette zone.

Une manifestation de colère contre ce fait a eu lieu à Kaolack (ouest) où un jeune homme est mort dans des circonstances non précisées par la police, la presse locale affirmant qu'il avait été touché par une grenade lacrymogène.

Des actions de vengeance ont été menées à Tivaouane (ouest), une des cités saintes des Tidianes, où la mairie a été saccagée et incendiée. Le maire de la ville, El-Hadj Malick Diop, de la mouvance présidentielle, a mis en cause des jeunes opposants "manipulés".

Le ministre de l'Intérieur Ousmane Ngom a rencontré samedi Serigne Mansour Sy, calife général de la confrérie des Tidianes à Tivaouane, pour tenter de calmer les esprits. Le porte-parole du calife a appelé les fidèles "au calme et à la sérénité".

Des ONG de défense des droits de l'Homme ont déploré les violences, en dénonçant des "dizaines d'arrestations" depuis trois jours. Elles ont exhorté les autorités "à cesser immédiatement la répression en cours".

Sept jeunes du mouvement Y'en a marre opposé à un nouveau mandat de M. Wade, qui avaient été arrêtés jeudi à Dakar ont été inculpés de "participation à une manifestation non autorisée" et mis en liberté et seront jugés le 22 février, selon leur collectif. 13 autres demeurent toujours à la police.

Elu en 2000, réélu en 2007, M. Wade se dit sûr de remporter la présidentielle au premier tour. Le M23 estime qu'il a épuisé ses deux mandats légaux et juge illégale sa nouvelle candidature, ce que contestent ses partisans qui soulignent que des réformes de la Constitution lui donnent le droit de se représenter.

C'est dans ce climat de vive tension que quelque 23.000 militaires et paramilitaires ont commencé à voter à la présidentielle samedi, jusqu'à dimanche.

 

Première publication : 18/02/2012

  • PRÉSIDENTIELLE SÉNÉGALAISE

    Dans le sud-ouest du pays, Abdoulaye Wade tente de séduire les foules

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE SÉNÉGALAISE

    L’opposition du M23, une alliance hétéroclite contre Wade

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)