Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : colère à Peshawar lors des funérailles des écoliers assassinés

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande, un recentrage à gauche ?

En savoir plus

Asie - pacifique

L'AIEA lance la mission de la "dernière chance"

Texte par Dépêche

Dernière modification : 18/02/2012

Pour la deuxième fois en un mois, l'AIEA a décidé d'envoyer une mission à Téhéran, dite "de la dernière chance", afin de connaître les véritables intentions de la République islamique, qui affirme que son programme est d'ordre "civil".

AFP - Pour la seconde fois en moins d'un mois, l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) envoie à Téhéran une mission dite de "la dernière chance" pour tirer au clair la nature exacte du programme nucléaire iranien: à visée militaire, comme le suspectent les Occidentaux, ou strictement civil, comme l'affirme la République islamique.

La mission de haut rang, dirigée par le directeur adjoint de l'AIEA et chef des inspecteurs, le Belge Herman Nackaerts, quittera Vienne pour Téhéran dimanche soir et séjournera en Iran jusqu'au 21 février.

Cette fois, contrairement à sa visite précédente, la mission de l'AIEA devrait demander à se rendre dans des sites nucléaires controversés, notamment celui suspecté par l'agence onusienne dans la base militaire de Parchim.

La précédente mission, du 29 au 31 janvier, avait été qualifiée de "bonne" par Herman Nackaerts, qui avait cependant souligné qu'il restait "encore beaucoup de travail à accomplir".

Et, pour mettre le maximum de chances de son côté, le Directeur général de l'AIEA, le Japonais Yukiya Amano, avait fait un geste symbolique à l'égard de Téhéran en se rendant pour la première fois à la réception pour la Fête nationale iranienne à Vienne, un geste apprécié par les diplomates iraniens.

Les Occidentaux, par la voix notamment de la secrétaire d'Etat américaine, Hillary Clinton, et du ministre français des Affaires étrangères, Alain Juppé, se sont montrés prudemment optimistes, notamment en raison de la réponse positive de l'Iran à la proposition du Groupe 5+1 (Etats-Unis, Grande-Bretagne, France, Russie, Chine + Allemagne) de reprendre leurs discussions, interrompues depuis janvier 2011, à Istanbul, en Turquie.

Pour Hillary Clinton, il s'agit d'un "geste important", Alain Juppé évoquant "un début d'ouverture", tout en qualifiant "d'ambigüe" la réponse de Téhéran.

Au centre de l'interminable conflit avec la République islamique se trouve une "possible dimension militaire" du programme nucléaire iranien, envisagée par le Directeur général de l'AIEA dans son dernier rapport, en novembre 2011.

Dans ce rapport, l'AIEA avait présenté un vaste catalogue d'éléments indiquant que l'Iran avait travaillé à la mise au point de l'arme nucléaire. Une assertion rejetée en bloc par Téhéran.

La publication de ce rapport avait entraîné une plus grande pression internationale avec, en dépit de l'opposition de la Russie et de la Chine au Conseil de sécurité de l'Organisation des Nations unies (ONU), des sanctions occidentales visant l'industrie pétrolière iranienne et la Banque centrale de l'Iran.

Ces sanctions s'ajoutent à la série de quatre sanctions économiques et financières décidées par l'ONU depuis 2007.

Le début de la production d'uranium enrichi à Fordo avait suscité aussi de "l'inquiétude" en Russie et en Chine, Moscou et Pékin pressant instamment l'Iran de "coopérer avec l'AIEA".

Nonobstant les critiques, l'Iran n'en a pas moins poursuivi son programme nucléaire. Ainsi, Téhéran a lancé la production d'uranium enrichi à 20% à Fordo (sud-ouest), dans un site enfoui sous une montagne et difficile à attaquer, se rapprochant ainsi du seuil d'uranium enrichi à 90% qui permettrait la fabrication d'une bombe atomique.

Le 15 février, le président iranien Mahmoud Ahmadinejad, sur la même lancée, était présent pour la mise en service d'uranium enrichi à 20% dans un réacteur de recherche et avait annoncé que l'Iran avait porté de 6.000 à 9.000 le nombre de ses centrifugeuses.

Enfin, il avait indiqué que les scientifiques iraniens avaient fabriqué une nouvelle centrifugeuse "de quatrième génération", trois fois plus puissante que celles existantes.

Et, en arrière-plan, Israël, seule puissance nucléaire -- non-déclarée -- de la région laisse planer le flou sur une éventuelle attaque aérienne contre les installations nucléaires iraniennes.

Première publication : 18/02/2012

  • NUCLÉAIRE IRANIEN

    Selon l'AIEA, l'Iran a commencé la production d'uranium enrichi

    En savoir plus

  • NUCLÉAIRE

    Le conseil de l'AIEA adopte une résolution contre Téhéran

    En savoir plus

  • NUCLÉAIRE IRANIEN

    Les grandes puissances de l'AIEA s'accordent sur une résolution visant l'Iran

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)