Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Amel Karboul, ministre tunisienne du Tourisme

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Classement des personnalités influentes : 10 africains dans le palmarès du Time magazine

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Où s'arrêtera Poutine ?

En savoir plus

DÉBAT

Crise en Ukraine : l'escalade à l'est jusqu'où ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Crise en Ukraine : l'escalade à l'est jusqu'où ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : les ouvriers du textile au Bangladesh toujours en danger

En savoir plus

SUR LE NET

Opération ratée de la police de New York sur Twitter

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sean Lennon dans les pas de son père

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

États-Unis : peine de mort et réglementation

En savoir plus

  • Wade à FRANCE 24 : "Macky Sall m’a empêché d’aller au Sénégal"

    En savoir plus

  • Ukraine : Washington met en garde Moscou contre une "erreur coûteuse"

    En savoir plus

  • Accord Hamas-Fatah : Israël suspend les négociations de paix

    En savoir plus

  • Quatre policiers du "36 quai des Orfèvres" placés en garde à vue pour viol

    En savoir plus

  • Standard & Poor's maintient la note "AA" pour la France

    En savoir plus

  • Le NETmundial condamne l’espionnage sur le Web

    En savoir plus

  • De la guerre civile aux portes de Paris, parcours de réfugiées syriennes

    En savoir plus

  • Présidentielle syrienne : deux candidats face à Bachar al-Assad

    En savoir plus

  • Vidéo : les ouvriers du textile au Bangladesh toujours en danger

    En savoir plus

  • Le rappeur Rohff mis en examen et incarcéré pour violences

    En savoir plus

  • Les îles Senkaku "couvertes" par le traité de défense américano-japonais

    En savoir plus

  • RD Congo : près de 50 morts dans un accident de train

    En savoir plus

  • Les dessous des résultats record d’Apple

    En savoir plus

  • Ségolène Royal dément avoir interdit les décolletés dans son ministère

    En savoir plus

  • Impression 3D : dix maisons construites en 24 heures à Shanghaï

    En savoir plus

  • Premières pistes pour mettre fin au conflit entre VTC et taxis

    En savoir plus

  • Au Caire, le voile de la discorde

    En savoir plus

  • Le patron de la F1 Bernie Ecclestone jugé pour corruption

    En savoir plus

EUROPE

À Exarhia, les anarchistes perpétuent la tradition contestataire de leur quartier

©

Texte par Gaëlle LE ROUX

Dernière modification : 20/02/2012

Pointés du doigt au lendemain des violences qui ont éclaté le 12 février à Athènes, les anarchistes grecs se défendent de n'être "que des casseurs". Rencontre avec un jeune militant au cœur d'Exarhia, quartier d'Athènes réputé frondeur.

"Que cela soit clair, je ne représente aucun mouvement. Ce que je vais vous dire n'est que mon opinion personnelle, je ne suis leader ou porte-parole de personne", prévient d'emblée Nikólaos, ses yeux noirs plantés dans ceux de son interlocuteur. Une introduction dans la droite lignée des idées qu'il défend, "Ni dieu, ni maître". Ce militant anarchiste de 36 ans accepte difficilement de parler à un journaliste. S'il le fait, c'est pour, dit-il, que les gens à l'étranger comprennent que les anarchistes grecs "ne sont pas que des casseurs". Le rendez-vous a été fixé à Radio-Bubble dans le quartier d'Exarhia, à Athènes. Un lieu hors du commun : mi-café mi-studio d'une radio citoyenne. "Nous ne sommes plus uniquement dans une guerre sociale, soutient l'homme. Nous sommes aussi dans une guerre médiatique."

Radio-Bubble, mi-café, mi-studio de radio.

