Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Un projet d'attentat jihadiste déjoué contre la Commission européenne à Bruxelles

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Nigeria : assaut mortelle de Boko Haram à Mainok, dans le nord du pays

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

EUROPE

À Exarhia, les anarchistes perpétuent la tradition contestataire de leur quartier

Texte par Gaëlle LE ROUX

Dernière modification : 20/02/2012

Pointés du doigt au lendemain des violences qui ont éclaté le 12 février à Athènes, les anarchistes grecs se défendent de n'être "que des casseurs". Rencontre avec un jeune militant au cœur d'Exarhia, quartier d'Athènes réputé frondeur.

"Que cela soit clair, je ne représente aucun mouvement. Ce que je vais vous dire n'est que mon opinion personnelle, je ne suis leader ou porte-parole de personne", prévient d'emblée Nikólaos, ses yeux noirs plantés dans ceux de son interlocuteur. Une introduction dans la droite lignée des idées qu'il défend, "Ni dieu, ni maître". Ce militant anarchiste de 36 ans accepte difficilement de parler à un journaliste. S'il le fait, c'est pour, dit-il, que les gens à l'étranger comprennent que les anarchistes grecs "ne sont pas que des casseurs". Le rendez-vous a été fixé à Radio-Bubble dans le quartier d'Exarhia, à Athènes. Un lieu hors du commun : mi-café mi-studio d'une radio citoyenne. "Nous ne sommes plus uniquement dans une guerre sociale, soutient l'homme. Nous sommes aussi dans une guerre médiatique."

Radio-Bubble, mi-café, mi-studio de radio.

Au lendemain du 12 février, où de violentes émeutes ont éclaté dans le centre de la capitale grecque, les médias et le monde politique s'étaient empressés de pointer du doigt les militants anarchistes et d'extrême gauche. Le même scénario s'était produit en 2008, lorsque jeunes et forces de l'ordre s'étaient affrontés plusieurs jours de suite après la mort d'un adolescent, tué par la police dans une rue d'Athènes. "La différence majeure avec 2008, c'est que dimanche [12 février], sur la place Syntagma, les gens nous ont applaudis, affirme Nikólaos. Les travailleurs, les gens de la classe moyenne, jeunes, vieux, étudiants... Nous étions tous au même endroit pour lutter contre les mêmes choses." Si, selon lui, la protestation a dégénéré, c'est parce qu'en face les forces de l'ordre ont dégainé matraques et gaz lacrymogènes sans raison contre des manifestants pacifiques.

"Face à la violence de l'État, il faut savoir se défendre"

Nombreux sont les témoignages d'Athéniens, de tous les bords politiques, qui corroborent les dires du militant. "Beaucoup de Grecs prennent en ce moment conscience des manipulations policières et médiatiques : le but de la manœuvre était de vider la place Syntagma. Ce soir du 12 février, des images très calmes du Parlement ont été diffusées au journal télévisé, alors que des dizaines de milliers de personnes manifestaient juste à côté et suffoquaient sous les gaz lacrymogènes", poursuit Nikólaos en touillant rageusement son café.

"Face à la violence de l'État, il faut savoir se défendre", lâche-t-il. Si les théories anarchistes rejettent toute idée de violence, dans les faits, les choses se passent autrement. "Quand on n'a plus le choix face à un État violent, il faut réagir, insiste le jeune homme. La violence, pour moi, commence quand on a les poches vides et qu'on n'a plus rien à manger. Le capitalisme est une violence quotidienne." Lors des affrontements du 12 février, les militants ont essentiellement pris pour cible des banques, des multinationales et des magasins de luxe. "Mais on ne souhaite pas le chaos, la violence n'est pas une fin en soi, précise le militant. C'est un outil. La seule réponse à tout cela, c'est l'auto-gestion et la démocratie directe." En résumé, pas d'État, pas de gouvernement, toutes les décisions concernant la communauté devraient être prises collectivement, en assemblée.

Exarhia, vitrine de l'anarchisme grec

De l'idéologie à la pratique, il n'y a qu'un pas, que le quartier d'Exarhia a allègrement franchi il y a près de 40 ans. On n'y compte plus le nombre de soupes populaires organisées, d'immeubles et de lieux publics occupés, de squats, de lieux de débats... Impossible de dissocier l'anarchisme grec de ce quartier, et inversement. C'est là, dans les années 1970, que se sont concentrées les révoltes étudiantes contre la dictature des colonels. Depuis, la tradition contestataire d'Exarhia ne s'est jamais démentie. C'est toujours dans ces petites rues aux murs couverts de graffitis et d'affiches anarchistes que prennent aujourd'hui racine les contestations contre le gouvernement grec.

"Je pense que ce qu'on voit dans ce quartier est un phénomène unique sur la planète, estime Nikólaos. À un kilomètre du Parlement et des institutions financières du pays, on y cible toutes les défaillances du système et on y expérimente des alternatives." Avec un succès populaire grandissant. L'année dernière, plusieurs dizaines de milliers de personnes ont afflué au festival anti-autoritaire organisé dans le Nosotros, un immense squat à la fois café, centre culturel et assemblée populaire. Des anarchistes arrivent régulièrement de toute l'Europe pour s'imprégner de l'expérience grecque et tenter d'exporter dans leur pays le modèle d'Exarhia. Ypopto Mousi, animateur d'un journal-citoyen à OmniaTV, télévision en ligne, alter ego de Radio-Bubble, et observateur averti du milieu libertaire estime à plus de 10 000 le nombre de militants anarchistes à Athènes. Ces dernières années, il a vu affluer vers ces mouvements des gens d'horizons bien plus divers qu'auparavant. "Dans la société, assure-t-il, beaucoup de gens sont des anarchistes qui s'ignorent."

Première publication : 19/02/2012

  • GRÈCE - REPORTAGE

    Les migrants, cibles de l’extrême droite à Athènes

    En savoir plus

  • GRÈCE - REPORTAGE

    Stélios, 800 euros par mois, trois personnes à charge

    En savoir plus

  • GRÈCE - REPORTAGE

    "Crise de foi politique" dans les universités grecques

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)