Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Christophe de Margerie, entre hommages et polémiques

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : le Nigeria n'est plus touché par l'épidémie

En savoir plus

FOCUS

Londres, capitale des ultra-riches

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

France - Allemagne : vers un accord sur l'investissement

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Le groupe Total frappé au coeur par le décès de son PDG

En savoir plus

SUR LE NET

États-Unis : des costumes "Ebola" pour Halloween critiqués en ligne

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Ce que veut la Turquie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les yeux doux d'Angela Merkel"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : Jim Yong Kim, président de la Banque mondiale, appelle à la mobilisation

En savoir plus

Amériques

Le roi Momo a lancé le carnaval de Rio

Vidéo par Sammy BERRAHMOUN

Texte par Dépêche

Dernière modification : 18/02/2012

Sous une pluie de confettis dorés et au son de la fanfare, le gros roi Momo, symbole de tous les excès du carnaval, a reçu vendredi la clé symbolique de la ville et donné le coup d'envoi à cinq jours de festivités.

AFP - Le roi Momo, 160 kilos, a reçu vendredi la clé symbolique de Rio et a donné le coup d'envoi du carnaval, un marathon de cinq jours de samba, de musique et de fête qui doit attirer cette année cinq millions de personnes dont 850.000 touristes.

Les défilés des écoles de samba sur le Sambodrome les nuits de dimanche et de lundi seront l'apothéose du règne de Momo, de son vrai nom Milton Junior.

"Je salue la famille royale carioca du roi Momo. Je passe mes fonctions de maire au roi Momo. Je lui donne tous les pouvoirs sur la ville", a dit Eduardo Paes, maire de Rio, coiffé d'un panama blanc.

Il a reçu avec les honneurs, dans les jardins du Palacio da Cidade, siège de la municipalité, le nouveau maître de la ville, accompagné de sa reine et de ses deux princesses du carnaval.

"C'est une énorme responsabilité d'être à la tête de la plus grande fête culturelle du monde et je veux transmettre la joie du carnaval au monde entier. Je déclare le carnaval de Rio ouvert", a dit le roi Momo, un employé de banque âgé de 29 ans qui règne sur le carnaval pour la quatrième année consécutive.

Brandissant l'énorme clé symbolique de la ville recouverte de paillettes blanches et dorées, Momo s'est lancé dans une samba frénétique, plein de grâce et de légèreté malgré ses 160 kilos.

Le maire s'est félicité du dynamisme de sa ville, qui recevra pour le carnaval des centaines de milliers de fêtards qui iront danser et boire dans quelque quatre cents "blocos" (défilés de rues).

Les plus privilégiés se rendront au Sambodrome pour assister aux défilés des treize meilleures écoles de samba qui se disputeront le titre de "championne du carnaval", une compétition suivie avec la même ardeur que les grands matchs de football.

Parmi les happy few sont attendus la chanteuse américaine Jennifer Lopez et le fondateur de la revue Playboy Hugh Heffner.

Le Sambodrome, ou "Passerelle de la Samba" (son nom officiel), construit dans le centre de Rio il y a trente ans par l'architecte brésilien Oscar Niemeyer, aujourd'hui âgé de 104 ans, a été rouvert dimanche dernier après neuf mois de travaux et une capacité portée à 72.500 places.

Depuis que Rio, l'une des villes les plus violentes du Brésil, a été choisie en 2009 pour organiser les jeux Olympiques de 2016, les autorités s'efforcent d'en redorer l'image. Cette année, 12.000 policiers ont été mobilisés pour assurer la sécurité de la "plus grande fête du monde", qui donne du travail à 250.000 personnes et rapporte 640 millions de dollars aux coffres de la ville.

Une grève de policiers déclenchée il y a une semaine et qui menaçait le bon déroulement du carnaval n'a été que faiblement suivie et ses leaders l'ont suspendue lundi soir.

Un autre danger guette cependant les fêtards. Jeudi, le ministre de la Santé Alexandre Padilla a déclaré que Rio était menacée par une épidémie historique de dengue, maladie virale provoquant fièvre, maux de tête et douleurs articulaires, propagée par un moustique.

A ce jour, 3.500 cas ont été enregistrés depuis le début de l'année. Le ministre a toutefois souligné que prédominait le virus de type 4 qui "ne représente pas un risque de mort".

Première publication : 18/02/2012

  • ITALIE

    La Cité des Doges célèbre le carnaval malgré un froid glacial

    En savoir plus

  • BRÉSIL

    La grève des policiers menace le bon déroulement du carnaval

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)