Au lendemain du 12 février, où de violentes émeutes ont éclaté dans le centre de la capitale grecque, les médias et le monde politique s'étaient empressés de pointer du doigt les militants anarchistes et d'extrême gauche. Le même scénario s'était produit en 2008, lorsque jeunes et forces de l'ordre s'étaient affrontés plusieurs jours de suite après la mort d'un adolescent, tué par la police dans une rue d'Athènes. "La différence majeure avec 2008, c'est que dimanche [12 février], sur la place Syntagma, les gens nous ont applaudis, affirme Nikólaos. Les travailleurs, les gens de la classe moyenne, jeunes, vieux, étudiants... Nous étions tous au même endroit pour lutter contre les mêmes choses." Si, selon lui, la protestation a dégénéré, c'est parce qu'en face les forces de l'ordre ont dégainé matraques et gaz lacrymogènes sans raison contre des manifestants pacifiques.

"Face à la violence de l'État, il faut savoir se défendre"

Nombreux sont les témoignages d'Athéniens, de tous les bords politiques, qui corroborent les dires du militant. "Beaucoup de Grecs prennent en ce moment conscience des manipulations policières et médiatiques : le but de la manœuvre était de vider la place Syntagma. Ce soir du 12 février, des images très calmes du Parlement ont été diffusées au journal télévisé, alors que des dizaines de milliers de personnes manifestaient juste à côté et suffoquaient sous les gaz lacrymogènes", poursuit Nikólaos en touillant rageusement son café.

"Face à la violence de l'État, il faut savoir se défendre", lâche-t-il. Si les théories anarchistes rejettent toute idée de violence, dans les faits, les choses se passent autrement. "Quand on n'a plus le choix face à un État violent, il faut réagir, insiste le jeune homme. La violence, pour moi, commence quand on a les poches vides et qu'on n'a plus rien à manger. Le capitalisme est une violence quotidienne." Lors des affrontements du 12 février, les militants ont essentiellement pris pour cible des banques, des multinationales et des magasins de luxe. "Mais on ne souhaite pas le chaos, la violence n'est pas une fin en soi, précise le militant. C'est un outil. La seule réponse à tout cela, c'est l'auto-gestion et la démocratie directe." En résumé, pas d'État, pas de gouvernement, toutes les décisions concernant la communauté devraient être prises collectivement, en assemblée.

Exarhia, vitrine de l'anarchisme grec

De l'idéologie à la pratique, il n'y a qu'un pas, que le quartier d'Exarhia a allègrement franchi il y a près de 40 ans. On n'y compte plus le nombre de soupes populaires organisées, d'immeubles et de lieux publics occupés, de squats, de lieux de débats... Impossible de dissocier l'anarchisme grec de ce quartier, et inversement. C'est là, dans les années 1970, que se sont concentrées les révoltes étudiantes contre la dictature des colonels. Depuis, la tradition contestataire d'Exarhia ne s'est jamais démentie. C'est toujours dans ces petites rues aux murs couverts de graffitis et d'affiches anarchistes que prennent aujourd'hui racine les contestations contre le gouvernement grec.

"Je pense que ce qu'on voit dans ce quartier est un phénomène unique sur la planète, estime Nikólaos. À un kilomètre du Parlement et des institutions financières du pays, on y cible toutes les défaillances du système et on y expérimente des alternatives." Avec un succès populaire grandissant. L'année dernière, plusieurs dizaines de milliers de personnes ont afflué au festival anti-autoritaire organisé dans le Nosotros, un immense squat à la fois café, centre culturel et assemblée populaire. Des anarchistes arrivent régulièrement de toute l'Europe pour s'imprégner de l'expérience grecque et tenter d'exporter dans leur pays le modèle d'Exarhia. Ypopto Mousi, animateur d'un journal-citoyen à OmniaTV, télévision en ligne, alter ego de Radio-Bubble, et observateur averti du milieu libertaire estime à plus de 10 000 le nombre de militants anarchistes à Athènes. Ces dernières années, il a vu affluer vers ces mouvements des gens d'horizons bien plus divers qu'auparavant. "Dans la société, assure-t-il, beaucoup de gens sont des anarchistes qui s'ignorent."

Première publication : 19/02/2012

  • GRÈCE - REPORTAGE

    Les migrants, cibles de l’extrême droite à Athènes

    En savoir plus

  • GRÈCE - REPORTAGE

    Stélios, 800 euros par mois, trois personnes à charge

    En savoir plus

  • GRÈCE - REPORTAGE

    "Crise de foi politique" dans les universités grecques

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)